Skip to navigation – Site map

Compléments d’informations chronologiques sur le campement moustérien de tradition acheuléenne du gisement de La Folie (Poitiers, Vienne)

More chronological informations about the Mousterian settlement of Acheulean tradition at La Folie site
L. Bourguignon, E. Vieillevigne, P. Guibert, F. Bechtel, S. Beyries, A. Emery-barbier, V. Deloze, C. Lahaye, Farid Sellami and N. Sellier-segard
p. 37-44

Abstracts

This paper is a chronological data complement of the results obtained in the site of La Folie at Poitiers. This Mousterian occupation was discovered and revealed during a preventive archaeological excavation. The primary results were a purpose of a first publication in the same review in 2002, which are resumed at this time. For more information we send back the reader at this contribution more substantial.
The thermoluminescence dating on a heated flint from the Mousterian site of La Folie enables to situate in time its Neandertalian occupation in early interpleniglacial (about 58000 years). Moreover its cultural attribution to the Moustérien de Tradition Acheuléenne features by F. Bordes is confirmed. The existence of a structured open-air Mousterian settlement close to those known for the superior Palaeolithic is attested by this study. In effect, this occupation delivered many entropic remains bury at more than 2m depth in overflowing mud of the Clain river. This fast covering make possible a exceptional preservation of some remains, like vegetal litter, vegetal cellule organisation, one hearth, two arrangement of limestone block and flint concentration very clearly limited. This spatial organisation of this different remains and our relation, (intern and extern organisation of the circle materialized by big limestone block and a post hole) we permitted purpose a Mousterian open air habitation hypothesis (Bourguignon et al. 2001 et 2002)

Top of page

Full text

Brefs récapitulatifs du contexte archéologique

1Le niveau archéologique, découvert en contexte d’archéologie préventive 11, est compris dans une séquence fluviatile du Clain localisée à 3 km au Nord de Poitiers.

2Le niveau d’occupation, compris dans des limons fins de débordement sous une accumulation sédimentaire d’une puissance de deux mètres, constitue un référent paléoethnographique rare et idéal pour le Paléolithique moyen. Un recouvrement rapide a permis une préservation exceptionnelle de certains vestiges, telles des litières végétales et des organisations de cellules végétales qui sont, pour l’heure, indéterminées. Ce mode de fossilisation a assuré une disposition quasi-originelle à l’ensemble des objets lithiques (Bourguignon et al. 2002 ; Deloze 2001 ; Sellami 2001). La faible densité de matériel lithique (une dizaine de blocs maximum) réparti sur une faible épaisseur (10 cm dans les zones d’accumulation maximum) sur toute la surface (580 m 2 fouillés), associée à un très fort taux de remontage (62,5 % des éclats supérieurs à 2 cm), suggèrent une unique et brève occupation.

3Un agencement de gros blocs calcaires sous forme de cercle (de 10 m de diamètre environ) semble constituer les limites d’une structure comprenant au moins un trou de poteau avec calage (fig. 1). La distribution au sol des vestiges traduit une organisation de l’espace à l’intérieur et à l’extérieur de cette délimitation. De part et d’autre se répartissent des concentrations bien circonscrites, des zones vierges ou des zones de raréfaction. La confrontation des analyses micro-morphologiques, technologiques, fonctionnelles et spatiales ont permis d’appréhender les matériaux utilisés et/ou travaillés et de déterminer des zones d’activités spécifiques (foyers, litière, amas de débitage, zones de travail et zones de circulation) (Sellami op. cit. ; Segard 2001 ; Beyries 2001 ; Bourguignon et al. op.cit). L’absence de faune nous prive d’un pan tout entier de l’économie de ces chasseurs-cueilleurs et nous empêche d’ajuster le mode de fonctionnement du site (halte spécialisée ?).

