Skip to navigation – Site map
Nouvelles de la Préhistoire

Les rongeurs de la grotte Delfour a Sonac (Lot)

The rodents of Delfour cave at Sonac (Lot)
J.-C. Marquet and M.R. Séronie-Vivien
p. 319- 330

Abstracts

Delfour cave is excavated in jurassic limestones of Gramat causse. The deposits have given remains of large and small mammals, the last one being only studied here. Presence of Allophaiomys pliocaenicus and Ungaromys nanus allows to propose, for the summit of the sediments of this cave, an age not so far from one million years, during lower Pleistocene.

Top of page

Full text

Introduction

1La grotte Delfour se trouve sur la commune de Sonac dans le département du Lot (fig. 1). Elle a été découverte et explorée par Daniel Delfour et Claude Lemaire en 1970. Lors de l’exploration de cette cavité, de modestes dimensions, creusée dans la série carbonatée du Jurassique du causse de Gramat, il fut trouvé, dans des éboulis argilo-calcaires, des ossements anciens.

Figure 1 - Carte de situation de la grotte Delfour à Sonac dans le département du Lot (France).
Figure1 - Situation map of Delfour cave at Sonac in Lot department (France).

Figure 1 - Carte de situation de la grotte Delfour à Sonac dans le département du Lot (France).Figure1 - Situation map of Delfour cave at Sonac in Lot department (France).

Carte © IGN ® GEOFLA. C. Scheid, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours.

2L’accès à la cavité se fait actuellement, dans la prairie, par une toute petite ouverture qui donne dans un étroit boyau en forte pente et s’ouvre dans une grande salle occupée par un important éboulis. En 2002 nous eûmes l’occasion de visiter la grotte, guidé par C. Lemaire et accompagné d’un petit groupe de préhistoriens. Lamentablement, nous avons dû constater les bouleversements qui avaient affecté le fond de la cavité. Soit par soutirage naturel, soit par suite de fouilles clandestines, les sédiments fossilifères avaient disparu et nous ne pûmes recueillir que deux petits blocs bréchiques cimentés par de la calcite et paraissant contenir des fragments d’os longs. C’est à l’occasion des travaux de dégagement de ces ossements que nous recueillîmes plusieurs dents de rongeurs intimement associées à cet ensemble faunique.

3Une seconde visite en 2004 ne nous permit pas de trouver de nouveaux restes anciens de grands mammifères mais un prélèvement de quelques kilogrammes de sédiment fut fait en bas du grand cône d’éboulis. La photographie (fig. 2) donne une bonne idée de la nature et des dimensions de la salle, l’échelle étant donnée par les personnages. La plus grande partie de la cavité est occupée par l’éboulis dont le sommet semble se raccorder à un puits qui doit s’ouvrir à la surface du sol mais complètement occulté, au sommet, par le remplissage. On aperçoit au fond, en bas, à droite, le départ d’une galerie qui a certainement permis, au moins dans un passé récent, le soutirage de pas mal de matériaux. Au premier plan, à gauche, on observe des éléments de plancher stalagmitique portant des stalagmites qui semblent encore en place. Le fait que ce plancher se présente en fragments et qu’il existe des vides au-dessous de lui, montre bien l’importance des soutirages qui ont affecté le remplissage.

Figure 2 - Lot. Sonac. La grotte Delfour.
Figure 2 - Lot. Sonac. Delfour cave. The large room of the cave.

Figure 2 - Lot. Sonac. La grotte Delfour.Figure 2 - Lot. Sonac. Delfour cave. The large room of the cave.

Le prélèvement a été effectué dans la couche terminale du cône d’éboulis, en bas de celui-ci, sous un plancher stalagmitique qui scelle l’éboulis
The sample has been taken in the final level of the mass of the fallen earth, at the bottom of that one, under a stalagmitic floor which cover the cone of fallen earth.

