Skip to navigation – Site map
Varia

Une nouvelle sépulture mésolithique

Gisement « Les pièces de Monsieur Jarnac » (Bourg Charente, Charente, France)
A new Mesolithic burial : Site « Les pièces de Monsieur Jarnac » (Bourg Charente, Charente-France)
Dominique Henry-Gambier, Isabelle Souquet-Leroy, Pascal Bertran, Émilie Claud and Milagros Folgado-Lopez
p. 173-18

Abstract

En 2010, un diagnostic archéologique au lieu-dit « Les pièces de Monsieur Jarnac » sur la commune de Bourg Charente en Charente a permis la découverte d’une sépulture mésolithique. Une description préliminaire de la sépulture, fouillée selon les méthodes de l’Anthropologie de terrain montre que le défunt est un adulte de sexe indéterminé. Aucune trace ou lésion susceptible d’expliquer le décès n’a été mise en évidence. Il avait été déposé dans une fosse et le squelette en position fléchie, était orienté nord-sud, tête au sud. Un petit bloc de calcarénite et deux éclats de silex découverts sous le crâne constituaient le seul témoignage d’un mobilier funéraire. Aucune trace d’ocre n’a été observée. Une datation C14 en SMA réalisée sur un fragment de crâne a donné un âge conventionnel de 9330 ± 50 BP (Beta 283143) qui correspond au Mésolithique ancien. Elle indique que cette sépulture est l’une des plus anciennes sépultures trouvées en France.

Top of page

Full text

1 - Circonstances de la découverte

1En raison d’un projet d’aménagement d’un élevage d’esturgeons, un diagnostic archéologique a été réalisé en juin 2010 par une équipe de l’INRAP dirigée par M. Folgado-Lopez au lieu- dit « Les pièces de Monsieur Jarnac » en limite des communes de Bourg Charente et Gensac-La Pallue en Charente près de Cognac (fig. 1). L’emprise de l’opération couvrait près de 4 hectares sur un coteau situé sur la rive gauche de la Charente à la sortie d’une petite vallée qui présente des conditions très favorables aux occupations humaines de plein-air et à leur préservation (Folgado et al. 2010).

Figure 1 - Bourg Charente – Localisation.
Figure 1 -Bourg Charente – Location.

Figure 1 - Bourg Charente – Localisation.Figure 1 -Bourg Charente – Location.
  • 1 Les autres sépultures sont historiques (étude en cours I. Souquet-Leroy).
  • 2 Avec la participation de J. Thouzeau (Materia Viva).

2Cette intervention préventive a confirmé le potentiel archéologique des parcelles concernées par le projet d’aménagement (fig. 2). Plusieurs périodes et complexes techno-culturels préhistoriques et historiques sont représentés et les informations recueillies et à venir au cours de la fouille prochaine sont de nature à renouveler nos connaissances sur les peuplements anciens (Paléolithique moyen récent jusqu’au Moyen-âge) de cette région. Plusieurs sépultures1 ont été trouvées. Le contexte stratigraphique et l’état de conservation des os de l’une d’entre elle suggéraient un âge Holocène ancien voire Tardiglaciaire. Toutefois, la présence à une trentaine de mètres au sud de cette sépulture, dans un contexte stratigraphique qui paraissait similaire, d’un matériel lithique caractéristique du Paléolithique supérieur sensu lato, ne permettait pas d’écarter une plus grande ancienneté de ce document. La fouille et le prélèvement des vestiges ont été réalisés du 28 juin au 1er juillet 2010 par Isabelle Souquet-Leroy et Dominique Henry-Gambier2

Figure 2 - Bourg Charente – Localisation des sondages et des coupes stratigraphiques.
Figure 2 -Bourg Charente – Location of the sounding and stratigraphic cross-sections.

Figure 2 - Bourg Charente – Localisation des sondages et des coupes stratigraphiques.Figure 2 -Bourg Charente – Location of the sounding and stratigraphic cross-sections.

2 - Observations géomorphologiques

3Le gisement est localisé sur un versant au pied d’une corniche de calcaire crétacé en rive gauche de la Charente. Les sondages réalisés dans le cadre du diagnostic archéologique ont mis en évidence une stratigraphie complexe au niveau de la sépulture. Les principales unités identifiées comprennent, au-dessus du substratum calcaire (fig. 2 et 3, les unités correspondantes sont indiquées entre crochets) :

4- des alluvions atteignant 3,5 m d’épaisseur et correspondant à une ancienne terrasse de la Charente. Cette terrasse a été recoupée par le versant et ne forme plus de replat identifiable dans la topographie actuelle. Les alluvions comprennent une unité basale à graviers calcaires [8], d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur, puis des dépôts de débordement argilo-limoneux, plus ou moins organiques [5, 6, 7]. Ces derniers ont livré des pièces rapportées au Paléolithique moyen ;

5- des dépôts de versant calcaires [4], constitués d’une alternance de couches caillouteuses et de couches riches en matrice sablo-limoneuse. Cette unité érode la formation alluviale sous-jacente et atteint 1,2 m d’épaisseur. Elle correspond à un petit cône de déjection alimenté par la corniche calcaire. Des pièces attribuées au Paléolithique supérieur suggèrent que sa mise en place s’est produite au cours du Pléniglaciaire supérieur (SIM 2) ;

6- un calcisol (sol brun calcique) se développe sur les dépôts de versant. Il se présente comme un horizon Sci limono-argileux de couleur brun gris [3], presque totalement décarbonaté, à structure prismatique. Des accumulations calcaires blanchâtres forment des traînées sur les faces des agrégats et indiquent une carbonatation secondaire du sol. La fosse sépulcrale est creusée dans les dépôts de versant et remplie par le matériel de l’horizon Sci du sol ;

7- des dépôts de versant composés d’une matrice brune limono-argileuse partiellement décarbonatée et de nombreux fragments calcaires dispersés dans la matrice [1, 2]. Cette unité, d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur dans le secteur de la sépulture, a livré des vestiges protohistoriques et gallo-romains. Elle correspond à des colluvions liées aux pratiques agricoles.

Figure 3 - Bourg Charente - Stratigraphie schématique.
Figure 3 - Bourg Charente - Schematic stratigraphy.

Figure 3 - Bourg Charente - Stratigraphie schématique.Figure 3 - Bourg Charente - Schematic stratigraphy.