Figure 1 - Plan de l’habitation moustérienne de La Folie avec matérialisation des remontages et localisation des différents secteurs et/ou aires d’activité du site. Les principales découvertes et analyses sont ici illustrées par secteur (1. aire de taille avec postes bien différentiables où l’unique silex brûlé a été découvert jouxtant la zone vierge de tout vestige ; 2. aire fortement investie avec un foyer, une structure empierrée, des amas de taille et des espaces vides tachetés gris/blanc ; 3. aire plus ou moins centrale de faible densité où l’essentiel des utilisations internes ont été réalisées ; 4. aire de blocs accolés interprétés comme un trou de poteau avec calage).
Figure 1 - Plan of the Mousterian occupation of La Folie with flint assembling and the location of the different sectors and activity areas. The principal discoveries and analysis are illustrated by sector (1.knaping area with distinguish post where the single burn flint was discover behind blank area ; 2. ample invested area with a hearth, limestone block structure, knapping area and empty spaces grey/white speckle ; 3. central area with weak density where the essential of the intern use are realized ; 4. limestone block couple interpreting like a prop up post hole).

Figure 1 - Plan de l’habitation moustérienne de La Folie avec matérialisation des remontages et localisation des différents secteurs et/ou aires d’activité du site. Les principales découvertes et analyses sont ici illustrées par secteur (1. aire de taille avec postes bien différentiables où l’unique silex brûlé a été découvert jouxtant la zone vierge de tout vestige ; 2. aire fortement investie avec un foyer, une structure empierrée, des amas de taille et des espaces vides tachetés gris/blanc ; 3. aire plus ou moins centrale de faible densité où l’essentiel des utilisations internes ont été réalisées ; 4. aire de blocs accolés interprétés comme un trou de poteau avec calage). Figure 1 - Plan of the Mousterian occupation of La Folie with flint assembling and the location of the different sectors and activity areas. The principal discoveries and analysis are illustrated by sector (1.knaping area with distinguish post where the single burn flint was discover behind blank area ; 2. ample invested area with a hearth, limestone block structure, knapping area and empty spaces grey/white speckle ; 3. central area with weak density where the essential of the intern use are realized ; 4. limestone block couple interpreting like a prop up post hole).

4Les activités menées (débitage et utilisation sur place des objets) et les investissements engagés (structures agencées) suggèrent cependant que cette halte occupait une place privilégiée dans le territoire de ce groupe. Des matériaux siliceux de provenance lointaine (silex du Grand Pressigny à une quarantaine de kilomètres) montrent que ce territoire parcouru était assez large, se développant plutôt vers le nord-est. Cependant, les occupants ont essentiellement exploité le milieu minéral local en sélectionnant des blocs de silex et de calcaires bajociens/bathoniens sur les versants localisés à une centaine de mètres du campement. Étonnamment, les terrasses fluviatiles pourtant très proches, peut-être non accessibles, n’ont pas été exploitées. La production s’organise selon une conception Levallois où les modalités (préférentielles ou récurrentes uni/bipolaire) sont adaptées à la configuration des blocs (Bourguignon et al. 2001). Malgré un faible taux de transformation par la retouche (4,9 % de la production), l’utilisation de la production est attestée, elle concerne indifféremment des produits bruts et retouchés. Diverses matières d’œuvres (peau, bois et végétal souple) ont été travaillées (actions de coupe et de grattage) durant l’occupation (Beyries op. cit.), arguant en faveur d’une production essentiellement réalisée pour des besoins immédiats.

5Le degré de planification dans le temps et dans l’espace des activités de ce groupe humain peut également être appréhendé par la détermination d’export de produits aux caractéristiques morpho-techniques prédéterminées pour des besoins différés.

6D’un point de vue culturel, l’analyse du matériel lithique montre des caractéristiques du faciès Moustérien de Tradition Acheuléenne de F. Bordes, malgré une absence de biface : débitage Levallois et outillage dominé par les couteaux à dos et les denticulés.

7D’un point de vue chronologique, une première estimation avait été proposée sur la base de l’hypothèse que la nappe alluviale sous-jacente au niveau archéologique pouvait se rattacher à la glaciation weichsélienne dans un contexte climatique rigoureux (stades isotopiques 5d à 5b). Les limons fins de débordements, qui scellent l’occupation moustérienne, avaient alors été attribués à une phase climatique plus tempérée de cette glaciation (stade isotopique 5a). Cette hypothèse diachronique, sur une base purement chrono-sédimentaire plaçait l’occupation entre 84 000 et 72 000 B.P. environ (Deloze op. cit).