4Lors de la première visite, D. Delfour et C. Lemaire avaient collecté quelques ossements qui se sont avérés très anciens (datant au moins du Pléistocène moyen). Ces ossements ont été remis à F. Poplin du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris qui alerta M. Philippe du Muséum d’Histoire naturelle de Lyon. Celui-ci détermina les espèces suivantes : Ursus cf.deningeri Reichenau, Homotherium sp, un Elephantidae, Equus cf. süssenbornensis Wüst, Dama cf. clactoniana Falconer et un Bovidae (Philippe 1985). Au cours des visites de 2002 et 2004, aucun autre reste notable de grand mammifère n’a été découvert. Ce sont les restes des rongeurs issus du premier prélèvement et ceux issus du tamisage des sédiments prélevés en 2004 que nous présentons ici. La microfaune récoltée comprend aussi des restes de Talpidae, de Soricidae, d’amphibiens et d’oiseaux dont l’étude devra être réalisée.

1 - Systématique. Les rongeurs

5Le matériel est peu abondant, le nombre minimum des individus, d’après les molaires collectées et notamment les premières molaires inférieures, est de 33. L’essentiel de ce matériel provenant de notre prélèvement fait en 2004, on peut considérer qu’il constitue, avec le prélèvement très limité, effectué auparavant, un seul ensemble prélevé un peu au-dessus de la base de l’éboulis visible sur la figure 2.

A. Famille Arvicolidae Gray, 1821

Sous-famille des Ellobiinae Gill, 1872

Espèce Ungaromys nanus Kormos, 1933

6L’échantillon se compose de trois M/1, d’une M/2, de quatre M1/ et de six M2/.

Description des molaires

7A. J. van der Meulen a donné une description très précise des différentes molaires de l’espèce (Van der Meulen 1973). Nous reprendrons ici l’essentiel de son texte mais en nous limitant aux caractères généraux et à ceux de la première molaire inférieure (M/1). A. C. Paunescu donne également dans sa thèse une description détaillée des molaires de cette espèce (Paunescu 2001).

8Toutes les molaires ont deux racines et sont hypsodontes. L’émail est épais et d’épaisseur constante tout le long de la bande d’émail excepté au niveau de la partie antérieure de la M/1 où il est quelque peu plus mince. Dans les stades tardifs d’usure, une légère réduction de l’épaisseur de l’émail peut être présente à l’extrémité des angles rentrants. Un peu de cément est présent chez les spécimens usés des individus âgés mais nous n’en avons pas observé sur les molaires de ce site. Les aires de dentine des molaires tendent à être confluentes mais il y a quelques exceptions chez les M/1, M/2 et M2/. Chez les molaires usées, l’émail est interrompu, l’interruption qui apparaît en premier se situe à l’avant pour les molaires inférieures et à l’arrière pour les molaires supérieures. La troisième molaire supérieure est réduite. Elle possède deux synclinaux linguaux et trois buccaux.

9Pour la description de la première molaire inférieure, nous pouvons prendre comme exemple la pièce 2558 de la figure 3. C’est une première molaire inférieure gauche, la face externe (vestibulaire) est à gauche et la face interne (linguale) à droite. Entre la boucle antérieure et la boucle postérieure, la face linguale possède deux anticlinaux (triangles sortants, T1 et T3) et deux synclinaux (triangles rentrants) tandis que la face vestibulaire ne possède qu’un anticlinal (T2) et deux synclinaux. Au niveau de la boucle antérieure, on observe en général deux synclinaux supplémentaires, un externe et un interne mais qui disparaissent chez les individus âgés (ces synclinaux sont en voie de disparition sur la M/1 n° 2535). Les triangles T1, T2 et T3 sont largement confluents entre eux et avec les boucles antérieure et postérieure surtout chez les individus les plus jeunes (n° 2562). Les confluences deviennent plus étroites lorsque l’individu devient plus âgé. La deuxième molaire inférieure montre des triangles T1 et T2 très peu alternants et, comme pour toutes les autres dents, une absence de différenciation de la bande d’émail.

