Skip to navigation – Site map
Nouvelles de la Préhistoire

Stigmates observés sur les dents de grands carnivores à l’Aurignacien. L’exemple de l’Abri de La Souquette à Sergeac (Dordogne, France)

Stigmata observed on the teeth of large carnivores durin the Aurignacian. Example from the Souquette Rock Shelter at Sergeac (Dordogne, France)
Jean-Christophe Castel and Stéphane Madelaine
p. 251-254

Abstracts

An analysis of the utilized large carnivore teeth at La Ferrassie (Castel, Chauvière, Madelaine, this volume) led us to re-examine those found at La Souquette, which were insufficiently known. Instead of the one tooth expected, we found and described two large carnivore teeth that were compared with teeth from other sites. The function of these teeth seems to be less diverse than for those observed at La Ferrassie.

Top of page

Full text

1Le gisement de La Souquette (Sergeac, Dordogne) est situé à l’extrémité nord-ouest du vallon de Castel-Merle (ou Vallon des Roches), à proximité immédiate des gisements de Labattut, Roc de l’Acier, Reverdit, Les Merveilles, Blanchard 1 et 2 et Castanet. La plupart de ces sites renfermaient d’importantes formations attribuables à l’Aurignacien I. L’abri de La Souquette fut fouillé dans la première décennie du XXème siècle, lors de campagnes souvent expéditives dont le but était, avant tout, la récupération d’objets caractéristiques comme les grandes lames aurignaciennes à étranglement. D. Peyrony, dans un lambeau préservé, y recueillit aussi des sagaies losangiques ou à biseau et divers éléments d’industrie osseuse (Peyrony 1909). La parure présente des similitudes avec celle des gisements de Castanet et Blanchard (White 1993, 1995, 1996). Dans les années qui ont suivi, F. Delage (1938) constata la présence de niveaux du Magdalénien moyen. C’est grâce au tamisage systématique des déblais par Marcel Castanet, entre les deux guerres, qu’une importante collection de vestiges, essentiellement attribuable à l’Aurignacien I (provenant des déblais de l’abbé Landesque et de quelques autres fouilleurs et donc susceptibles de contenir aussi du Magdalénien), put être recueillie ; elle est conservée à Sergeac dans le Musée d’archéologie de René Castanet. Les ensembles lithiques ont été étudiés par D. de Sonneville-Bordes (1960). Enfin, au début des années 1980, A. Roussot a conduit un petit sondage de 4 m2 dans les niveaux aurignaciens (Rigaud 1982 ; Roussot 1982).

2La présence d’une canine de grand carnivore utilisée comme retouchoir à La Souquette est signalée par Mouton dès 1956 (Mouton 1957). Ch. Leroy-Prost signale la présence de cette dent dans les collections du Musée Castanet à Sergeac, mais ne l’étudie pas étant donné son contexte de découverte douteux (Leroy-Prost 1975, 1996). Cependant, on peut considérer que l’Aurignacien I constitue la plus grande partie du remplissage de l’abri de la Souquette et que ce genre de vestiges n’est pour l’instant connu que dans l’Aurignacien (voire dans l’Aurignacien I uniquement) (Leroy-Prost op. cit.). Par ailleurs, au cours de la fin du Würm, Ours et Lion des Cavernes se raréfient rapidement et mis à part le cas exceptionnel du Closeau (Bodu et Bémilli 2000), l’on ne connaît guère de sites magdaléniens ayant livré d’autres vestiges que des produits symboliques. Les dents susceptibles d’avoir été retirées de dépôts plus anciens ne devaient plus être très favorables à l’utilisation comme outil, sans toutefois pouvoir exclure complètement une transformation en élément de parure. C’est pourquoi, nous avons considéré qu’en complément du réexamen des canines de grands carnivores de La Ferrassie (Castel, et al., ce volume), cette dent très certainement attribuable à l’Aurignacien, pouvait être présentée avec les réserves que nous avons mentionnées.

  • 1 Notons également que les riches collections aurignaciennes et magdaléniennes de La Souquette, publi (...)

3La visite du Musée d’archéologie de Sergeac nous a permis de découvrir non pas une seule mais deux dents de grands carnivores utilisées1. Elles ne portent pas de traces d’utilisation comme objets de parure.

4La première, une canine inférieure droite d’Ursus spelaeus (voir critères dans Castel et al. ce volume), provient d’un individu immature (fig. 1). Elle est bien conservée malgré l’absence de quelques lames de dentine sur la racine. Deux plages d’utilisation sont très nettes (plages 1 et 2) et deux autres (face externe, en haut de la racine ; face interne) plus difficiles à définir compte tenu de l’altération post-fouille des pièces. Sur la face postérieure, la racine porte trois séries de courtes incisions assimilables à des stries de découpe et non à une utilisation technique ; elles pourraient correspondre au prélèvement de la dent sur la mâchoire.