8Dans le cadre de l’ACR « Le Paléolithique moyen (35-350 ka) d’Aquitaine septentrionale : émergence, développement et variabilité » sous la direction de J.-P Texier et J. Jaubert (PACEA, UMR5199), une série de datations sur des sites a été entreprise sur certains gisements, programmés ou préventifs, intégrés dans le corpus de l’Action Collective de Recherche dont le site de La Folie fait partie, même s’il est quelque peu en marge du contexte géographique aquitain. De par la rareté des vestiges présentant des altérations thermiques supposant l’action du feu, une première tentative de datations par thermoluminescence avait porté sur six blocs ou fragments de calcaires présentant une coloration et un état de surface laissant supposer leur chauffe. Ce premier test n’a pu aboutir, en raison d’un matériel insuffisamment chauffé. Un retour au matériel en 2005 nous a permis d’isoler un seul élément chauffé en silex (localisé au sein d’une des deux petites concentrations intérieures Est, fig.1). Parallèlement, un prélèvement en bloc de sédiment réalisé lors des travaux de terrain en limite sud-est de la fouille dans la coupe, puis stocké, a permis d’évaluer la dose annuelle gamma, par reconstruction de l’environnement (Guibert et al. 1998).

Les résultats de datation par thermoluminescence

9La connaissance chronologique par thermoluminescence des industries lithiques paléolithiques s’appuie essentiellement sur le matériau silex. Le protocole de mesure utilisé ici pour la détermination de la dose équivalente béta du silex à dater est un protocole dérivé du « Single Aliquot Regeneration technique ». Ceci, en raison d’une conjonction favorable de facteurs physiques, notamment la température équivalente de chauffe : le cycle thermique équivalent pouvait être obtenu directement par chauffage dans la machine de thermoluminescence et non dans un four électrique externe. Une seule série de lecture TL est ainsi nécessaire, ce qui rend cette méthode très peu consommatrice de matière en comparaison de la procédure classique des ajouts de dose et de régénération. Elle a également l’avantage de donner des résultats d’une grande précision (par un procédé d’auto-normalisation des mesures) (Duller 1991). La paléodose obtenue pour le silex de La Folie est de 70.03 ± 1.77 Gy.

10La dose annuelle d’irradiation est composée d’une partie relative à l’échantillon lui-même, et d’une partie relative à l’environnement de l’échantillon selon la relation suivante :

I = (kIα + Iβ + Iγ )silex + (Iβ + Iγ )sol + Icosmique

11Le bloc de sédiment prélevé a posteriori a été jugé représentatif de l’environnement du silex à dater. La dose d’irradiation due à chacune de ces deux composantes est calculée à partir des valeurs des teneurs en K, U, et Th déterminées par spectrométrie gamma à bas bruit (tabl. 1).

Tableau 1 - Composition radiochimique du silex étudié au cours de ce travail et du sédiment environnant à l’état sec. Les incertitudes représentent un écart-type de comptage. La teneur en U(238U) est mesurée à partir des émissions g de 235U et 234Th. La teneur U(226Ra) a été mesurée à partir des raies de 214Pb et 214Bi en supposant l’équilibre entre 226Ra et 222Rn (ppm : partie par million). La différence de teneurs U(238U) et U(226Ra) pour le silex est liée aux incertitudes de comptage. La teneur en eau estimée du sédiment a été prise égale à 11 ± 3 %.
Table 1 - Radiochemical composition of flint during this work and of environment sediment at dry stapes. The uncertainty represent a gap of account. The content of U(238U) is measuring from the g emissions of 235U and 234Th. The content U(226Ra) is measuring from the stripe of 214Pb et 214Bi supposing that the balance between 226Ra and 222Rn (ppm : part by million). The difference of U(238U) andU(226Ra) content of flint is tie up of uncertainty account. The water account estimated of sediment is considering equal at 11 ± 3 %.