Figure 3 - Ungaromys nanus.
Figure 3 - Ungaromys nanus.

Figure 3 - Ungaromys nanus.Figure 3 - Ungaromys nanus.

2558 : M/1 gauche, 2535 et 2562 : M/1 droite, 2536 : M1/ gauche ; 2537 : M1/ droite. L’échelle est approximative.
2558: First lower left- molar, 2535 and 2562: First lower right molars, 2536: First upper left molar; 2537: First upper right molar. The scale is approximate.

10Les quatre premières molaires supérieures (M1/) montrent une forte homogénéité. Les trois spécimens 2536, 2537 et 2560 semblent appartenir à des individus plus jeunes que 2538. Il y a deux synclinaux internes et deux externes et, de la même manière, deux anticlinaux (T1 à T4) sur chacune des deux faces. Les deux triangles externes (T1 et T3) sont plus courts que les deux triangles internes (T2 et T4). Le bord postérieur du T3 tend à être rectiligne.

11L’ensemble collecté comprend également six deuxièmes molaires supérieures (fig. 4). Chacune possède une boucle antérieure et trois triangles, deux sur la face interne, T1 et T3 et un seul sur la face externe, T2. Il y a donc deux synclinaux sur la face interne et un seul sur la face externe. Le triangle T2 externe est peu aigu et très large à sa base. Du côté externe, le triangle T1 est plus développé que le T3. Comme pour la première molaire supérieure, le bord postérieur du triangle le plus postérieur tend à être rectiligne voire très légèrement concave. Comme pour toutes les autres dents, l’émail est épais et très peu différencié. Il y a encore trois premières molaires supérieures dont deux sont figurées (fig. 4) et une deuxième molaire inférieure. Il n’a pas été observé de cément dans les angles rentrant des différentes molaires collectées.

Figure 4 - Ungaromys nanus.

Figure 4 - Ungaromys nanus.

Figure 4 - Ungaromys nanus.

2564, 2563 et 2561 : M2/ gauche ; 2565, 2568 et 2590 : M2/ droite.
2564, 2563 and 2561: Second upper left molars; 2565, 2568 and 2590: Second upper right molars.

Mesures des molaires et comparaisons

12Nous nous sommes limités à la mesure de la longueur des différentes molaires déterminées et à leur comparaison avec celles des rares sites européens qui ont donné cette espèce : le dépôt karstique de Monte Peglia à Orvieto en Italie (van der Meulen 1973 ; Paunescu 2001), les sites de Mas Rambault près de Frontignan dans l’Hérault (Michaux 1971) et du Vallonnet à Roquebrune-Cap-Martin dans les Alpes-maritimes (Chaline 1971 ; Paunescu 2001), le site de Bagur-2 en Espagne (Lopez et alii 1976), le site de Betfia en Roumanie (Kormos 1933), le site de Castagnone dans le Montferrato septentrional, en Piémont, dans le nord-ouest de l’Italie (Siori et Sala 2007).

13Les longueurs minima et maxima ainsi que la moyenne des longueurs des dents des différents sites sont indiquées dans le tableau 1.

Tableau 1 - Mensurations des longueurs de molaires d’Ungaromys nanus de la grotte Delfour et de quelques sites d’Europe occidentale.
Table 1 - Measures of Ungaromys nanus molars length from Delfour cave and from some occidental european sites.

Tableau 1 - Mensurations des longueurs de molaires d’Ungaromys nanus de la grotte Delfour et de quelques sites d’Europe occidentale.Table 1 - Measures of Ungaromys nanus molars length from Delfour cave and from some occidental european sites.