Figure 1 - La Souquette (Sergeac) – canine inférieure droite d’ Ursus spelaeus. Longueur : 80,0 mm.
Figure 1 - La Souquette (Sergeac) – right lower canine of an Ursus spelaeus. Length 80,0 mm.

Figure 1 - La Souquette (Sergeac) – canine inférieure droite d’ Ursus spelaeus. Longueur : 80,0 mm.Figure 1 - La Souquette (Sergeac) – right lower canine of an Ursus spelaeus. Length 80,0 mm.

1 : face interne ; 2 : face postérieure ; 3 : face externe ; 4 : face antérieure.
1: inner view; 2: posterior view; 3: exterior view; 4: anterior view.

5La seconde canine est plus abîmée (fig. 2). Il s’agit probablement d’une canine inférieure droite de Panthera spelaea. En effet, malgré l’absence d’émail et la détérioration de la dentine sur les faces antérieure et postérieure de la racine, on devine la présence d’un bourrelet sur la face externe qui ne peut s’expliquer que par l’existence d’au moins un sillon caractéristique des Félidés. On peut, de plus, distinguer les crêtes mésiale et distale qui indiquent, d’après leurs localisations, plus probablement une canine inférieure (Castel et al., ce volume). Malgré sa dégradation, il est possible de remarquer sur trois faces, quatre plages d’utilisation bien visibles (plages 3 à 6). De petites stries très fines (stries secondaires), qui bordent parfois les plages utilisées, peuvent être observées sur la face interne, en périphérie de la plage située sous la couronne.

Figure 2 - La Souquette (Sergeac) – canine inférieure droite de Panthera spelaea probable. Longueur : 90,2 mm.
Figure 2 - La Souquette (Sergeac) – lower right canine of a probable Panthera spelaea. Length 90,2 mm.

Figure 2 - La Souquette (Sergeac) – canine inférieure droite de Panthera spelaea probable. Longueur : 90,2 mm.Figure 2 - La Souquette (Sergeac) – lower right canine of a probable Panthera spelaea. Length 90,2 mm.

1 : face interne probable ; 2 : face postérieure ; 3 : face externe probable.
1 : probable internal view; 2 : posterior view; 3 : probable external view.

6Les plages n° 2 à 6 sont constituées de petits arrachements réguliers et parallèles ; leurs limites sont bien marquées (tab. 1). La plage n° 1, sur la face interne de la canine d’ours, se distingue des autres par des stigmates plus légers et des limites moins franches. Les arrachements côtoient les incisions courtes et profondes ; ces stigmates traduisent une utilisation différente des autres ou peut-être simplement moins intense. Aucune de ces dents ne porte d’enlèvement par percussion sur la face antérieure, à la base de la racine, comme cela est observé à La Ferrassie et aux Rois (Castel et al., ce volume).

Tableau 1 – La Souquette (Sergeac), collection R. Castanet. Dents de grands carnivores utilisées. Caractéristiques des plages utilisées.
Table 1 – La Souquette (Sergeac), collection R. Castanet. Utilized large carnivores teeth. Characteristics of the utilized zones.

Dent n° 1, Ursus spelaeus

face interne

face externe

face antérieure

N° de plage

1

2

Figure

fig. 1.1

fig. 1.3

fig. 1.4

Profondeur

moyenne

marques

forte

Longueur

moyenne

anthropiques

forte

Largeur

moyenne

ou

forte

Profil vert.

en V et en U

post-dépositionnelles ?

en V et en U

Profil horiz.

symétrique + coins

symétrique + coins

Organisation

2 directions

sub-parallèle

Limites

peu marquées

franches

Type

arrachements

arrachements

Dent n° 2, Panthera spelaea ? abimée

face interne, haut

face antérieure

face externe, haut

face externe, bas

N° de plage

3

4

5

6

Figure

fig. 2.1

fig. 2.2

fig. 2.3

fig. 2.3

Profondeur

forte

forte

forte

forte

Longueur

moyenne à forte

moyenne à forte

forte

forte

Largeur

forte

moyenne à forte

forte

forte

Profil vert.

en V et en U

en V et en U

U à fond plat

U à fond plat

Profil horiz.

symétrique + coins

symétrique + coins

symétrique (+ coins ?)

symétrique (+ coins ?)

Organisation

sub-parallèle

parallèle

parallèle

parallèle

Limites

franches

franches

franches

?