Tableau 1 - Composition radiochimique du silex étudié au cours de ce travail et du sédiment environnant à l’état sec. Les incertitudes représentent un écart-type de comptage. La teneur en U(238U) est mesurée à partir des émissions g de 235U et 234Th. La teneur U(226Ra) a été mesurée à partir des raies de 214Pb et 214Bi en supposant l’équilibre entre 226Ra et 222Rn (ppm : partie par million). La différence de teneurs U(238U) et U(226Ra) pour le silex est liée aux incertitudes de comptage. La teneur en eau estimée du sédiment a été prise égale à 11 ± 3 %.Table 1 - Radiochemical composition of flint during this work and of environment sediment at dry stapes. The uncertainty represent a gap of account. The content of U(238U) is measuring from the g emissions of 235U and 234Th. The content U(226Ra) is measuring from the stripe of 214Pb et 214Bi supposing that the balance between 226Ra and 222Rn (ppm : part by million). The difference of U(238U) andU(226Ra) content of flint is tie up of uncertainty account. The water account estimated of sediment is considering equal at 11 ± 3 %.

12Sur le plan de la dose annuelle, nous avons été amenés à procéder à la reconstruction de l’environnement pour la détermination de la dose annuelle gamma (Guibert et al. 1998).

13La dose annuelle alpha due à l’échantillon, ainsi que les doses annuelles béta dues à la fois à l’échantillon et à son environnement ont été déterminées à partir des mesures de spectrométrie gamma et d’une évaluation de la contribution béta de l’environnement à partir des données d’Aitken et al. (1985). Cette irradiation béta due à l’environnement a dû être prise en compte en raison des très petites dimensions du silex. La composante due aux rayons cosmiques a quant à elle été calculée, connaissant la profondeur d’enfouissement du silex (2 m), à partir des données de Prescott et Hutton (1994). Un bilan de ces résultats ainsi que la dose annuelle totale est proposée dans le tableau 2.

Tableau 2 - Résultats de l’étude de dose annuelle reçue par l’échantillon.
Table 2 -Study results of annual dose received by the sample.

Tableau 2 - Résultats de l’étude de dose annuelle reçue par l’échantillon.Table 2 -Study results of annual dose received by the sample.

14Ces résultats mettent en évidence la grande part de l’environnement (75 %) au sein de la dose annuelle totale, soulignant ainsi l’importance d’une bonne représentativité de celui-ci. Aussi, nous ferons l’hypothèse que le sédiment analysé correspond à celui qui entourait l’objet daté.

15A partir des données obtenues précédemment, les âges ont pu être calculés d’après l’équation d’âge :

                 Paléodose
Age TL = ───────────
                 Dose annuelle

16Les résultats de la datation sont présentés dans le tableau 3.

Tableau 3 - Résultat de datation du silex de La Folie.
Table 3 - Date of burn flint of La Folie.

Tableau 3 - Résultat de datation du silex de La Folie.Table 3 - Date of burn flint of La Folie.

Figure 2 - Le Moustérien postérieur à 60 000 ans en Aquitaine septentrionale. Les datations prises en compte ont été obtenues par thermoluminescence (sites 1 à 5, 10, 13, 15 à 21), par résonance paramagnétique électronique (sites 6, 7, 8 et 11), par radiocarbone (sites 12 et 14) et par U/Th (site 9).
Figure 2 - Mousterian after 60 000 years in north Aquitaine.

Figure 2 - Le Moustérien postérieur à 60 000 ans en Aquitaine septentrionale. Les datations prises en compte ont été obtenues par thermoluminescence (sites 1 à 5, 10, 13, 15 à 21), par résonance paramagnétique électronique (sites 6, 7, 8 et 11), par radiocarbone (sites 12 et 14) et par U/Th (site 9).Figure 2 - Mousterian after 60 000 years in north Aquitaine.