14Les longueurs des différentes molaires de Ungaromys nanus de la grotte Delfour sont, en mm :

- pour la M/1 : 1,9 ; 2,07 et 2,013

- pour la M/2 : 1,43

- pour les M1/ : 1,9 ; 1,9 ; 1,93 ; 1,96

- pour les M2/ : 1,5 ; 1,5 ; 1,6 ; 1,6 ; 1,63

15Le petit nombre d’individus, mais c’est également vrai pour les autres sites européens qui ont donné cette espèce, ne permet pas une étude statistique valable. On peut simplement observer que les dimensions des différentes molaires de la grotte Delfour se situent sensiblement dans les intervalles des dimensions des molaires des autres sites. On pourrait peut-être simplement noter une taille moyenne très légèrement supérieure des molaires supérieures de la grotte Delfour par rapport à celles des autres sites.

B. Sous-famille Arvicolinae (Bonaparte, 1837)

Tribu Arvicolini Kretzoï, 1955

Genre Mimomys F. Major, 1902

16Le prélèvement a donné une M2/ du genre Mimomys sans qu’il soit possible de proposer une espèce quelconque. Cette molaire est représentée en figure 4 sous le numéro 2567. Elle se compose d’une boucle antérieure et de trois triangles. L’émail est relativement différencié et les angles rentrants possèdent un cément assez abondant.

C. Sous-famille Arvicolinae Bonaparte, 1837

Tribu Arvicolini Kretzoï, 1955

Espèce Allophaiomys pliocaenicus Kormos, 1932

17Le prélèvement a donné un assez grand nombre de molaires puisque le nombre minimum d’individus, calculé à partir des premières molaires inférieures est de 26. Certaines molaires sont encore logées sur la mandibule (fig. 5), les numéros 2571 et 2585. Nous avons représenté quelques premières molaires inférieures sur cette même figure sans chercher à l’exhaustivité. De nombreuses autres molaires inférieures et supérieures sont également présentes dans l’échantillon.

Figure 5 - Ungaromys nanus.
Figure 5 - Ungaromys nanus.

Figure 5 - Ungaromys nanus.Figure 5 - Ungaromys nanus.

2560 et 2538 : M1/ gauche. Mimomys sp. 2567 : M2/ gauche. Indéterminé : 2566.
2560 and 2538 : First upper left molars. Mimomys sp. 2567 : Second upperleft molar. Indetermined : 2566.

18Jean Chaline (Chaline 1972) caractérise l’espèce comme un arvicolidé arhizodonte dont les molaires ont un émail différencié et montrent du cément dans les angles rentrants. La M/1, première molaire inférieure est formée d’une boucle postérieure, de trois triangles clos et d’un complexe antérieur qui est lui-même formé de deux triangles largement confluents entre eux et confluents avec la boucle antérieure. Ce complexe antérieur possède une très forte variabilité.

19Les individus que nous avons rapporté à cette espèce s’intègrent parfaitement dans le cadre défini par J. Chaline et la figure 5 donne un aperçu de leur variabilité, dans cette population, au niveau de la boucle antérieure. Nous ne tenterons pas ici de distinguer différents morphotypes à partir de la forme de cette boucle antérieure et plus largement du complexe antérieur. Une plus grande quantité de matériel grâce à une nouvelle prise d’échantillon qui est envisagée, permettrait une meilleure analyse discriminante de cette variabilité.

20J. Chaline (ibid) donne une fourchette de variation de la longueur de la première molaire inférieure, M/1, comprise entre 2,12 et 3,1 mm avec une moyenne variant entre 2,30 et 2,76 pour les différentes populations qu’il a étudiées. La mesure de 6 échantillons provenant de la grotte Delfour a donné une moyenne de 2,46 mm. Une étude complète comparative de cette population devra être faite avec le matériel issu d’un nouveau prélèvement.

