Skip to navigation – Site map
Nouvelles de la Préhistoire

Datation d’un vestige humain provenant de la Rochette (Saint Léon-sur-Vézère, Dordogne) par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse

The AMS radiocarbon dating of human remains from La Rochette (Saint-Léon-sur-Vézère, Dordogne)
Die AMS 14C Datierung der Menschenreste von La Rochette (Saint-Léon-sur-Vézère, Dordogne)
Jörg Orschiedt
p. 239-240

Abstracts

The human remains found during the excavations by Otto Hauser in 1910 in the Middle and Upper Paleolithic site of La Rochette were originally dated to the Aurignacien by stratigraphical observations of the excavator. The exact chronological position of the human remains was estimated by direct accelerator dating. The remains housed at the Osteological Collection at Tübingen, Germany are now attributed to the late Gravettian.

Top of page

Full text

1Le site peu connu de l‘abri de La Rochette (vallée de la Vézère) a été désigné comme “ruine archéologique” (Delporte 1962, p. 1). Les fouilles de O. Hauser en 1910 et surtout celles de H. Delporte en 1961 et 1962 ont permis de relever une séquence stratigraphique importante. Pendant les travaux de O. Hauser (Hauser 1911), la plupart des couches archéologiques ont été fouillées (abri principal, secteur B). Les fouilles de H. Delporte avaient lieu dans le secteur A, une carrière du XIXème siècle, à l’est de l’abri principal et à l’ouest au secteur C (Delporte 1962, fig. 1). Si les fouilles de O. Hauser n’ont fourni qu’une séquence stratigraphique simplifiée et peu juste, les recherches de H. Delporte ont, heureusement, livré des résultats beaucoup plus précis et détaillés.

  • La stratigraphie de La Rochette d’après H. Delporte (1962) est la suivante :

  • Gravettien (Périgordien supérieur, Faciès Noailles) - couche 2 (secteur A),

  • Aurignacien – couches 3, 4, 5,

  • Châtelperronien – couche 6,

  • Moustérien terminal – couche 7,

  • Moustérien tradition acheuléenne – couches 8-9,

  • Moustérien type charentien – couche 10.

2Lors des fouilles, en 1910, des restes humains ont été découverts approximativement au milieu des niveaux aurignaciens 3 à 5. Près de ces vestiges ont été également trouvés plusieurs dents de chevaux, percées, qui, selon O. Hauser, pourraient correspondre à d’éventuels bijoux portés au niveau des mains (Hauser 1927). Les fossiles humains sont représentés par des fragments d’un humérus droit et gauche, d’une ulna et d’un radius droit, d’un fémur droit presque complet ainsi qu’un autre fragment du côté gauche. A cela s’ajoutent onze dents, qui peuvent être attribuées à trois individus d’âges différents. Il s’agit d’un adulte, d’un adolescent et d’un enfant. L’analyse anthropologique a été publiée par H. Klaatsch et W. Lustig (1914) ainsi qu’une analyse odontologique par F. W. Elsner (1914). Actuellement, les vestiges de La Rochette sont inventoriés comme La Rochette 1 et 2 (os long) et La Rochette 3 et 5 (dents) dans le “Catalogue of Fossil Hominids” (Oakley et al. 1971, 172). Mais, à cause de doutes importants concernant les méthodes de travail de O. Hauser, la position chronologique des vestiges humains de La Rochette a été sérieusement mise en doute (May 1986, p. 55 ; Binant 1991, p. 102).

3Cette opinion a été confortée par une datation (14C SMA) obtenue récemment sur des vestiges humains du même site faisant partie des collections du Musée National de Préhistoire aux Eyzies de Tayac. Elle donne un âge de 1.610 ± 80 B.P. (GifA-95455) et ainsi un âge calibré de 253 à 612 A.D. (Gambier et al., 2000).

  • 1 Le financement de la datation a été généreusement rendu possible par le Musée de Néanderthal à Mett (...)

4Etant donné que les vestiges de La Rochette 1 à 5 sont considérés comme disparus (“whereabouts unknown”) (Oakley et al. 1971, p. 172), un ré-examen de ces derniers n’avait pu avoir lieu. Depuis, ces fossiles ont été retrouvés dans la collection ostéologique de l´Université de Tübingen (Allemagne). Ils sont inventoriés sous le numéro 7074. Nous avons donc décidé de réaliser de nouvelles datations absolues sur ces derniers. Une première date, par la méthode 14C SMA, a été obtenue sur un fragment d’ulna droite1. La datation donne un âge de 23.630 ± 130 B.P. (OxA-11053). Ainsi ce vestige de La Rochette remonterait au Gravettien supérieur.

5En fonction de ce résultat et de celui obtenu précédemment (Gambier et al., 2000), il nous semble donc important qu’une nouvelle recherche exhaustive, impliquant toutes les personnes qui travaillent sur ces fossiles, soit entreprise sur la totalité des restes humains de La Rochette (ainsi que sur la parure censée provenir du même niveau). Naturellement, ce travail doit s’accompagner d’une analyse aussi précise que possible des archives disponibles sur ce gisement.

Top of page

Bibliography

BINANT P. 1991 - Les sépultures du Paléolithique. Archéologie Aujourd´hui. Paris : Editions Errance 108 p.

DELPORTE H. 1962 - Le gisement paléolithique de la Rochette, commune de Saint-Léon-sur-Vézère, Dordogne. Gallia Préhistoire, V, p. 1-22.

ELSNER F.W. 1914 - Die Zähne von La Rochette. Archiv für Anthropologie 41, p. 127-129.

GAMBIER D., VALLADAS H., TISNERAT-LABORDE N,. ARNOLD M. et BRESSON F. 2000 - Datation de vestiges humains présumés du Paléolithique supérieur par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accelerateur. Paléo 12, p. 201-212.

HAUSER O. 1911 - Le Périgord préhistorique. Périgueux : Réjou impr. 22 p.

HAUSER O. 1927 - Der Erde Eiszeit und Sintflut. Ihre Menschen, Tiere und Pflanzen. Berlin: Verlag Georg Stilke 370 p.

KLAATSCH H. & LUSTIG W. 1914 - Morphologie der paläolithischen Skelettreste des mittleren Aurignacien der Grotte von La Rochette, Dordogne. Archiv für Anthropologie 41, p. 81-126.

MAY F. 1986 - Les Sépultures Préhistoriques. Étude Critique. Paris : Éditions du C.N.R.S. 264 p.

OAKLEY K.P., CAMPBELL B.G., MOLLESON T.I. 1971 - Catalogue of Fossil Hominids. Part II: Europe. London: Trustees of the British Museum (Natural History) 379 p.

Top of page

Notes

1 Le financement de la datation a été généreusement rendu possible par le Musée de Néanderthal à Mettmann.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jörg Orschiedt, « Datation d’un vestige humain provenant de la Rochette (Saint Léon-sur-Vézère, Dordogne) par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse », PALEO, 14 | 2002, 239-240.

Electronic reference

Jörg Orschiedt, « Datation d’un vestige humain provenant de la Rochette (Saint Léon-sur-Vézère, Dordogne) par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse », PALEO [Online], 14 | 2002, Online since 17 August 2010, connection on 30 April 2017. URL : http://paleo.revues.org/1491

Top of page

About the author

Jörg Orschiedt

Universität Hamburg, Archäologisches Institut, Abteilung I: Vor- und Frühgeschichtliche Archäologie, Johnsallee 35, 20148 Hamburg - e-mail : orschiedt@uni-hamburg.de

By this author

Top of page