Skip to navigation – Site map

Attribution culturelle au Gravettien ancien des fossiles humains de l’abri Cro-Magnon (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne, France)

An Early Gravettian cultural attribution for the human fossils from the Cro-Magnon rock shelter (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne)
Dominique Henry-Gambier, Roland Nespoulet and Laurent Chiotti
p. 121-138
Translation(s):
An Early Gravettian cultural attribution for the human fossils from the Cro-Magnon rock shelter (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne)

Abstracts

In 2002, the 14C AMS dating of a perforated shell (Littorina littorea) associated with the skeletons discovered in 1868 (Lartet 1868) in the Cro-Magnon rock shelter (Beta 157439: 27 680 ± 270 BP, or 31,324-32 666 cal BP), excluded their attribution to the Early Aurignacian and suggested that they were deposited during an early phase of the Gravettian. A revision of the Gravettian sequence of the Pataud rock shelter, located less than 300 meters downstream on the same bank of the Vézère River, along with new 14C dates of this sequence and a study of the pendants from layer 5, now enable us to confirm the attribution of the fossils from Cro-Magnon to the Early Gravettian.

Top of page

Full text

Nous remercions, Monsieur J.-J. Cleyet-Merle, directeur du Musée national de Préhistoire qui nous a autorisé à utiliser la bibliothèque du Musée et J. Angot-Westin pour sa disponibilité, C. Gaillard pour son accueil au laboratoire de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle ainsi que tous les collègues spécialistes ou non du travail des matières dures animales qui nous ont aidés dans la rédaction de cet article.
Que C. Letourneux, C. Hoare qui ont assuré des relectures et M. O’ Farell qui a réalisé certaines des traductions en anglais soient également remerciées.

1 - Introduction

  • 1 Date calibrée, programme CALIB version 6.0 selon intcal09.14C (Reimer et al. 2009). Probabilité = 1
  • 2 Limite maximale de l’intervalle de datation à 2 sigmas.

1En 2002, la datation 14C par SMA d’un coquillage percé (Littorina littorea) associé aux squelettes découverts en 1868 dans l’abri Cro-Magnon (Lartet 1868) conduisait à rajeunir ces fossiles, longtemps attribués à l’Aurignacien ancien (Henry-Gambier 2002). Cette date indiquait que le sommet de la séquence archéologique de l’abri Cro-Magnon comportait des niveaux Aurignacien récent et/ou Gravettien, postérieurs à l’Aurignacien ancien, hypothèse qu’H. Breuil (1907, 1909 et 1960), D. de Sonneville-Bordes (1959 et 1960), E. Pittard (1962) et J. Bouchud (1966) avaient pressentie à partir du matériel collecté par plusieurs chercheurs, ou amateurs, sous et autour de la zone sépulcrale à la fin du xixe et au début du xxe siècle. En effet, la date de cette coquille, Beta 157439 : 27 680 ± 270 BP, soit 31 324-32 666 cal BP1, est comprise dans un intervalle coïncidant soit avec une phase récente et même plutôt finale de l’Aurignacien, soit avec une phase ancienne du Gravettien ancien (Henry-Gambier 2002), et dans tous les cas, elle exclut une appartenance à l’Aurignacien ancien qui, en Europe, correspond à un intervalle de temps antérieur (Zilhão et d’Errico 1999 et 2003 ; Szmidt et al. 2010 ; Higham et al. 2011 ; Joris et Street 2008 ; Conard et Bolus 2003). L’état de conservation de la coquille indiquant un abandon par le ressac sur une plage depuis peu de temps, rendait en outre peu crédible l’hypothèse d’un ramassage de coquillages datés de 27 à 28 000 BP par des groupes humains beaucoup plus récents. Cet état de conservation caractérise l’ensemble des littorines des collections du Muséum national d’histoire naturelle (Paris), du musée d’Archéologie nationale (Saint-Germain-en-Laye), du musée d’Aquitaine (Bordeaux), du Muséum d’histoire naturelle (Toulouse) et du musée du Périgord (Périgueux). Cette constatation suggérait que les squelettes de Cro-Magnon ne remontaient pas au-delà de 28 220 BP2.

  • 3 Un récent article (Fu et al., 2013) de paléogénomique, publie une date de 690 +/- 39 BP OxA-V-2321 (...)

