Skip to navigation – Site map
Nécrologies

Guy Célérier (1926-2009)

Jean-Philippe Rigaud
p. 9-11

img-1-small480.jpg

Guy Célérier est décédé le 28 janvier 2009 à Périgueux. Né à Montrem (Dordogne) le 31 décembre 1926, il fut élève du Lycée Albert Claveille à Périgueux. Sa passion pour les arts plastiques et plus particulièrement la peinture, le conduit à travailler avec des artistes comme Marcel Loth, Jean Boyé et François Augiéras. En 1944, il entre aux ateliers SNCF du Toulon et, en 1950, la direction des ateliers lui propose de développer la bibliothèque dont il sera responsable jusqu’à sa retraite en 1986. Ce fut pour lui l’occasion d’en enrichir considérablement le fonds et d’acquérir de nombreux ouvrages consacrés à la sociologie, à l’anthropologie culturelle, à l’histoire régionale et à l’archéologie.

Son intérêt pour la Préhistoire le conduit à rencontrer François Bordes, alors Directeur des Antiquités Préhistoriques d’Aquitaine, et son épouse Denise de Sonneville-Bordes, qui l’accueillirent au laboratoire de Préhistoire de l’Université de Bordeaux. En 1963, il suit le cours de F. Bordes et passe le certificat de Préhistoire. Par la suite, Guy Célérier fréquente régulièrement le laboratoire complétant ainsi une formation déjà riche de nombreuses lectures, par l’acquisition de solides bases naturalistes et l’étude d’importantes collections de référence. Sa connaissance du terrain lui valut d’être le correspondant de la circonscription des Antiquités Préhistoriques pour la région de Périgueux.

La découverte fortuite d’un site préhistorique, au lieu-dit « Les Jambes », dans le faubourg du Toulon à l’ouest de Périgueux, incita F. Bordes à confier à Guy Célérier la réalisation d’un sondage d’évaluation qui se poursuivit en 1964 et 1965, par deux campagnes de fouilles dont les résultats furent publiés en 1967. Ainsi commença une longue et fructueuse collaboration avec l’équipe bordelaise.

Après avoir participé en 1964 et 1965 aux fouilles de François Bordes à Combe-Grenal et de Denise de Sonneville-Bordes à Caminade, Guy Célérier contribue efficacement à partir de 1966, aux recherches de Geneviève et Jean Guichard dans le Bergeracois sur les sites de Rabier, de l’Usine Henri, de Barbas et de Canaule II.

Lorsque Jean Guichard devient Conservateur du Musée de Préhistoire des Eyzies en 1967, Guy participe à la réorganisation de la bibliothèque de cet établissement, réalise un premier inventaire des collections du Musée et contribue aux fouilles de Geneviève Guichard à Laugerie-Haute.

En 1970, les fouilles furent engagées au Pont d’Ambon. Guy Célérier y consacrera 20 campagnes et plus de 21 publications. Les recherches dans cet abri sous roche, imposèrent une méthode de fouille adaptée à la richesse et à la complexité du site. Ce fut une opportunité pour lui de montrer son aptitude à réaliser des fouilles méthodiques. Sa rigueur et son exigence de bien faire jusque dans le détail, le conduisent à produire des documents d’archive d’une qualité exceptionnelle ; rares étaient les chantiers qui utilisaient alors une chambre photographique pour les relevés stratigraphiques et les décapages.

Son amicale mais ferme autorité ainsi qu’un sens aigu de la pédagogie avaient attiré auprès de lui une équipe de fouille efficace, motivée et fidèle. Pour cette entreprise, qu’il considérait comme l’œuvre de sa vie de préhistorien, Guy Célérier s’était entouré d’une équipe internationale de spécialistes de haut niveau qui a contribué, par la qualité de ses travaux et l’intérêt de ses résultats, à faire du Pont d’Ambon, un site de référence pour la connaissance de la fin des temps glaciaires. La brutale disparition de Guy Célérier ne lui a pas permis d’achever son travail, mais les études entreprises à son initiative par de jeunes chercheurs, poursuivent son œuvre en exploitant le riche potentiel des archives scientifiques de ce site.

Correspondant de la Direction régionale des Antiquités Préhistoriques d’Aquitaine, membre de plusieurs sociétés archéologiques, Guy Célérier participait activement à la vie de la communauté préhistorienne du Périgord. Son rôle au sein du secrétariat d’édition et sa participation au comité de lecture de la revue PALEO ont contribué à en améliorer la qualité.

Ceux qui l’ont connu garderont de lui le souvenir d’un tempérament chaleureux, passionné et généreux et ses convictions philosophiques ou politiques portaient la marque d’un bel humanisme et d’un esprit critique aigu et avisé. Son humour et sa chaleureuse amitié nous feront longtemps regretter son absence.

Bibliography

Bibliographie de Guy Celerierpar Peggy Jacquement

CÉLÉRIER G. 1967 - Le gisement périgordien supérieur des « Jambes », Périgueux (Dordogne). Bulletin de la Société Préhistorique Française. vol. 64. Etudes et travaux n° 1, pp. 53-68.

LAVILLE H., CÉLÉRIER G., THIBAULT C. 1967 – Etude sédimentologique du gisement préhistorique des Jambes à Périgueux. (Dordogne). Bulletin de la Société Préhistorique Française.Vol. 64. Etudes et travaux n° 1, pp. 69-82.

CÉLÉRIER G. 1976 – Les civilisations de l’Epipaléolithique en Périgord. La Préhistoire Française, 2 – pp. 1427-1433.