8Le dépôt funéraire et son environnement proche ont subi une évolution pédologique importante au cours de l’Holocène. Les principales transformations observées consistent en :

9- une minéralisation de la matière organique ;

10- une décarbonatation et une argilisation du remplissage. Les phénomènes de retrait-gonflement du sol argileux en liaison avec les alternances d’humectation et de dessiccation (fig. 4) ont entraîné la formation d’une porosité fissurale importante, localement responsable d’une fracturation des os altérés ;

11- un effacement partiel des contours de la fosse sous l’action de la bioturbation et du retrait-gonflement du sol ;

12- une reprécipitation de carbonates le long des fissures suite à l’apport de débris calcaires en surface par les pratiques agricoles. Ces carbonates soulignent notamment le fond de la fosse, vraisemblablement en raison d’un contraste de conductivité hydraulique avec le sédiment encaissant.

Figure 4 - Bourg Charente - La sépulture au moment de la découverte. Interprétation.
Figure 4 - Bourg Charente - The burial after the discovery : interpretation.

Figure 4 - Bourg Charente - La sépulture au moment de la découverte. Interprétation.Figure 4 - Bourg Charente - The burial after the discovery : interpretation.

Photographie P. Bertran
Photography P. Bertran

3 - La sépulture

Méthode d’intervention

13Après le décapage à la pelle mécanique, un crâne et quelques fragments d’os longs apparaissaient (fig. 4). La première étape a consisté à cerner l’extension des vestiges humains, aucune limite nette de fosse n’apparaissant. Très rapidement, nous avons constaté que la quasi-totalité du squelette en connexion était présente. Nous avons procédé à une fouille fine selon les méthodes de l’Anthropologie de terrain (Duday 2010). Tous les sédiments ont été conservés pour être tamisés ultérieurement en raison des délais d’intervention très courts.

  • 3 Cette dent est une molaire supérieure. Elle a été prélevée selon le protocole élaboré par MF. Degui (...)

14Un enregistrement complet a été réalisé avec relevés topographique (F. Bernard, INRAP) et photographique de la sépulture accompagnés de photographies de détail, au fur et à mesure de l’avancée de la fouille. Les relations articulaires, les données sur l’architecture funéraire ont été relevées sur la fiche descriptive conçue par P. Courtaud (Courtaud 1996). Deux prélèvements ont été effectués, une dent en vue de l’analyse de l’ADN ancien3, et un fragment de crâne pour une datation C14.

Datation C14 et attribution culturelle de la sépulture

15En l’absence de matériel diagnostic apparent, une datation C14 sur collagène en spectrométrie de masse par accélérateur de particules a permis de préciser l’ancienneté de cette sépulture.

16Un fragment de pariétal (3 cm x 4 cm x 0,5 cm – poids 8 g), positionné sur plan a été envoyé au laboratoire Beta Analytic (Miami-USA) pour obtenir rapidement une date. L’échantillon, exempt de consolidant, a été traité selon le protocole standard (extraction du collagène en milieu alcalin) de Beta Analytic.

17L’âge conventionnel obtenu est 9330 ± 50 BP (Beta-283143). Cette date calibrée par le logiciel CALIB version 6.0 selon intcal09.14C (Reimer et al. 2009) se place dans l’intervalle 8745-8355 cal BC à 2 sigmas. Aucune correction liée à l’effet réservoir marin n’a été appliquée. Cette sépulture se situe dans le Préboréal et appartient à la phase la plus ancienne du Mésolithique (tabl. 1). Elle se place parmi les plus anciennes sépultures mésolithiques d’Europe (Valentin et al. 2008 ; Meiklejohn et Babb 2009a ; Meiklejohn et al. 2009b, 2010). En l’état actuel des données (Valentin et al. 2008 ; Meiklejohn et al. 2010), elle se situe parmi les plus anciens documents anthropologiques du Mésolithique français datés directement par le radiocarbone.

Tableau 1 - Sépulture de Bourg Charente : datation C14 (CALIB version 6.0 - intcal09.14C).
Table 1 - Burial of Bourg Charente: C14 datation (CALIB version 6.0 - intcal09.14C).

Echantillon

Laboratoire

13C/12C

Age mesuré BP

Age conventionnel BP

Age calibré Cal BC (1 sigmas)

Age caliber Cal BC (2 sigmas)

Pariétal humain

Beta - 283143

-20,6 ‰

9260 +/- 50

9330 +/- 50

8700-8677 (p :0,10726)
8642-8541 (p :0,80247)
8507-8488 (p :0,09026)

8745-8444 (p :0,99311)
8364-8355 (p :0,00689)

Reimer et al. 2009.

Description de la sépulture

18Le décapage a mis en évidence un squelette subcomplet en position fléchie orienté nord-sud, tête au sud (fig. 5).

Figure 5 - Bourg Charente- La sépulture.
Figure 5 - Bourg Charente- The burial.

Figure 5 - Bourg Charente- La sépulture.Figure 5 - Bourg Charente- The burial.

Photographie D. Henry-Gambier.
Photography D. Henry-Gambier.

19L’individu était sur le dos, thorax légèrement en rotation sur le côté gauche ; membre supérieur droit en légère flexion, radius et ulna droits apparaissant par leur face postérieure, main, paume sur le sol à hauteur du sacrum ; membre supérieur gauche semi fléchi, radius et ulna gauche vus par leur face antérieure ; membres inférieurs hyperfléchis, genoux à hauteur de la main gauche, pieds ramenés sous les fesses. Le crâne reposait sur sa base ; la mandibule sur sa face inférieure était légèrement décalée vers le nord et la partie inférieure des maxillaires se trouvait en arrière de l’arcade dentaire inférieure. Tous les os sont représentés à l’exception de ceux des mains (main droite représentée par deux phalanges, main gauche absente), des pieds et de l’os coxal droit détruits par le creusement d’un fossé protohistorique. En outre, la partie supérieure de la face et de la voûte du crâne ont disparu, arasés par la pelleteuse (fig. 4).

20Les os étaient très altérés et très fragiles. Les extrémités des os longs des membres supérieurs et inférieurs, les corps vertébraux constitués en majorité d’os spongieux ont disparu. Sacrum et os coxal gauche sont aussi très endommagés. Les côtes difficilement prélevables, ne subsistaient plus qu’à l’état de traces. Seules les régions où l’os compact est plus épais (crâne et diaphyse) ont résisté.

21La disparition des extrémités proximales des fémurs et distales de tibia et fibula est due au creusement d’un fossé protohistorique (fig. 4). En outre, radius et ulna gauches sont cassés transversalement au niveau de la partie proximale par des fentes est-ouest remplies d’un sédiment très induré (fig. 5) qui affectaient la totalité de la banquette où se trouvait la sépulture. Des fentes analogues subparallèles au plan de décapage ont également contribué à la fragmentation longitudinale des os des membres inférieurs.