2Cette conclusion, bien que contestée par P. Mellars (2004), était cohérente avec la position des os humains au sommet du remplissage, bien au-dessus de l’ensemble attribué à l’Aurignacien ancien. En outre, un examen du matériel lithique encore accessible n’avait pas mis en évidence d’éléments d’industries de la fin du Paléolithique supérieur ou d’époques plus récentes3. L’existence de trois pendeloques en ivoire de mammouth recueillies au moment de la découverte à proximité des os humains et dont les caractéristiques (cf. infra) apparaissaient compatibles avec celles des parures d’autres défunts gravettiens avait conduit l’un d’entre nous à privilégier une attribution au Gravettien ancien (Henry-Gambier 2002 et 2008). Toutefois, il restait difficile d’écarter définitivement l’hypothèse d’une contemporanéité des restes humains de l’abri Cro-Magnon avec une phase récente de l’Aurignacien, faute de référence sur les pratiques funéraires de celle-ci en Europe.

3Un réexamen de la séquence gravettienne de l’abri Pataud, situé à moins de 300 m en aval de l’abri Cro-Magnon (et sur la même rive de la Vézère), de ses nouvelles datations 14C (Higham et al. 2011) ainsi que de ses parures gravettiennes permet aujourd’hui d’asseoir solidement l’appartenance des fossiles de Cro-Magnon au Gravettien ancien (fig. 1).

2 - Les données de la stratigraphie

2.1 - La séquence de l’abri Cro-Magnon

  • 4 Au cours des aménagements privés du site de Cro-Magnon, des lambeaux de niveaux accrochés aux paroi (...)

4Il faudra moins de cinquante ans après sa découverte, en mars 1868, pour que l’abri Cro-Magnon soit vidé4. E. Massénat y passe en 1868 après L. Lartet, puis en 1872-1873. Le 8 septembre 1872, L. Lartet et P. Broca accompagnent l’excursion des congressistes de l’AFAS qui, réunis à Bordeaux, profitent de l’occasion pour enrichir leur collection (Cartailhac1872). En 1893 et 1897, E. Rivière fouille à Cro-Magnon avec G. Berthoumeyrou, propriétaire du site. H. Breuil y effectue l’une de ses premières recherches de terrain en 1897 et 1898 puis, en 1905, y entreprend de nouvelles fouilles avec D. Peyrony. Vers 1906-1907, M. Pestourié, G. Berthoumeyrou, le lieutenant Bourlon, le Dr. Raymond et L. Giraux y réalisent des travaux très ponctuels.Le propriétaire de l’hôtel de la Gare (futur hôtel Cro-Magnon), F. Leyssale, y fera aussi des collectes de matériel. Des publications succinctes rendent compte de ces interventions qui s’étendent, pour certaines, en dehors de la zone sépulcrale, le long et en avant de la falaise (Massénat 1869 et 1877 ; Rivière 1894, 1897 et 1905 ; Girod 1906 ; Peyrony 1907 ; Breuil 1907 et 1909). Aucun document véritablement exploitable – plan ou coupe stratigraphique – de ces fouilles et de ces collectes n’est publié. Les informations les plus complètes et les plus rigoureuses sur le site de Cro-Magnon demeurent celles de L. Lartet (1868).

Figure 1 - Les falaises crétacées de la rive gauche de la Vézère : localisation des abris Cro-Magnon et Pataud (Photographie D. Henry-Gambier).

Figure 1 - Les falaises crétacées de la rive gauche de la Vézère : localisation des abris Cro-Magnon et Pataud (Photographie D. Henry-Gambier).

5L. Lartet intervient quelques jours après le prélèvement des ossements humains réalisé sous la houlette de A. Laganne, ancien chef de travaux de E. Lartet, alors que seul l’ensemble inférieur est conservé à l’endroit où furent découverts auparavant les squelettes. Les observations sur la partie supérieure de la séquence sont alors effectuées de part et d’autre de la zone sépulcrale, où les niveaux sont intacts.

6L’abri, entièrement comblé lors de sa découverte, offrait un remplissage d’une puissance de 4 à 5 m. L. Lartet (1868) identifie 11 niveaux (de la base au sommet : A à K). Sa description et ses coupes conduisent à distinguer deux ensembles (fig. 2) :

  • un ensemble inférieur (A à H) riche en vestiges anthropiques : épais de 2 à 3 m, constitué par l’alternance de niveaux d’éboulis stériles (A, C, E) et de niveaux anthropiques assez bien individualisés (B, D, F, G, H) qui témoignent d’épisodes d’occupation humaine et de phases d’abandon de l’abri ;