CÉLÉRIER G., DELPECH F. 1978 - Un chien dans l’Azilien de « Pont d’Ambon ». Bulletin de la Société Préhistorique Française. vol. 75. n° 7, pp. 212-215.

CÉLÉRIER G. 1979 - Inventaire morphologique de pointes aziliennes en Périgord. Un projet de rationalisation. In : D.de Sonneville-Bordes (dir.) : La fin des Temps Glaciaires en Europe. Chronostratigraphie et écologie des cultures du Paléolithique final. Colloques internationaux du C.N.R.S., 271, pp. 461-466, 3 fig.

CÉLÉRIER G. 1980a - Bourdeilles. Le Pont d’Ambon. Informations archéologiques : Circonscription d’Aquitaine. Gallia Préhistoire, 23, pp. 394-395.

BOUTIN P., CÉLÉRIER G., CHOLLET A. 1980b - Crochets en bois de cerf de l’Azilien du sud-ouest de la France. Bulletin de la Société Préhistorique Française.t. 77- pp. 11-16.

CÉLÉRIER G. 1982) - Une structure de combustion azilienne complexe à « Pont d’Ambon », Bourdeilles (Dordogne).- In : Les habitats du Paléolithique supérieur. Actes du Colloque international en hommage au Professeur André Leroi-Gourhan, Roanne-Villerest, 22-24 Juin 1982, pp. 166-179.

CÉLÉRIER G. ET MOSS E. 1983 - L’abri-sous-roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne). Un gisement Magdalénien-Azilien. Micro-traces et analyse fonctionnelle de l’industrie lithique. Gallia Préhistoire, 26, pp. 81-108, 8 fig.

CÉLÉRIER G. 1984 - Bourdeilles. Le Pont d’Ambon. Informations archéologiques : Circonscription d’Aquitaine. Gallia Préhistoire, 27, pp. 269-271.

CÉLÉRIER G. 1986 - Bourdeilles. Le Pont d’Ambon. Informations archéologiques : Circonscription d’Aquitaine. Gallia Préhistoire, 29, pp. 233-235.

CÉLÉRIER G. 1990 – Les dalles silico-ferrugineuses du Bassin de la Dronne. Cahiers du Quaternaire, 17, 1 – pp. 111-117.

CÉLÉRIER G. 1991 - Apports de la technologie lithique dans la caractérisation des groupes aziliens occupant le site de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne). Chancelade, Association pour le Développement de la Recherche Archéologique et Historique en Périgord. Documents d’archéologie périgourdine, t. 6, pp. 29-33.

CÉLÉRIER G. 1992a – Le Pont d’Ambon à Bourdeilles. Informations archéologiques : circonscription d’Aquitaine. Gallia Préhistoire, 1991, 1, pp. 11-12, fig. 7.

CÉLÉRIER G. 1992b – A propos de trois habitats magdaléniens de la vallée de la Dronne et la notion de site de rassemblement. Paleo n° 4. pp. 155-159.

CÉLÉRIER G. 1993 – L’abri-sous-roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne). I : Technologie de l’outillage lithique taillé ; II : Inventaire et typométrie des pointes aziliennes, Gallia Préhistoire, 35, pp. 1-98.

CÉLÉRIER G. (dir.)1994 - L’abri-sous-roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne). Gallia Préhistoire, 36, pp. 65-144.

CÉLÉRIER G. 1995 - Quelques aspects du remplissage de l’Abri de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne). Documents d’archéologie et d’histoire périgourdines, 10 – pp. 5-10.

CÉLÉRIER G. 1996a - Le Magdalénien final en Dordogne septentrionale. In : La viepréhistorique. Société Préhistorique Française, éd. Faton, Dijon, pp. 252-255.

CÉLÉRIER G. 1996b - L’abri sous-roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne). L’industrie osseuse et la parure. Gallia Préhistoire, 38, pp. 69-110.

CÉLÉRIER G. 1996c - Nouvelles observations sur l’évolution de l’Azilien dans les gisements du Bois-Ragot (Vienne) et de Pont d’Ambon (Dordogne). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 94, 3 – pp 331-336.

CÉLÉRIER G., CHOLLET A. et HANTAÏ A. 1997a - Nouvelles observations sur l’évolution de l’Azilien dans les gisements de Bois-Ragot (Vienne) et de Pont d’Ambon (Dordogne), L’Azilien et les cultures septentrionales. Actes de la séance thématique de Nemours. pp. 331-336.

CÉLÉRIER G., O’YL W. 1997b - Apports des images numériques 3D dans la visualisation de structures évidentes. Paleo n° 9, pp. 325-334.

CÉLÉRIER G. 1998 - L’abri de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne, France). Perspective synthétique. Paléo, n° 10, pp. 233-264.

CÉLÉRIER G., TISNERAT N, VALADAS H. 1999 - Données nouvelles sur l’âge des vestiges de chien à Pont d’Ambon, Bourdeilles (Dordogne), Paleo, n° 11, pp. 163-165, 1 fig.

CÉLÉRIER G., JACQUEMENT P. 2001a - La fracturation des pointes aziliennes, le cas du site de Pont d’Ambon, Bourdeilles, Dordogne. Mémoires de la Société Préhistorique Française. Tome XL : actes de la table ronde d’Aix-en-Provence : « Les systèmes lithiques pendant le Tardiglaciaire autour de la Méditerranée Occidentale ».

DRÜCKER D., CÉLÉRIER G. 2001b - Teneurs en carbone-13 du collagène de grands mammifères du site de Pont d’Ambon (Dordogne, France) : implications pour l’environnement et son exploitation au Tardiglaciaire dans le sud-ouest de la France. Paleo, n° 13, pp. 145-158.

Top of page