22Une large fente est-ouest (fig. 6 et 7) remplie du même sédiment clair très induré, a entraîné la séparation en deux ensembles (partie postérieure du crâne/partie faciale et mandibule) du bloc crânio-céphalique. L’impact de ces fentes sur la colonne vertébrale était également perceptible et une partie des vertèbres thoraciques et lombaires se désagrégeaient. En dépit de l’état général de conservation, le maintien des connexions anatomiques indique un dépôt primaire.

Figure 6 - Bourg Charente – Skull and mandible: lower teeth.
Figure 6 - Bourg Charente – Dents permanentes inférieures.

Figure 6 - Bourg Charente – Skull and mandible: lower teeth.Figure 6 - Bourg Charente – Dents permanentes inférieures.

Photographie D. Henry-Gambier.
Photography D. Henry-Gambier.

Figure 7 - Bourg Charente – Crâne et mandibule : vue latérale.
Figure 7 - Bourg Charente – Skull and mandible: lateral view.

Figure 7 - Bourg Charente – Crâne et mandibule : vue latérale.Figure 7 - Bourg Charente – Skull and mandible: lateral view.

Photographie D. Henry-Gambier.
Photography D. Henry-Gambier.

Identité biologique du défunt

23Le nettoyage des os est encore en cours mais dès à présent, il est possible de dire que le défunt est un adulte. L’état de préservation des os coxaux ne permet pas une identification de la classe d’âge selon la méthode d’A. Schmitt (2005). La diagnose probabiliste du sexe (Murail et al. 2005) est impossible, les zones pertinentes des os coxaux étant très dégradées ou absentes. Néanmoins, il sera peut-être possible d’appliquer aux os longs la diagnose secondaire du sexe développée par S. Villotte (2009).

24On peut également noter que le crâne et la mandibule semblent assez robustes tandis que les os longs paraissent relativement graciles. Les dents sont totalement calcifiées et l’usure de la couronne très forte, est incompatible avec l’usure souvent observée chez un sujet jeune (fig. 7). Enfin, à ce stade de l’étude, aucune trace ou lésion susceptible d’expliquer le décès de cet adulte n’a été mise en évidence.

Architecture funéraire

25Lors de la première étape du dégagement, la présence autour du squelette d’une tache plus argileuse et plus grise que le sédiment environnant a été interprétée comme l’indice d’un creusement. La fouille a cependant montré que cette tache résultait essentiellement d’une altération superficielle du sédiment et aucune limite de fosse nette n’a pu être observée ni en plan ni en coupe. Pour rendre compte de ces observations, l’hypothèse d’une fosse initialement colmatée par un sédiment relativement similaire au matériel encaissant mais moins compact et donc préférentiellement altéré peut être proposée. Cette hypothèse est en accord avec l’âge préboréal de la sépulture, qui indique qu’elle a été creusée au début du développement du sol holocène. Les effets de contrainte observés sur le squelette confirmeraient l’existence d’une fosse (fig. 5). Au niveau du bloc cranio-céphalique la disposition de la mandibule et du crâne suggère qu’initialement la tête était relevée, le menton en avant de l’épaule gauche. Le maintien en connexion lâche des articulations temporo-mandibulaires montre que le déplacement du crâne a été de très faible ampleur. L’espace en arrière du crâne devait donc être très réduit. En particulier, à hauteur des épaules, les deux clavicules étaient verticales ; au niveau du thorax, on observe un mouvement de la tête des côtes. Enfin, l’hyperflexion des membres inférieurs suggère aussi soit une contention, soit une paroi.

26L’humérus et la scapula droits respectivement visibles par leur face antérieure et en connexion lâche, sont légèrement plus bas que la clavicule droite témoignant d’un léger affaissement du membre supérieur (fig. 5). Ce mouvement pourrait être du à la disparition des parties molles qui a créé un espace vide secondaire. L’état de conservation de la colonne vertébrale ne nous permet pas d’observer la position relative des différentes vertèbres (rotations, éventuelles ruptures,…) excepté au niveau des trois premières vertèbres cervicales. L’atlas apparaissait par sa face antérieure et l’axis par sa face antéro-supérieure. L’articulation entre l’axis et la troisième vertèbre cervicale était disloquée.

27Toutes les observations indiquent que la décomposition s’est effectuée en espace colmaté et réduit si l’on se base sur les effets de contraintes observés.

Matériel associé

  • 4 Détermination B. Poissonnier (INRAP) et A. Turq (MNP).

28Au contact de la branche gauche de la mandibule et sous le processus mastoïdien gauche a été découvert un petit bloc de calcarénite4 (8/7/4 cm) ovalaire et aplani (fig. 6 à 9). Ce bloc a entraîné un léger basculement du crâne vers l’arrière. Un éclat lamellaire irrégulier et un fragment distal d’éclat de silex sénonien local noir se trouvaient sous la région occipitale. L’éclat allongé situé à droite, était en contact direct avec l’occipital. Le fragment d’éclat était engagé sous le petit bloc (fig. 9).

Figure 8 - Bourg Charente – Bloc de calcarénite.
Figure 8 - Bourg Charente – Calcareous limestone.

Figure 8 - Bourg Charente – Bloc de calcarénite.Figure 8 - Bourg Charente – Calcareous limestone.

Photographie D. Henry-Gambier.
Photography D. Henry-Gambier.

Figure 9 - Bourg Charente - Silex et bloc calcaire sous le crâne.
Figure 9 - Bourg Charente – Flint and calcareous limestone under the skull.

Figure 9 - Bourg Charente - Silex et bloc calcaire sous le crâne.Figure 9 - Bourg Charente – Flint and calcareous limestone under the skull.

Photographie D. Henry-Gambier.
Photography D. Henry-Gambier.

29Les deux produits ont fait l’objet d’analyses tracéologiques, selon une méthode initiée de 1960 à 1980 (Semenov 1964 ; Keeley 1977 ; Hayden 1979 ; Anderson-Gerfaud 1981) et mise en œuvre depuis par la majorité des tracéologues. Un référentiel expérimental de traces d’utilisation, d’emmanchement, de transport et d’altération comprenant de nombreux éclats bruts (Claud 2008) a été utilisé afin de comparer l’état des tranchants des pièces archéologiques aux traces expérimentales d’origine connue. Les deux éclats (n° 7 et 6) ont été examinés à faible (10 à 30 fois) et à fort grossissement (200 fois), grâce à une loupe binoculaire et un microscope métallographique, à la recherche d’éventuels esquillements, émoussés, micro-polis ou micro-stries d’utilisation. Aucune trace d’utilisation n’a été détectée sur ces éclats, malgré un état de conservation bon voire très bon (fig. 10). En effet, les modifications naturelles, très légères, consistent en de très rares esquillements naturels, une légère patine brillante microscopique et une faible patine blanche sur l’éclat n° 6 (fig. 10). Selon L. Detrain (com. pers.), ces deux silex sans être véritablement diagnostiques, sont compatibles avec le Mésolithique.