  • un ensemble supérieur (I, J, K) pauvre en industries et en faune : épais de 1 m à 1,50 m, séparé de l’ensemble inférieur par une série de dalles de calcaire résultant de l’effondrement de la voûte de l’abri. La couche J, un mince lit charbonneux peu étendu, contenait des éléments lavés et incrustés de stalagmite. Les vestiges humains gisaient au fond de l’abri, juste sous la voûte, à la base de l’ensemble supérieur (niveau I). Ils étaient en partie exposés à l’air libre (Lartet 1868 ; Jaubert 1868). Le dépôt des vestiges humains était donc postérieur à la mise en place du niveau H et antérieur à celle du niveau K, dernier épisode de comblement de l’abri et donc, synchrone de la dernière fréquentation de l’abri. En 1868, L. Lartet attribue l’ensemble inférieur à « l’époque d’Aurignac » définie par E. Lartet (1861) ; il étend cette conclusion à l’ensemble supérieur et, par conséquent, aux vestiges humains.

7Aujourd’hui, l’analyse des os humains conservés au Muséum national d’histoire naturelle permet de confirmer plusieurs des observations anciennes, en particulier la position des vestiges au sommet du remplissage sous la voûte : la présence de fractures anciennes sur os sec est compatible avec l’hypothèse d’os peu protégés, et les concrétions tapissant, par exemple, le crâne (no 4253) et les os coxaux (n° 4314) de Cro-Magnon 1 (fig. 3 et 4) sont en accord avec l’hypothèse d’os partiellement recouverts, soumis à l’action de l’eau, comme le sont les éléments de la couche J (voir supra). Ceci indique d’ailleurs que les corps n’ont pas été enfouis et qu’il ne s’agit pas d’une inhumation (Henry-Gambier 2008, 2013 ; Henry-Gambier et al. 2013).

8Toutefois, les conditions de la découverte des squelettes, le fait que L. Lartet soit intervenu après leur prélèvement, les méthodes et la rapidité des fouilles, ainsi que la conception des cultures préhistoriques de cette époque qui imprègne l’interprétation de L. Lartet ne permettent pas de retenir ses conclusions sur l’attribution du niveau sépulcral à la période d’Aurignac selon la terminologie de l’époque.

9Bien que la perte et le mélange d’une partie des collections issues des diverses fouilles empêchent la restitution complète de la séquence culturelle, il est possible, à partir des publications (Lartet 1868 ; Jones 1865-1875 ; Bourlon 1907 ; Girod 1906 et 1907 ; Peyrony 1907 ; Breuil 1907, 1912) et du matériel conservé dans différents musées d’en dessiner, avec une certaine fiabilité, les grandes lignes.

Figure 2 - Abri Cro-Magnon : Stratigraphie (dessin D. Henry-Gambier d’après Lartet 1868 ; Lartet et Christy 1865-1875).

Figure 2 - Abri Cro-Magnon : Stratigraphie (dessin D. Henry-Gambier d’après Lartet 1868 ; Lartet et Christy 1865-1875).

A. débris de calcaires ; B. première couche de cendres, etc ;
C. débris calcaires ; D. deuxième couche de cendres ; E. débris calcaires rougis par le feu au contact des cendres qu’ils supportent ; F. troisième couche de cendres ; G. terre rouge avec ossements, etc ; H. couche épaisse de cendres avec ossements (foyer principal) ; I. terre jaune avec ossements, etc ; J. lit mince de graviers lavés et incrusté de stalagmite. Traces à peine visible d’un foyer ; K. éboulis calcaires ; L. talus enlevé ; N. fissure dans le toit de l’abri ; P. banc de calcaire crétacé formant le toit de l’abri ; Y. pilier établi pour soutenir le toit. a. défense d’éléphant ; b. squelette du vieillard ; c. bloc de gneiss aplati sur une de ses faces ; d. ossements humains ; e. blocs calcaires détachés du rocher à diverses époques » (Légende selon Lartet 1868 - p. 342 ; Lartet et Christy 1865-1875 - p. 67 ).

10La base de la séquence comprenait de l’Aurignacien ancien à pointes à base fendue, attesté par le matériel des collections L. Lartet (Lartet 1868 ; Jones 1865-1875). L’Aurignacien ancien est aussi identifié dans les vestiges des fouilles d’E. Rivière, H. Breuil et D. Peyrony, correspondant aux niveaux B et G (Rivière 1897 ; Peyrony 1907 ; Breuil 1907 et 1909). Au-dessus, se trouvaient un ou plusieurs niveaux d’Aurignacien récent dont témoignent les burins busqués et les grattoirs à museau de la collection Bourlon à l’Institut de paléontologie humaine (Sonneville-Bordes 1959 et 1960), collection en partie issue de la fouille du niveau H par G. Berthoumeyrou (Movius 1969). Un burin busqué existe aussi dans la petite série de la collection L. Lartet au Muséum d’histoire naturelle de Toulouse (F. Bon, com. pers.).