2 - Les grands mammifères

21Le prélèvement des os de grands mammifères n’ayant pas été effectué au moment de notre visite, il est difficile de savoir si ces éléments ont été découverts à l’endroit où nous avons effectué notre prélèvement pour la recherche des rongeurs. Il est cependant indispensable que nous rappelions la liste des espèces découvertes et déterminées par M. Philippe (Philippe et al. 1980).La visite exploratoire du site en 1970 a donné Ursus cf.deningeri Reichenau, Homotherium sp., un Elephantidae, Equus cf. süssenbornensis Wüst, Dama cf. clactoniana Falconer et un Bovidae (Philippe et al., ibid).

22Ursus deningeri est une espèce de mammifère fossile de la famille des Ursidae. Il est endémique en Europe et est caractéristique du Pléistocène moyen. Il montre une combinaison de caractères primitifs et évolués qui permettent de le distinguer de tous les autres ours pléistocènes. Sa mandibule est élancée comme celles de Ursus arctos et de Ursus etruscus. Ursus cf. deningeri est présent dans le remplissage de l’aven des Valerots en Côte d’Or (Chaline J. et al. 1985). Il est présent dans le remplissage de la grotte du Vallonnet (Echassoux 2001). A. Argant (Argant 2009) situe l’apparition de Ursus deningeri il y a un million d’années, prenant la succession de Ursus etruscus.

23Homotherium est un félidé à dents de sabre, proche de Machairodus et de Smilodon (« tigre à dents de sabre ») ; il est caractérisé par ses longues pattes, sa tête longue et fine, ses dents plutôt « en burin » qu’« en sabre » et sa queue courte. R-D Kahlke (Kahlke 2009) indique la présence de Homotherium crenatidens jusqu’à l’inversion de Jaramillo, il y a un peu plus de un million d’années. Cette espèce est présente dans le remplissage de la grotte du Vallonnet daté vers 1,05 à 1 Ma. F. Delpech (Delpech 1999) cite Homotherium dans la plus ancienne des biozones (biozone 1) qu’elle distingue pour situer les mammifères du sud de la France contemporains des dépôts de la grotte Vaufrey à Cénac-et-Saint-Julien en Dordogne. Cette espèce est associée à celle qui suit, elles seraient caractéristiques de la biozone associée au gisement de Nauterie à La Romieu dans le Gers (Prat et Thibault 1976).

24Equus cf. süssenbornensis a été découvert et étudié par F. Prat dans le site de Nauterie. Dans les couches 13 et 14, cette espèce est associée à Ursus deningeri, à Canis etruscus mosbachensis , à un cervidé de la taille de Cervus elaphus, à un éléphantidé, à un bovidé et à de nombreuses autres espèces dont Talpa dont quelques restes ont été également trouvés dans la grotte Delfour.

3 - Chronologie et conclusion

25Ce que nous proposons en conclusion doit être considéré avec toute la prudence nécessaire étant données les conditions dans lesquelles ont été opérés les prélèvements. En effet, les restes de grands mammifères auraient été prélevés à la base du cône d’éboulis tandis que nous avons effectué notre prélèvement, comme on le voit sur la figure 2, un peu au-dessus de la base du cône d’éboulis. La contemporanéité des deux ensembles des grands et de petits mammifères n’est donc pas certaine. Cependant étant donnée la très grande ancienneté de l’un et l’autre ensemble, nous nous risquerons à faire une proposition qui associera les deux ensembles de faune. Les points communs avec les espèces, tant de grands que de petits mammifères, trouvées dans le remplissage de la grotte du Vallonnet nous incitent à rapprocher chronologiquement ces deux ensembles.