Figure 10 - Bourg Charente - Etat de conservation des éclats en silex n° 6 et 7.
Figure 10 - Bourg Charente – State of preservation of the flake of silex n° 6 et 7.

Figure 10 - Bourg Charente - Etat de conservation des éclats en silex n° 6 et 7.Figure 10 - Bourg Charente – State of preservation of the flake of silex n° 6 et 7.

a et b : tranchant intact vu à faible grossissement, c : vue microscopique d’un tranchant présentant une légère patine brillante.
a et b : untouched cutting edge, c : cutting edge with small shiny sheen.

Photographie E. Claud.
Photography E. Claud.

30Le petit bloc de calcarénite locale a été altéré successivement par la décarbonatation et les concrétions (fig. 11). Une analyse préliminaire à faible grossissement n’avait révélé en l’état aucun stigmate d’utilisation. Toutefois, sa morphologie serait due à l’usure et, après nettoyage, des macro-traces de percussion linéaires confirmeraient son caractère anthropique. Il pourrait s’agir selon B. Poissonnier d’un percuteur.

Figure 11 - Bourg Charente - Bloc de calcarénite : detail.
Figure 11 - Bourg Charente - Calcareous limestone: detail..

Figure 11 - Bourg Charente - Bloc de calcarénite : detail.Figure 11 - Bourg Charente - Calcareous limestone: detail..

Photographie M. Folgado Lopez.
Photography M. Folgado Lopez.

31Ces trois objets constituent le seul témoignage d’un éventuel mobilier associé au défunt. Cependant, leur proximité avec le crâne est un argument peut-être insuffisant pour admettre leur dépôt intentionnel. Toutefois, la présence de ce type d’objet dans d’autres sépultures mésolithiques constitue un élément en faveur d’un dépôt intentionnel d’autant plus que le remplissage ne contenait aucun autre objet. Ainsi les deux adultes de la sépulture 7 de La Vergne en Charente « reposaient en position hypercontractée sur le côté gauche, la tête de chacun redressée contre la paroi et reposant sur un petit bloc » (Courtaud et Duday 1995 - p. 181). A Culoz dans l’Ain, « …, un nucleus de forte taille calait ce dernier (le crâne) à la hauteur du pariétal droit » (Vilain 1961 - p. 456). A l’abri Cornille (Bouche-du-Rhône) l’adulte de la sépulture n° 2 reposait en décubitus latéral gauche, « le mobilier funéraire consistait en un simple petit bloc retouché posé derrière la tête » (Bouville et al. 1983 - p. 90).

32En outre, aucune trace d’ocre n’a été observée sur ou autour des os.

4 - Conclusion

33La sépulture de Bourg Charente est une sépulture primaire individuelle en fosse. Les premières informations biologiques indiquent un adulte de sexe indéterminé. Les indicateurs d’âge au décès les plus fiables ne sont pas utilisables mais la très forte usure dentaire n’évoque pas un jeune adulte. Aucun élément osseux ne permet de discuter les causes du décès.

  • 5 Le catalogue des hommes fossiles (Oakley et al. 1971) peut paraître obsolète. Il l’est bien évidemm (...)
  • 6 Les squelettes du Cheix (Puy de Dôme), du Rastel (Alpes-Maritimes) ont été réattribués au Néolithiq (...)
  • 7 Les recherches récentes sur le Mésolithique et les pratiques funéraires sont nombreuses aussi la li (...)

34En France, on dénombre actuellement entre 30 et 40 sites ayant livré des vestiges humains en contexte mésolithique (Oakley et al. 19715 ; Newell et al. 1979 ; May 1986 ;Verjux 2007 ; Valentin et al. 2008 ; Meiklejohn et al. 2010 ; Hoffmann et al. 2011). Les données sont très inégales en particulier pour les plus anciennes découvertes. Des incertitudes d’attribution chronoculturelle6 existent pour plusieurs d’entre elles et les avis des différents auteurs divergent sur ce point (Meiklejohn et al. 2010). Le nombre d’individus, les os présents, leurs relations, les gestes funéraires, les caractéristiques des dépôts (structure, mobilier, parures, ocre,..) sont très incertains voire totalement inconnus pour les découvertes les plus anciennes (ex. Montardit-Ariège, Poeymaü-Pyrénées-Atlantiques, Sous Sac-Ain, Roc du Barbeau-Dordogne,…). Ajoutons que dans quelques cas, le matériel a disparu empêchant toute révision. Enfin, certains sites n’ont livré que des vestiges épars (os, dents isolées, fragments de crâne ou de mandibule) qu’il est impossible de rapporter à un comportement particulier. D’autres restes, Oberlag (Haut-Rhin) par exemple (Boulestin et al., étude en cours) n’évoquent pas un comportement funéraire. Un tour d’horizon de la bibliographie7 concernant les découvertes les plus fiables relevant d’un contexte funéraire démontré (Péquart et al. 1937 ; Péquart M. et Péquart S.J. 1954 ; Vilain 1961 ; Rozoy 1978 ; Bouville et al. 1983, Courtaud et Duday 1995 ; Courtaud et Ketterer 1995 ; Ducrocq et al. 1996 ; Verjux et Dubois 1996 ; Duday et Courtaud 1998 ; Cauwe 1998 ; Verjux 1999 ; Toussaint 2002 ; Verjux 2007 ; Billard et al. 2001 ; Valdeyron 2008 ; Audouze et al. 2009 ; Meiklejohn et al. 2009 ; Valentin et al. 2008,…) montre qu’il existe une grande variété de pratiques funéraires en France au cours du Mésolithique. Les sépultures primaires dominent mais des sépultures secondaires (ex. La Chaussée-Tirancourt-Somme) ont aussi été mises en évidence et la crémation et d’autres gestes complexes existent durant tout le Mésolithique européen. La position des défunts varie et, dans plusieurs cas, de l’ocre, des parures abondantes et variées ainsi que du mobilier les accompagnent (Téviec et Hoëdic - Morbihan et La Vergne - Charente-Maritime). Dans certains sites, les auteurs (Péquart et al. 1937 ; Duday et Courtaud 1998) mentionnent des aménagements (fosse et/ou blocs/vestiges de faune) plus ou moins élaborés autour du ou des défunts (ex. Teviec et Hoëdic, La Vergne). Des sépultures individuelles, multiples ou collectives sont connues. Les dépôts isolés restent nombreux mais de véritables nécropoles s’organisent comme à Téviec, Hoëdic ou La Vergne. Elles intégrent plusieurs classes d’âge et diverses pratiques peuvent y coexister. A Bourg Charente, le dispositif apparaît simple : Le défunt est seul, aucun aménagement excepté la fosse n’a été identifié, aucune parure et très peu de mobilier l’accompagnait. Toutefois, la partie supérieure de la sépulture a été arasée par la pelle mécanique aussi un possible aménagement au-dessus du corps ou de la sépulture ne peut être totalement écarté. Sépulture primaire isolée (en tout cas pour l’instant), la sépulture de Bourg rappelle par certains aspects, certaines des sépultures (Les Closeaux, Rueil-Malmaison-Hauts-de-Seine, Maisons Alfort-Val-de-Marne, Verberie, Mareuil-lès-Meaux, « Les Vignolles »-Seine-et-Marne) situées au nord de la Loire : dépôt primaire d’un défunt en position fléchie et ou assis dans une fosse, absence de parure et d’ocre, absence ou rareté du mobilier (Valentin et al. 2008 ; Audouze et al. 2009). Des dépôts comparables sont également connus plus au sud. Il faut d’ailleurs souligner que la position hyperfléchie et le petit bloc sous le crâne de l’adulte de Bourg Charente rappellent ce qui a été observé à La Vergne (Charente-Maritime) dans la sépulture 7.