Type

arrachements

arrachements

arrachements

arrachements

7Même si la faune de La Souquette n’est guère connue, il paraît probable que ces dents soient les seuls restes de grands carnivores retrouvés lors des fouilles. En tout cas, les auteurs des fouilles et les paléontologues du début du vingtième siècle ne mentionnent de restes de ces espèces si remarquables. Il s’agit donc vraisemblablement de dents sélectionnées en fonction de leur fort pouvoir symbolique. Elles sont beaucoup plus fortement investies que les retouchoirs sur diaphyses qui remplissent un rôle technique similaire. Les canines de carnivores de La Ferrassie et de La Souquette présentent ainsi de nombreux points communs en ce qui concerne leur rôle symbolique dans les sociétés qui les utilisaient. Leur mode d’utilisation semble en revanche différent. Dans les deux cas, les plages délimitées de petits arrachements réguliers et parallèles dominent ; ils sont semblables à ce qui s’observe sur les retouchoirs sur diaphyses d’os longs d’Ongulés (p. ex. : Castel 1999 ; Armand et Delagnes 1998 ; Patou-Mathis 2002). Cependant, à La Ferrassie, il existe une grande diversité d’utilisation (Castel et al., ce volume). Au contraire, on ne trouve sur les dents de La Souquette ni les incisions de type “ stries ” ni les aménagements de la base de la racine qui sont présents sur plusieurs exemplaires de La Ferrassie. La question se pose de savoir si cette différence est due à la faiblesse de l’échantillon ou si l’on peut y déceler des comportements techniques différents ?

8Comme l’observe R. White, il n’y a presque aucun point de ressemblance entre la parure aurignacienne de La Ferrassie et celle de l’ensemble formé par La Souquette, Blanchard et Castanet. Plus précisément, l’Aurignacien de La Ferrassie n’a livré aucune perle du type “ en forme de panier ” alors que les sites de Castel-Merle en ont livré des milliers (White 1993, 1995, 1996). De plus, D. de Sonneville-Bordes (1960) a bien distingué, sur la base de l’analyse typologique des industries lithiques du sud-ouest de la France, deux faciès de l’Aurignacien ancien en Périgord : l’Aurignacien type Ferrassie et l’Aurignacien type Castanet. Cette distinction conforte les différences observées sur les dents de grands carnivores de La Ferrassie et de La Souquette. A la suite de cette brève analyse, il s’avère nécessaire, pour la compréhension de l’Aurignacien ancien, de réaliser une révision complète de l’ensemble des dents utilisées à la fois par l’examen de la diversité des modes de sélection et d’utilisation et par les liens entre ce type de vestiges et les autres marqueurs de cette phase culturelle.

Remerciements
Nous remercions vivement René Castanet qui nous a accueilli dans son musée et nous a autorisé à photographier et publier ces pièces, Randy White et Jean-Guillaume Bordes pour leurs conseils judicieux ; Magen O’Farrell a assuré les traductions en anglais.
Les photographies sont de J.-C. Castel. ; retouche des photos et mise en page par Florence Marteau du Muséum d’histoire naturelle de Genève.

Top of page

Bibliography

ARMAND D. et DELAGNES A. 1998 - Les retouchoirs en os d’Artenac (couche 6c) : perspectives archéozoologiques. In : J.-Ph. Brugal, L. Meignen, M. Patou-Mathis (Ed.), Economie préhistorique : les comportements de subsistance au Paléolithique, XVe Rencontres internationales d’archéologie et d’Histoire d’Antibes, Editions APDCA, Sophia Antipolis, 1998, p. 205-214.

BODU P. et BEMILLI C. 2000 – Le gisement du Closeau à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) : Le lion est-il mort ce soir ? In : Les derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe occidentale, Actes du colloque international de Besançon, octobre 1998. Besançon, Presses Universitaires Franc-Comptoises, p. 173-185 (Annales Littéraires, 699 ; Série “ Environnement, sociétés et archéologie ” 1).

CASTEL J.-C. 1999 - Comportements de subsistance au Solutreén et au Badegoulien d’après les faunes de Combe-Saunière (Dordogne) et du Cuzoul de Vers (Lot). Thèse, Université Bordeaux I, non publiée, 619 p.

CASTEL J.-C., CHAUVIERE F.-X- et MADELAINE, S. 2003 - Sur os et sur dents : les “ retouchoirs ” aurignaciens de la Ferrassie (Savignac-de-Miremont, Dordogne). Paléo, ce volume.

DELAGE F. 1938 – L’abri de la Souquette à Sergeac, Dordogne. Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, Périgueux, p. 3-25.

LEROY-PROST Ch. 1975 – L’industrie osseuse aurignacienne. Essai régional de classification : Poitou, Charente, Périgord. Gallia Préhistoire, t. 18, fasc. 1, p. 65-156.