26L’association de Ungaromys nanus et d’Allophaiomys cf. pliocaenicus de la grotte Delfour se retrouve au Vallonnet mais aussi dans les différents sites évoqués et pour lesquels nous avons donné quelques mesures de la première espèce : Monte Peglia, Le mas Rambault, Les Valerots (Chaline 1971), Bagur-2, Betfia et Castagnone. Si certains de ces sites sont plutôt placés dans le Pléistocène moyen par certains auteurs, le Vallonnet est considéré comme datant de la fin du Pléistocène inférieur contemporain de l’épisode de Jaramillo (entre 0,98 Ma et 1,08 Ma). Le tableau de synthèse chronologique (d’après Hanquet et Desclaux 2001) basé sur les espèces de rongeurs propose la position chronologique du remplissage de la grotte Delfour en relative contemporanéité avec celles du Vallonnet et des Valerots (fig. 6).

Figure 6 - Allophaiomys pliocaenicus.

Figure 6 - Allophaiomys pliocaenicus.

2585 et 2572 : M/1 et M/2 gauche ; 2571 : M/1 et M/2 droites ; 2576, 2574, 2578, 2577, 2575, 2579, 2583 et 2586 : M/1 gauche ; 2573, 2584, 2582, et 2580 : M/1 droite.
2585 and 2572: First and second lower left molars; 2571: First and second lower right molars; 2576, 2574, 2578, 2577, 2575, 2579, 2583 and 2586: First lower left molars; 2573, 2584, 2582, and 2580: First lower right molars.

Tableau 2 - Synthèse chronologique du Pléistocène inférieur terminal et du Pléistocène moyen de sites européens d’après les faunes de rongeurs.

Table 2 - Chronologic synthesis of terminal lower Pleistocene and of middle Pleistocene of european sites after roden.

Table 2 - Chronologic synthesis of terminal lower Pleistocene and of middle Pleistocene of european sites after roden.

D’après Hanquet et Desclaux et complété.

27La petite série de rongeurs de la grotte Delfour, associée à la liste de grands mammifères qui ont été également trouvés dans cette cavité, est un jalon chronologique datant d’environ un million d’années comme il en existe peu en Europe occidentale. Probablement proche contemporain chronologique du remplissage de la grotte du Vallonnet, le cône d’éboulis de la grotte Delfour recèle probablement des faunes encore plus anciennes que celles-ci qui ont été collectées sur ce qui est actuellement la surface de l’éboulis. Ces parties profondes seraient à explorer en même temps que de nouveaux prélèvements de surface permettraient d’enrichir l’échantillon et de mieux caractériser notamment Allophaiomys pliocaenicus.

Remerciements à Marcel Jeannet qui a accepté de voir les figurations des dents, à Constance Hanquet et Emmanuel Desclaux pour avoir autorisé l’utilisation de leur tableau chronologique, à Corinne Scheid du Laboratoire Archéologie et Territoires de Tours pour le fond de carte utilisé dans la note, et à Carmen Sesé pour sa relecture critique qui a permis d’améliorer le manuscrit.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

ARGANT A. 2009 - Biochronologie et grands mammifères au Pléistocène moyen et supérieur en Europe occidentale : l’apport des Canidés, des Ursidés et des Carnivores en général. Quaternaire, 20, (4), p. 467-480.

CHALINE J. 1971 - La microfaune du Vallonnet (A.-M.) et le problème des corrélations micromammifères à la limite Pléistocène inférieur-moyen. Bulletin du musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, fasc. 17, p. 65-69.

CHALINE J. 1972 - Les rongeurs du pléistocène moyen et supérieur de France. (Systématique - Biostratigraphie - Paléoclimatologie). Ed. du CNRS. Cahiers de paléontologie. 1972. 410 p. et 17 pl. hors-texte.

CHALINE J., RENAULT-MISKOWSKY J., BROCHET G., CLÉMENT-DELS R., JAMMOT D., MOURER-CHAUVIRÉ C., BONVALOT J., LANG J., LENEUF N., PASCAL A. 1985 - L’aven des Valerots (Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or), site de référence du Pléistocène inférieur. Revue de géologie dynamique et de géographie physique. vol. 26, Fasc. 2, p. 109-118.