35Depuis quelques années, le regain d’intérêt pour le Mésolithique couplé à de nouvelles méthodologies et au développement des fouilles préventives a modifié considérablement notre vision des modes de vie, des comportements et de l’environnement des populations de cette période (Ghesquière et Marchand 2010). Dans le domaine funéraire, comme pour les périodes plus anciennes, la variabilité des comportements funéraires dont témoignent les vestiges humains reste à comprendre. Quelle signification lui attribuer en terme d’occupation du territoire, en terme d’organisation sociale et de relations intergroupes. La réponse à ces questions implique une révision dans une perspective bioarchéologique de l’ensemble des vestiges humains connus pour cette période avec un préalable : dater les os humains dès lors qu’un doute existe sur leur appartenance au Mésolithique ou sur leur place dans la chronologie du Mésolithique.

36Dans ce contexte, l’appartenance au Mésolithique ancien de la sépulture de Bourg Charente en fait un document majeur pour la connaissance de la biologie et des comportements funéraires des populations mésolithiques en Europe. D’une part, elle vient enrichir un corpus encore trop pauvre en dépit des découvertes récentes effectuées dans le cadre de fouilles préventives. Pour les régions au sud de la Loire, Bourg Charente est le seul site de plein air, avec celui de La Vergne, ayant livré une sépulture : ailleurs les découvertes proviennent de grotte ou d’abri. D’autre part, elle est la plus ancienne des sépultures mésolithiques françaises datées sur os humain et se situe parmi les plus anciennes sépultures mésolithiques européennes. Enfin, la fouille de la totalité du site « Les Pièces de Monsieur Jarnac » à Bourg Charente apparaît importante pour la connaissance du contexte techno-culturel dans lequel s’inscrit cette sépulture et, au-delà, pour celle du Mésolithique. L’exemple de la nécropole mésolithique de La Vergne située à une quarantaine de kilomètres de Bourg Charente laisse en effet espérer la découverte d’autres vestiges mésolithiques dans la parcelle.

Nous remercions J. Buisson-Catil, Conservateur régional du service d’Archéologie de Poitou-Charentes, D. Delhoume, conservateur et J. Primault, ingénieur, pour l’aide qu’ils nous ont apportée au cours de cette opération ainsi que L. Detrain, B. Poissonnier et A. Turq pour leurs remarques sur les silex et le bloc associés au corps. Nous remercions aussi les lecteurs de cet article pour leurs remarques.
We thank J. Buisson-Catil, Curator of Archaeology Regional Service of Poitou-Charentes, D. Delhoume conservative and J. Primault engineer for the help they have given us during the excavation and L. Detrain, B. Poissonnier and A. Turq for their comments on the flint and the block associated with the body. We also thank the reviewer of this article for their comments.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

ANDERSON-GERFAUD P. 1981 - Contribution méthodologique à l’analyse des microtraces d’utilisation sur les outils préhistoriques. Thèse de 3ème cycle, Université de Bordeaux 1, 314 p.

AUDOUZE F., DRUCKER D.G., VALENTIN F. 2009 - Nouvelles données chronologiques, biologiques et alimentaires sur l’enfant mésolithique de Verberie – Le Buisson Campin (Oise). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 21 (1- 2), p. 5- 18.

BILLARD C., ARBOGAST R.M., VALENTIN F. 2001- La sépulture mésolithique des Varennes à Val- de- Reuil (Eure). Bulletin de la Société préhistorique Française, 98, p. 25- 52.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

BOUVILLE C., CONSTANDSE- WESTERMANN T.S., NEWELL R.R. 1983 - Les restes humains mésolithiques de l’abri Cornille, Istres (Bouches- du- Rhône). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 10, (1), p. 89- 110.
DOI : 10.3406/bmsap.1983.3886

CAUWE N. 1998 - La grotte Margaux à Anseremme- Dinant : étude d’une sépulture collective du mésolithique ancien. ERAUL, 59, 138 p.

CLAUD E. 2008 - Le statut fonctionnel des bifaces au Paléolithique moyen récent dans le Sud- Ouest de la France. Étude tracéologique intégrée des outillages des sites de La Graulet, La Conne de Bergerac, Combe Brune 2, Fonseigner et Chez- Pinaud/Jonzac. Thèse de Doctorat : Université de Bordeaux 1, 546 p.

COURTAUD P. 1996 - Anthropologie de sauvetage : vers une optimisation des méthodes d’enregistrement. Présentation d’une fiche anthropologique. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s. 8, 3- 4, p. 157- 167.

COURTAUD P., DUDAY H. 1995 - Découverte d’une nécropole mésolithique à La Vergne (Charente- Maritime). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 7,3- 4, p. 181- 184.