LEROY-PROST Ch. 1996 - Les “cousoirs” aurignaciens sur canines de carnivores, Antiquités Nationales, t. 28, p. 47-52

MOUTON P. 1957 – Un nouvel outil de l’Aurignacien typique, “ les cousoirs ” sur canines de grands fauves. Congrès préhistorique de France, Comptes rendus de la XVe session, Poitiers – Angoulême, 1956. Paris, Société Préhistorique Française, p. 756-757.

PATOU-MATHIS M. (Dir.) 2002 - Compresseurs, percuteurs, retouchoirs … Os à impressions et éraillures, Industrie de l’os préhistorique, cahier X, Paris, Editions de la Société Préhistorique Française, 136 p.

PEYRONY D. 1909 – Les gisements préhistoriques de Castelmerle, commune de Sergeac : A.F.A.S. 1909, Congrés de Lille 1908, séance d’ouverture, conférences, résumés des travaux, 38e session, p.137-140.

RIGAUD J.-Ph. 1982 - Informations archéologiques : Abri de La Souquette (responsable : A. Roussot). Gallia Préhistoire, 1982, t. 25, p. 412-414.

ROUSSOT A. 1982 - Abri de La Souquette, commune de Sergeac (Dordogne). Rapport de fouilles. Récapitulatif 1980-1982. Rapport administratif à la Direction des Antiquités préhistoriques d’Aquitaine, inédit.

SONNEVILLE-BORDES D. de, 1960 - Le Paléolithique supérieur en Périgord, Bordeaux : Delmas, 2 tomes, 549 p.

WHITE R. 1993 – Technological and social dimensions of “ Aurignacien-age ” body ornaments across Europe. In : Knecht, H., Pike-Tay, A. and White, R. (Ed.), Before Lascaux, The complex Record of the Early Upper Paleolithic, New York, Telford Press, p. 277-299.

WHITE R. 1995 – Ivory personal ornaments of Aurignacien age. Technological, social and symbolic perspectives. In : J. Hahn et al. (Ed. Istituto poligrafico ezecca dello stato.), Actes de la Table Ronde : Le travail et l’usage de l’ivoire au Paléolithique supérieur. Ravello, Italie : Centre Universitaire pour les Biens Culturels, p. 29-62.

WHITE R. 1996 – Actes de substance : de la matière au sens dans la représentation paléolithique. In : Les Arts Préhistoriques (Ed. LRMF), Techne, 3 : p. 29-38.

Top of page

Notes

1 Notons également que les riches collections aurignaciennes et magdaléniennes de La Souquette, publiée par Delage en 1938, se trouvent au Field Museum de Chicago et pourraient, éventuellement, contenir d’autres objets similaires.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - La Souquette (Sergeac) – canine inférieure droite d’ Ursus spelaeus. Longueur : 80,0 mm.Figure 1 - La Souquette (Sergeac) – right lower canine of an Ursus spelaeus. Length 80,0 mm.
Caption 1 : face interne ; 2 : face postérieure ; 3 : face externe ; 4 : face antérieure.1: inner view; 2: posterior view; 3: exterior view; 4: anterior view.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/1315/img-1.jpg
File image/jpeg, 168k
Title Figure 2 - La Souquette (Sergeac) – canine inférieure droite de Panthera spelaea probable. Longueur : 90,2 mm.Figure 2 - La Souquette (Sergeac) – lower right canine of a probable Panthera spelaea. Length 90,2 mm.
Caption 1 : face interne probable ; 2 : face postérieure ; 3 : face externe probable.1 : probable internal view; 2 : posterior view; 3 : probable external view.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/1315/img-2.jpg
File image/jpeg, 172k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Christophe Castel and Stéphane Madelaine, « Stigmates observés sur les dents de grands carnivores à l’Aurignacien. L’exemple de l’Abri de La Souquette à Sergeac (Dordogne, France) », PALEO, 15 | 2003, 251-254.

Electronic reference

Jean-Christophe Castel and Stéphane Madelaine, « Stigmates observés sur les dents de grands carnivores à l’Aurignacien. L’exemple de l’Abri de La Souquette à Sergeac (Dordogne, France) », PALEO [Online], 15 | 2003, Online since 03 August 2010, connection on 23 June 2017. URL : http://paleo.revues.org/1315

Top of page

About the authors

Jean-Christophe Castel

Département d’archéozoologie – Muséum d’histoire naturelle – Route de Malagnou 1 - CP 6434 – 1211 Genève 6 – Suisse. mel : jean-christophe.castel@mhn.ville-ge.ch

By this author

Stéphane Madelaine

Musée National de Préhistoire - 24620 Les Eyzies-de-Tayac. Université Bordeaux 1 UMR 5808 du CNRS – avenue des Facultés - 33405 Talence. mel : stephane.madelaine@culture.gouv.fr

By this author

Top of page