DELPECH F. 1999 - Révision biostratigraphique des gisements de Vaufrey, du Pech de l’Aze II et de La Ferrassie. In document final de synthèse du PCR « Litho et biostratigraphie de quelques sites de référence périgourdins » présenté par J.-P. Texier. Document interne au SRA d’Aquitaine.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

DELPECH F., GENESTE J-M, RIGAUD J-P, TEXIER J-P. 1995 - Les industries antérieures à la dernière glaciation en Aquitaine septentrionale : chronologie, paléoenvironnements, technologie, typologie et économie de subsistance. Paleo. Supplément. n° 1, 1995. pp. 133-163.
DOI : 10.3406/pal.1995.1391

HANQUET C., DESCLAUX E. 2011 - Analyse paléoécologique des communautés de micromammifères de la Caune de l’Arago (Tautavel, France) dans le contexte des migrations de faunes en Europe occidentale au cours du Pléistocène moyen. Quaternaire vol. 22, n° 1, p. 35-46.

LOPEZ N., MICHAUX J., VILLALTA (de) J.F. 1976 - Rongeurs et lagomorphes de Bagur-2 (Province de Gérone, Espagne), Nouveau remplissage de fissure du début du Pléistocène moyen. Acta Geologica Hispanica. t.XI, (1976), n° 2, p. 46-54

MICHAUX J. 1971 - Arvicolinae (Rodentia) du Pliocène terminal et du Quaternaire ancien de France et d’Espagne. Palaeovertebrata , Montpellier, vol. 4, fasc. 5, p. 137-214.

MOULLÉ P.-E., ECHASSOUX A., DESCLAUX E., BAILON S., LACOMBAT F. 2003 - L’environnement animal des premiers habitants de l’Europe méditerranéenne : Les grands mammifères contemporains de l’Homme du Vallonnet, données taxonomiques et biostratigraphiques pour la deuxième moitié du Pléistocène inférieur. Données récentes sur les modalités de peuplement en Europe au Paléolithique inférieur et moyen, Rennes, Université de Rennes I, 22-25 Septembre 2003.

PAUNESCU A. C. 2001 - Les rongeurs du Pléistocène inférieur et moyen de trois grottes du sud-est de la France (Vallonnet, Caune de l’Arago, Baume Bonne). Implications systématiques, biostratigraphiques et paléoenvironnementales. Thèse de Doctorat de Paléontologie, Muséum National Histoire Naturelle, 2001

PHILIPPE M. 1985 - « Les cavités du Lot et la paléontologie du Quaternaire : Les gisements du causse de Gramat », dans Bulletin du Comité Départemental de Spéléologie du Lot (CDS 46), n° 7, 1985, p. 7-14.

PHILIPPE M., MOURER-CHAUVIRÉ C., EVIN J. – Les gisements paléontologiques quaternaires des Causses de Martel et de Gramat ( Corrèze et Lot ) : Faunes et chronologie. Nouvelles Archives du Muséum d’Histoire Naturelle de Lyon – Supplément au fascicule 18, année 1980, 57- 68.

PRAT F., THIBAULT CI. 1976 - Le gisement de Nauterie à La Romieu (Gers). Fouilles de 1967 à 1973. Nauterie I. Paris, Ed. du muséum, Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle, Nouvelle série, Série C, Sciences de la Terre, Tome XXXV, 82 p.

SIORI M.-S., SALA B. 2007 - La faune à mammifères du Biharien inférieur final de Castagnone (Montferrato septentrional, Piémont, Italie nord-occidentale). Geobios, 40, (2007), p. 207-217.