COURTAUD P., DUDAY H., MARTIN H., ROBIN K. 1999 - La nécropole mésolithique de La Vergne (Charente- Maritime, France). In : P. Bintz and A. Thévenin (eds) : L’Europe des derniers chasseurs. Epipaléolithique et mésolithique. Actes du 5e colloque international UISPP, Commission XII, Grenoble 18 - 23 septembre 1995, Ed.CTHS Paris, p. 287- 292

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

DUCROCQ T., KETTERER I. 1995 - Le gisement mésolithique du Petit Marais, La Chaussée- Tirancourt (Somme). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 92, p. 249- 259.
DOI : 10.3406/bspf.1995.10010

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

DUCROCQ T., LE GOFF I., VALENTIN F. 1996 - La sépulture secondaire mésolithique de La Chaussée- Tirancourt (Somme). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 93, p. 211- 216.
DOI : 10.3406/bspf.1996.10142

DUDAY H. 2010 - The Archaeology of the Dead. Oxbow Books.

DUDAY H., COURTAUD P. 1998 - La nécropole mésolithique de La Vergne (Charente- Maritime). In : J. Guilaine (Ed.) Sépultures d’Occident et genèse des mégalithismes (9000- 3500 avant notre ère. Séminaire du Collège de France 1997. Paris : Errance, p. 27- 37.

FOLGADO-LOPEZ M., BERTRAN P., SOUQUET-LEROY I, HENRY-GAMBIER D., 2010 - Les Pièces de Monsieur Jarnac. Bourg- Charente Rapport final d’opération. Diagnostic archéologique. Inrap Grand-Sud-Ouest, 134 p.

GHESQUIERE E, MARCHAND G. 2010 - Le Mésolithique en France , Archéologie des derniers chasseurs-cueilleurs. Editions La Découverte.

HAYDEN B. (dir.) 1979 - Lithic use- wear analysis. Proceedings of the Conference held at Department of Archaeology, Burnaby, Canada 16 - 20 march 1977. Academic Press, New York, 413 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

HOFFMANN A., HUBLIN J.J, HÜLS M., TERBERGER T. 2011 - The Homo aurignaciensis hauseri from Combe- Capelle. A Mesolithic burial. Journal of Human Evolution, 1- 4.
DOI : 10.1016/j.jhevol.2011.03.001

KEELEY H. 1977 - The functions of Palaeolithic flint tools. Scientific American, 237, p. 108- 126.

MAY F. 1986 - Les sépultures préhistoriques. Etude critique. Paris CNRS.

MEIKLEJOHN C., BABB J. 2009 a - Issues in burial chronology in the Mesolithic of Northwestern Europe. In: Ph. Crombé, M. Van Strydonck, J. Sergant, M. Boudin and M. Bats (Eds), Chronology and Evolution within the Mesolithic of North- West Europe. Proceedings of an International Meeting, Brussels, May 30th- June 1st 2007. Cambridge Scholars Publishing, p. 217- 238.

MEIKLEJOHN C, BRINCH PETERSEN E., BABB J. 2009b - From single graves to cemeteries: An initial look at chronology in Mesolithic burial practice. In: S.McCartan, R.J. Schulting, G. Warren, P.C. Woodman (Eds), Mesolithic Horizons.Seventh International Conference on the Mesolithic in Europe, Belfast, 2005, Oxford, Oxbow Books, p. 639- 645.

MEIKLEJOHN C, BOSSET G., VALENTIN F. 2010 - Radiocarbon dating of Mesolithic human remains in France. Mesolithic Miscellany, 21, 1, p. 10-57.

MURAIL P., BRUZEK J., HOUËT F., CUNHA E. 2005 - DSP: a Tool for probabilistic Sex Diagnosis Using Worlwide variability in Hip- bone Measurements. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 17, 3- 4, p. 165- 176.

NEWELL R.R., CONSTANDSE-WESTERMANN T.S., MEIKELJOHN C. 1979 - The skeletal remains of Mesolithic man in Western Europe: an evaluative catalogue. Journal of Human Evolution. 8, 228 p.

OAKLEY K.P., CAMPBELL B.G., MOLLESON T.I. 1971 - Catalog of fossil Hominids. Part II : Europe, British Museum (Natural History), Londres.

PEQUART M., PEQUART S.J. 1954 - Hoëdic, deuxième station nécropole du Mésolithique armoricain. Anvers : De Sikkel, 22, 93 p.

PEQUART M., PEQUART S.J., BOULE M., VALLOIS H. 1937 - Téviec, station nécropole du Mésolithique du Morbihan. Paris Masson, Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, mémoire 18, 227 p.

REIMER P. J., BAILLIE M. G. L., BARD E., BAYLISS A., BECK J. W., BLACKWELL P. G., BRONK RAMSEY C., BUCK C. E., BURR G. S., EDWARDS R. L., FRIEDRICH M., GROOTES P. M., GUILDERSON T. P., HAJDAS I., HEATON T. J., HOGG A. G., HUGHEN K. A., KAISER K. F., KROMER B., McCORMAC F. G., MANNING S. W., REIMER R. W., RICHARDS D. A., SOUTHON J. R., TALAMO S., TURNEY C S M., VAN DER PLICHT J., WEYHENMEYER C. E. 2009 - IntCal09 and Marine09 Radiocarbon Age Calibration Curves, 0–50,000 Years cal BP. Radiocarbon, 51,4, p. 1111- 1150.

ROZOY J.-G. 1978- Les derniers chasseurs : l’Epipaléolithique en France et en Belgique, essai de synthèse. Bulletin de la Société Archéologique champenoise. Numéro spécial, juin 1978, 1256 p.

SCHMITT A. 2005 - Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro- pelvienne iliaque. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 17, 1- 2, p. 89- 101.

SEMENOV S. A. 1964 - Prehistoric technology; an experimental study of the oldest tools and artefacts from traces of manufacture and wear. Cory, Adams et Mackay, London. 211 p.

TOUSSAINT M. 2002 - Problématique chronologique des sépultures du Mésolithique mosan en milieu karstique. Notae Praehistoricae, 22, p. 141- 166.

VALDEYRON N. 2008 - The Mesolithic in France. In: G. Bailey, P. Spikins (Eds.) Mesolithic Europe. Cambridge University Press, p. 203- 220.

VALENTIN F. F., BUQUET-MARCON C. CONFALONIERI J., COTTIAUX R., DELATTRE V., LANG L., LE GOFF I., LAWRENCE-DUBOVAC P. et VERJUX C. 2008 - Découvertes récentes d’inhumations et d’une incinération datées du Mésolithique en Île-de-France, Revue Archéologique d’Île-de-France, 1, p. 21 - 42.