Conclusions

17L’âge obtenu confirme l’attribution moustérienne post-éémienne de l’occupation moustérienne de La Folie. Elle est cependant disjointe de l’intervalle chronologique proposé initialement (entre 84 000 et 72 000 B.P.) sans pour autant remettre en cause l’attribution Weichsélienne de la nappe alluviale sous-jacente. Elle suppose seulement un laps de temps plus important entre le passage d’un régime de type méandriforme, à un hydrodynamisme réduit dont la charge sédimentaire fine est importante.

18Cet âge de 57 700 ± 2 400 ans s’intègre, de plus, totalement dans la fourchette chronologique occupée par le Moustérien de Tradition Acheuléenne en Aquitaine. Dans le cadre de l’atelier 5 « Chronologie des systèmes techniques 12 » et d’un thème transversal « Relation Systèmes techniques/chronologie 13 » de l’ACR susmentionné, un bilan chronologique du Paléolithique moyen d’Aquitaine septentrionale a été réalisé (Lahaye 2005 ; Guibert et al. e.p.). L’élaboration d’une base de données bibliographiques exhaustives des datations existantes pour le Paléolithique moyen a fait l’objet d’une révision critique avec la mise en place d’un coefficient de fiabilité de 0 à 3 par ordre de qualité croissante. Cette évaluation a été élaborée à partir d’arguments méthodologiques inhérents aux méthodes de datation et à leur mise en œuvre ainsi qu’à partir de considérations sur la représentativité des objets soumis à la datation. Sur cette base et d’un point de vue strictement typologique, trois faciès semblent coexister durant le stade isotopique trois et plus particulièrement durant la période charnière entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur comprise entre 45 000 et 35 000 ans : le Moustérien Denticulé, le Moustérien de Tradition Acheuléenne et le Moustérien de type Quina (fig. 2). Parmi ces trois faciès, le Moustérien de Tradition Acheuléenne semble être le faciès typologique le plus ancien et qui perdure le plus longtemps, sur 16 000 ans environ (de 55,8 niv. G1 du Moustier à 39,7 niv. H2/H9 du Moustier). Il coexisterait donc avec les deux autres faciès typologiques, Denticulé et Quina, sur presque 10 000 ans. La datation obtenue sur le silex chauffé de La Folie vieillirait donc de deux millénaires ce faciès culturel en Aquitaine au sens large. Ce qui ne semble pas totalement aberrant puisque seul le site du Moustier bénéficiait de datations publiées avec un degré 3 de fiabilité pour ce faciès typologique.

19Cette datation du Moustérien de Tradition Acheuléenne de La Folie à Poitiers constitue, de plus, un référentiel important dans le contexte régional, car malgré la très grande rareté des données concernant les occupations du Paléolithique moyen dans la Vienne, il s’agit du faciès typologique le mieux représenté (Joussaume et Pautreau 1990).