VAN DER MEULEN A. J. 1973 - Middle Pleistocene smaller Mammals from the Monte-Peglia, (Orvieto, Italy) with special reference to the phylogeny of Microtus (Arvicolidae, Rodentia). Quaternaria, 1973, tome XVII, p. 1-144.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Carte de situation de la grotte Delfour à Sonac dans le département du Lot (France).Figure1 - Situation map of Delfour cave at Sonac in Lot department (France).
Credits Carte © IGN ® GEOFLA. C. Scheid, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2194/img-1.jpg
File image/jpeg, 252k
Title Figure 2 - Lot. Sonac. La grotte Delfour.Figure 2 - Lot. Sonac. Delfour cave. The large room of the cave.
Caption Le prélèvement a été effectué dans la couche terminale du cône d’éboulis, en bas de celui-ci, sous un plancher stalagmitique qui scelle l’éboulisThe sample has been taken in the final level of the mass of the fallen earth, at the bottom of that one, under a stalagmitic floor which cover the cone of fallen earth.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2194/img-2.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Figure 3 - Ungaromys nanus.Figure 3 - Ungaromys nanus.
Caption 2558 : M/1 gauche, 2535 et 2562 : M/1 droite, 2536 : M1/ gauche ; 2537 : M1/ droite. L’échelle est approximative.2558: First lower left- molar, 2535 and 2562: First lower right molars, 2536: First upper left molar; 2537: First upper right molar. The scale is approximate.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2194/img-3.jpg
File image/jpeg, 168k
Title Figure 4 - Ungaromys nanus.
Credits 2564, 2563 et 2561 : M2/ gauche ; 2565, 2568 et 2590 : M2/ droite.2564, 2563 and 2561: Second upper left molars; 2565, 2568 and 2590: Second upper right molars.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2194/img-4.jpg
File image/jpeg, 284k
Title Tableau 1 - Mensurations des longueurs de molaires d’Ungaromys nanus de la grotte Delfour et de quelques sites d’Europe occidentale.Table 1 - Measures of Ungaromys nanus molars length from Delfour cave and from some occidental european sites.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2194/img-5.jpg
File image/jpeg, 180k
Title Figure 5 - Ungaromys nanus.Figure 5 - Ungaromys nanus.
Credits 2560 et 2538 : M1/ gauche. Mimomys sp. 2567 : M2/ gauche. Indéterminé : 2566.2560 and 2538 : First upper left molars. Mimomys sp. 2567 : Second upperleft molar. Indetermined : 2566.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2194/img-6.jpg
File image/jpeg, 232k
Title Figure 6 - Allophaiomys pliocaenicus.
Caption 2585 et 2572 : M/1 et M/2 gauche ; 2571 : M/1 et M/2 droites ; 2576, 2574, 2578, 2577, 2575, 2579, 2583 et 2586 : M/1 gauche ; 2573, 2584, 2582, et 2580 : M/1 droite.2585 and 2572: First and second lower left molars; 2571: First and second lower right molars; 2576, 2574, 2578, 2577, 2575, 2579, 2583 and 2586: First lower left molars; 2573, 2584, 2582, and 2580: First lower right molars.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2194/img-7.jpg
File image/jpeg, 536k
Title Table 2 - Chronologic synthesis of terminal lower Pleistocene and of middle Pleistocene of european sites after roden.
Credits D’après Hanquet et Desclaux et complété.
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2194/img-8.jpg
File image/jpeg, 122k
Top of page

References

Bibliographical reference

J.-C. Marquet and M.R. Séronie-Vivien, « Les rongeurs de la grotte Delfour a Sonac (Lot) », PALEO, 22 | 2011, 319- 330.

Electronic reference

J.-C. Marquet and M.R. Séronie-Vivien, « Les rongeurs de la grotte Delfour a Sonac (Lot) », PALEO [Online], 22 | 2011, Online since 17 April 2012, connection on 16 April 2014. URL : http://paleo.revues.org/2194

Top of page

About the authors

J.-C. Marquet

Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours. 16, Place Richemont 37550 Saint-Avertin -
jcmarquet@wanadoo.fr

M.R. Séronie-Vivien

Ingénieur ENSPM, 125 avenue d’Eysines, 33110 Le Bouscat -
rseronie@club-internet.fr

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page