VERJUX C. 1999 - Chronologie des rites funéraires mésolithique à Auneau (Eure- et- Loire). In : P. Bintz and A. Thévenin (Eds), L’Europe des derniers chasseurs. Epipaléolithique et Mésolithique. Actes du 5e colloque international UISPP, Commission XII, Grenoble 18- 23 septembre 1995, Paris CTHS, p. 293- 302.

VERJUX C. 2007 - Les pratiques funéraires mésolithiques en Europe. Diversité dans l’espace et dans le temps. In : L. Baray, P. Brun, A. Testard (Eds), Pratiques funéraires et sociétés. Nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale. Actes du colloque interdisciplinaire de Sens, 12- 14 juin 2003, Etudes Universitaires de Dijon, p. 15- 35.

VERJUX C., DUBOIS J.P. 1996 - Une sépulture mésolithique en position assise sur le site du Parc du Château à Auneau (Eure- et- Loire). Revue Archéologique du Centre de la France, 35, p. 83- 96.

VILAIN R. 1961- Culoz (Ain) : un gisement mésolithique avec sépulture dans le Bugey (notes préliminaires). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 58, 7, p. 450- 461.

VILLOTTE S. 2009 - Enthésopathies et activités des hommes préhistoriques. Recherche méthodologique et application aux fossiles européens du Paléolithique supérieur et du Mésolithique. BAR S1992, 206 p.

Top of page

Annex

Abridged english version

The discovery

In june 2010, an adult burial was discovered during an archaeological evaluation on the site of « Les pièces de Monsieur Jarnac » (Bourg Charente en Charente) by an INRAP team supervised by M. Folgado-Lopez (Folgado et al. 2010). The open-air site « les Pièces de Monsieur Jarnac » is located on the left bank of the Charente river near Cognac, on a slope at the foot of a cretaceous limestone ledge (fig. 1 et 2).

Geomorphology and dating

Surveys conducted as part of the archaeological evaluation revealed a complex stratigraphy with alluvial and slope deposits. The grave is dug into the slope deposits. The funerary deposit and its immediate environment underwent significant changes in soil during the Holocene (fig. 1, 3, 4).

Since no artifacts really diagnostic were associated with the human bones a human skull fragment (parietal bone) was submitted for AMS 14C dating at Beta analytic (Miami, USA) using the standard pretreatment protocole at Beta. The results -9330 +- 50BP - Beta 283143- (table 1) support an early Mesolithic age for the burial. This tomb is located in the Preboreal and belongs to the oldest phase of the Mesolithic. It is among the oldest Mesolithic burials in Europe and among the oldest French Mesolithic burial dated directly by radiocarbon (Valentin et al. 2008; Meiklejohn et Babb 2009a; Meiklejohn et al. 2009b and 2010).

The burial

The grave has been excavated according to the methodology of “Anthropologie de terrain” (Duday 2010). A complete record was made with topographical and photographic surveys of burial accompanied by photographs of detail. The excavation revealed a skeleton in a contracted position, feet to the north, head to the south (fig. 5). The bones are in anatomical connection, but there are not well preserved (fig. 5 et 8): cranial vault was destroyed by the excavator and the extremities of the long bones are altered and fractured by geological processes. The ribs and the vertebrae are badly damaged (fig. 5 et 8). The bones of the hands and feet are missing. The feet, the right hip bone and parts of the femur bones had been destroyed by the digging of a protohistoric ditch (fig. 4). The individual is lying on her back, the trunk slightly rotated on the left side, right upper limb in slight flexion, right radius and ulna appear by their posterior face, the left upper limb slightly flexed , radius and ulna seen by their left anterior face, lower limbs flexed on the left side (fig. 5). The skull is on its base, the mandible on its underside, was slightly shifted to the north. Despite the general state of conservation of the bones, the preservation of the anatomical connections indicate a primary deposit. All observations show that the decomposition of the corpse took place in a limited space (fig. 5). This burial is an “earth grave”.

Identity of the deceased

Althought restauration must take place before more complete analysis can proceed, it is nonetheless possible to observe that the individual of Bourg Charente is an adult. The determination of sex and age at death based on the coxal bone ( Schmitt 2005; Murail et al. 2005) is not possible because the left coxal bones are too fragmentary (right coxal bone is missing).One can also note that the skull and mandible appear to be quite robust, while the long bones appear relatively slender. The teeth are completely calcified and the strong wear of the crown, is inconsistent with the wear commonly seen in a young subject (fig. 7). Finally, at this stage of the study, no sign or lesion could explain the death of this individual.

Associated materials

In contact with the left branch of the mandible and the mastoïd process a small block of calcarenite (8/7/4 cm) oval and flattened (fig. 6-9) was found.An irregular flint flake and a distal fragment of a flint flake in Senonian local black silex were in the occipital region (fig. 9). No trace of use was detected on these silex despite a good state of preservation. (fig. 10). The small block of local calcarenite has been altered by the decarbonation and concretions (fig.11). A preliminary analysis revealed no trace of use. However, its morphology is due to wear and after cleaning, traces of macro-linear percussion confirm the anthropogenic character of this block. It should be noted that the contracted position of the corpse and the small block under the skull of the adult of Bourg Charente recall what has been observed in the grave 7 at La Vergne (Charente-Maritime). In addition, no trace of ochre were found on or around the bones.

Conclusion

The burial of Bourg Charente is an individual primary deposit in a pit. The first biological informations indicate an adult of indeterminate sex. The most reliable indicators of age at death cannot used but the very strong tooth wear does not indicate a young adult. The causes of death are unknown.

In France, there are currently between 30 and 40 sites that yielded human remains in Mesolithic context (Oakley et al. 1971; Newell et al. 1979; May 1986; Verjux 2007; Valentin et al. 2008; Meiklejohn et al. 2010; Hoffmann et al. 2011).

Review of the literature on the most reliable findings within a funerary context (Péquart et al. 1937; Péquart M. et Péquart S.J. 1954; Vilain 1961; Rozoy 1978; Bouville et al. 1983; Courtaud et Duday 1995; Courtaud et al. 1999; Ducrocq et Keterer 1995; Ducrocq et al. 1996; Verjux et Dubois 1996; Duday et Courtaud 1998; Cauwe 1998; Verjux 1999, 2007; Toussaint 2002; Billard et al. 2001; Valdeyron 2008; Audouze et al. 2009; Meiklejohn and al. 2009; Valentin et al. 2008, ...) shows that there is a great variety of burial practices in France during the Mesolithic. The primary burials (individual or multiple burials) are importants but secondary burials are also known (e.g. La Chaussée Tirancourt) and the cremation and other complex practices exist throughout the European Mesolithic. And in some case (eg Teviec, or La Vergne) the funerary complex comprises several burials (cemetery).