20Mais l’apport le plus considérable de cette datation réside dans l’assurance d’une organisation économique et sociale des néandertaliens plus complexe qu’on ne l’admettait jusqu’alors et ce, dès le stade isotopique 4. La structuration de son habitat, proche de certains exemples du Paléolithique supérieur, en témoigne.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Plan de l’habitation moustérienne de La Folie avec matérialisation des remontages et localisation des différents secteurs et/ou aires d’activité du site. Les principales découvertes et analyses sont ici illustrées par secteur (1. aire de taille avec postes bien différentiables où l’unique silex brûlé a été découvert jouxtant la zone vierge de tout vestige ; 2. aire fortement investie avec un foyer, une structure empierrée, des amas de taille et des espaces vides tachetés gris/blanc ; 3. aire plus ou moins centrale de faible densité où l’essentiel des utilisations internes ont été réalisées ; 4. aire de blocs accolés interprétés comme un trou de poteau avec calage). Figure 1 - Plan of the Mousterian occupation of La Folie with flint assembling and the location of the different sectors and activity areas. The principal discoveries and analysis are illustrated by sector (1.knaping area with distinguish post where the single burn flint was discover behind blank area ; 2. ample invested area with a hearth, limestone block structure, knapping area and empty spaces grey/white speckle ; 3. central area with weak density where the essential of the intern use are realized ; 4. limestone block couple interpreting like a prop up post hole).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/126/img-1.png
File image/png, 237k
Title Tableau 1 - Composition radiochimique du silex étudié au cours de ce travail et du sédiment environnant à l’état sec. Les incertitudes représentent un écart-type de comptage. La teneur en U(238U) est mesurée à partir des émissions g de 235U et 234Th. La teneur U(226Ra) a été mesurée à partir des raies de 214Pb et 214Bi en supposant l’équilibre entre 226Ra et 222Rn (ppm : partie par million). La différence de teneurs U(238U) et U(226Ra) pour le silex est liée aux incertitudes de comptage. La teneur en eau estimée du sédiment a été prise égale à 11 ± 3 %.Table 1 - Radiochemical composition of flint during this work and of environment sediment at dry stapes. The uncertainty represent a gap of account. The content of U(238U) is measuring from the g emissions of 235U and 234Th. The content U(226Ra) is measuring from the stripe of 214Pb et 214Bi supposing that the balance between 226Ra and 222Rn (ppm : part by million). The difference of U(238U) andU(226Ra) content of flint is tie up of uncertainty account. The water account estimated of sediment is considering equal at 11 ± 3 %.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/126/img-2.png
File image/png, 37k
Title Tableau 2 - Résultats de l’étude de dose annuelle reçue par l’échantillon.Table 2 -Study results of annual dose received by the sample.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/126/img-3.png
File image/png, 42k
Title Tableau 3 - Résultat de datation du silex de La Folie.Table 3 - Date of burn flint of La Folie.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/126/img-4.png
File image/png, 28k
Title Figure 2 - Le Moustérien postérieur à 60 000 ans en Aquitaine septentrionale. Les datations prises en compte ont été obtenues par thermoluminescence (sites 1 à 5, 10, 13, 15 à 21), par résonance paramagnétique électronique (sites 6, 7, 8 et 11), par radiocarbone (sites 12 et 14) et par U/Th (site 9).Figure 2 - Mousterian after 60 000 years in north Aquitaine.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/126/img-5.png
File image/png, 35k
Top of page

References

Bibliographical reference

L. Bourguignon, E. Vieillevigne, P. Guibert, F. Bechtel, S. Beyries, A. Emery-Barbier, V. Deloze, C. Lahaye, Sellami, N. Sellier-Segard, Compléments d’informations chronologiques sur le campement moustérien de tradition acheuléenne du gisement de La Folie (Poitiers, Vienne), Paléo, 18, 2006, 37-44.

Electronic reference

L. Bourguignon, E. Vieillevigne, P. Guibert, F. Bechtel, S. Beyries, A. Emery-barbier, V. Deloze, C. Lahaye, Farid Sellami and N. Sellier-segard, « Compléments d’informations chronologiques sur le campement moustérien de tradition acheuléenne du gisement de La Folie (Poitiers, Vienne) », PALEO [Online], 18 | 2006, Online since 23 April 2009, connection on 22 May 2017. URL : http://paleo.revues.org/126

Top of page

About the authors

L. Bourguignon

INRAP, direction inter-régionale Grand Sud-Ouest-33600 Pessac

By this author

E. Vieillevigne

Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux - CRP2AA, Université Bordeaux 3, UMR 5060 du CNRS

P. Guibert

Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux - CRP2AA, Université Bordeaux 3, UMR 5060 du CNRS

F. Bechtel

Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux - CRP2AA, Université Bordeaux 3, UMR 5060 du CNRS

S. Beyries

CNRS, CEPAM Sophia Antipolis-06565 Valbonne

By this author

A. Emery-barbier

UMR 7041, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie - 92000 Nanterre.

By this author

V. Deloze

INRAP, direction inter-régionale Grand-Ouest - 33600 Pessac.

By this author

C. Lahaye

Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux - CRP2AA, Université Bordeaux 3, UMR 5060 du CNRS

Farid Sellami

INRAP, INA-PG, DMOS - 78850 Grignon.

By this author

N. Sellier-segard

INRAP, direction inter-régionale Nord Picardie - 80000 Amiens.

By this author

Top of page