The burial of Bourg Charente is a major document for the understanding of the biology and funerary behavior of the early mesolithic populations in Europe. This burial is the oldest French Mesolithic burials dated on human bone. It is one of the oldest European Mesolithic burials.

Excavations of the site « Les Pièces de Monsieur Jarnac » à Bourg Charente « at Bourg Charente is important for understanding the techno-cultural context of the burial and it is possible that other burials are discovered in future excavations.

Top of page

Notes

1 Les autres sépultures sont historiques (étude en cours I. Souquet-Leroy).

2 Avec la participation de J. Thouzeau (Materia Viva).

3 Cette dent est une molaire supérieure. Elle a été prélevée selon le protocole élaboré par MF. Deguilloux responsable de la plateforme génétique (Pacea-A3P-Université de Bordeaux) pour éviter toute contamination par de l’ADN récent. L’étude est en cours.

4 Détermination B. Poissonnier (INRAP) et A. Turq (MNP).

5 Le catalogue des hommes fossiles (Oakley et al. 1971) peut paraître obsolète. Il l’est bien évidemment pour divers aspects notamment, le décompte des découvertes, leur attribution culturelle mais il reste pertinent parce qu’il fournit les informations sur l’inventaire ostéologique, les publications princeps et la localisation des fossiles découverts avant 1971. Il est d’ailleurs, bien que non cité, utilisé par de nombreux auteurs de synthèses.

6 Les squelettes du Cheix (Puy de Dôme), du Rastel (Alpes-Maritimes) ont été réattribués au Néolithique à la suite de la datation C14 d’un os humain ( Meiklejohn et al. 2010), au contraire le squelette de Combe-Capelle (Dordogne) s’est révélé être Mésolithique (Hoffmann et al. 2011).

7 Les recherches récentes sur le Mésolithique et les pratiques funéraires sont nombreuses aussi la liste des références citées n’est pas exhaustive.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Bourg Charente – Localisation.Figure 1 -Bourg Charente – Location.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-1.jpg
File image/jpeg, 264k
Title Figure 2 - Bourg Charente – Localisation des sondages et des coupes stratigraphiques.Figure 2 -Bourg Charente – Location of the sounding and stratigraphic cross-sections.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-2.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Figure 3 - Bourg Charente - Stratigraphie schématique.Figure 3 - Bourg Charente - Schematic stratigraphy.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-3.jpg
File image/jpeg, 192k
Title Figure 4 - Bourg Charente - La sépulture au moment de la découverte. Interprétation.Figure 4 - Bourg Charente - The burial after the discovery : interpretation.
Credits Photographie P. BertranPhotography P. Bertran
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-4.jpg
File image/jpeg, 584k
Title Figure 5 - Bourg Charente- La sépulture.Figure 5 - Bourg Charente- The burial.
Credits Photographie D. Henry-Gambier.Photography D. Henry-Gambier.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-5.jpg
File image/jpeg, 576k
Title Figure 6 - Bourg Charente – Skull and mandible: lower teeth.Figure 6 - Bourg Charente – Dents permanentes inférieures.
Credits Photographie D. Henry-Gambier.Photography D. Henry-Gambier.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-6.jpg
File image/jpeg, 432k
Title Figure 7 - Bourg Charente – Crâne et mandibule : vue latérale.Figure 7 - Bourg Charente – Skull and mandible: lateral view.
Credits Photographie D. Henry-Gambier.Photography D. Henry-Gambier.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-7.jpg
File image/jpeg, 808k
Title Figure 8 - Bourg Charente – Bloc de calcarénite.Figure 8 - Bourg Charente – Calcareous limestone.
Credits Photographie D. Henry-Gambier.Photography D. Henry-Gambier.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-8.jpg
File image/jpeg, 680k
Title Figure 9 - Bourg Charente - Silex et bloc calcaire sous le crâne.Figure 9 - Bourg Charente – Flint and calcareous limestone under the skull.
Credits Photographie D. Henry-Gambier.Photography D. Henry-Gambier.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-9.jpg
File image/jpeg, 612k
Title Figure 10 - Bourg Charente - Etat de conservation des éclats en silex n° 6 et 7.Figure 10 - Bourg Charente – State of preservation of the flake of silex n° 6 et 7.
Caption a et b : tranchant intact vu à faible grossissement, c : vue microscopique d’un tranchant présentant une légère patine brillante.a et b : untouched cutting edge, c : cutting edge with small shiny sheen.
Credits Photographie E. Claud.Photography E. Claud.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-10.jpg
File image/jpeg, 476k
Title Figure 11 - Bourg Charente - Bloc de calcarénite : detail.Figure 11 - Bourg Charente - Calcareous limestone: detail..
Credits Photographie M. Folgado Lopez.Photography M. Folgado Lopez.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2117/img-11.jpg
File image/jpeg, 128k
Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Henry-Gambier, Isabelle Souquet-Leroy, Pascal Bertran, Émilie Claud and Milagros Folgado-Lopez, « Une nouvelle sépulture mésolithique », PALEO, 22 | 2011, 173-18.

Electronic reference

Dominique Henry-Gambier, Isabelle Souquet-Leroy, Pascal Bertran, Émilie Claud and Milagros Folgado-Lopez, « Une nouvelle sépulture mésolithique », PALEO [Online], 22 | 2011, Online since 17 April 2012, connection on 20 October 2014. URL : http://paleo.revues.org/2117

Top of page

About the authors

Dominique Henry-Gambier

CNRS, PACEA/A3P, Université Bordeaux 1, B8, avenue des Facultés, F-33405 Talence -
d.gambier@anthropologie.u.bordeaux1.fr

By this author

Isabelle Souquet-Leroy

PACEA et INRAP, 156, avenue Jean Jaurès, F-33600 Pessac -
isabelle.souquet-leroy@inrap.fr

Pascal Bertran

PACEA et INRAP, 156, avenue Jean Jaurès, F-33600 Pessac -
pascal.bertran@inrap.fr

By this author

Émilie Claud

PACEA et INRAP, 156, avenue Jean Jaurès, F-33600 Pessac

By this author

Milagros Folgado-Lopez

PACEA et INRAP, Centre de recherches archéologiques, F-24260 Campagne.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page