Figure 3 - Abri Cro-Magnon : os coxal n° 4314 avec dépôt de calcite (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).

Figure 3 - Abri Cro-Magnon : os coxal n° 4314 avec dépôt de calcite (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).

11Le sommet du remplissage comportait du Gravettien, représenté par une série de pointes de La Gravette de la collection Rivière au Latenium Museum (Pittard 1962 et Bouchud 1966). Une possible pointe de La Gravette (CMA 99 25 29) et une fléchette de Bayac (CMA 99 25 29) issue d’un lot de pièces de la collection E. Cartailhac du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse (Delluc et Delluc 2013) confirmerait cette présence gravettienne. Toutefois, le contexte précis de ces deux pièces et leur lien avec le matériel trouvé à Cro-Magnon restent à notre avis difficile à démontrer. En outre, deux os gravés représentant un humain et un bison, de facture gravettienne, proviennent également de ce niveau. (Breuil 1907, 1960). Trouvées dans l’abri par G. Berthoumeyrou vers 1897 à l’extrémité gauche du site (Breuil 1960), ces gravures appartiennent respectivement aux collections du musée du Périgord, à Périgueux, et du Latenium Museum (Pittard 1962 ; Féaux 1902). H. Breuil qui les dessina en 1900 les mit en parallèle avec des gravures du niveau III à pointes de La Gravette de la grotte du Trilobite, à Arcy-sur-Cure (Breuil 1907, 1960). Enfin, la datation 14C de la littorine (Henry-Gambier 2002) constitue un indice supplémentaire d’une présence gravettienne.

12Dans le cadre de la « bataille aurignacienne », l’existence de Solutréen à Cro-Magnon fut très discutée (Breuil 1907, 1909, 1912 et 1960 ; Massénat 1869 et 1877 ; Massénat et Girod 1893 ; Girod 1906 et 1907). La collection d’E. Massénat (MAN), comme celle de L. Lartet (Muséum d’histoire naturelle de Toulouse), comporte une série de pièces lithiques du Solutréen (Smith 1966 ; Pelegrin et Bon com. pers.), attribuables au Solutréen moyen selon P.E. Smith (1966 - p. 159). H. Breuil (1909) avait d’ailleurs finalement admis un passage des Solutréens à Cro-Magnon et la présence d’un petit « foyer » solutréen, en avant de l’abri. En revanche, ni les textes, ni les figures publiés (Lartet et Christy 1865-1875), ni l’examen des collections lithiques préservées ne plaident en faveur d’occupations postérieures au Solutréen (Pelegrin et Bon, com. pers).

13Cette séquence qui livre de l’Aurignacien ancien et récent, du Gravettien et, probablement, un peu de Solutréen évoque celle de l’abri Pataud (Movius 1975, 1977 ; Bricker 1995). D’emblée, il faut cependant souligner que l’ampleur respective des différentes phases culturelles représentées semble avoir été différente entre les deux sites.

Figure 4 - Abri Cro-Magnon : crâne n° 4253 avec dépôt de calcite (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).

Figure 4 - Abri Cro-Magnon : crâne n° 4253 avec dépôt de calcite (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).

2.2 - La séquence de l’abri Pataud

14Fouillé par H.L. Movius entre 1953 et 1964, le remplissage de l’abri Pataud est plus important que celui de Cro-Magnon, atteignant 9 m d’épaisseur. L’archéostratigraphie comprend quatorze niveaux archéologiques séparés par des éboulis stériles (Movius 1977), constituant l’une des séquences les plus complètes du début du Paléolithique supérieur européen, de l’Aurignacien ancien jusqu’au Solutréen (fig. 5).

15L’Aurignacien comprend neuf niveaux archéologiques (C14 à C6) rapportés respectivement à l’Aurignacien ancien (C14 à C9) et à l’Aurignacien récent (C8 à 6 ; Chiotti 2005). Le Gravettien comprend quatre couches attribuées au Gravettien ancien (C5), moyen (C4), récent (C3) et final (C2) ; par leur épaisseur et leur richesse en matériel archéologique, elles attestent d’occupations importantes (Movius 1977 ; Bricker 1995 ; Nespoulet et al. 2008). Le Solutréen (C1), associé à la phase ancienne de cette culture, est très pauvre et fortement perturbé. Du Solutréen moyen à feuilles de laurier était également présent en dehors de l’emprise de la fouille principale, en sommet de talus (Nespoulet 1993).

16La révision récente de la géologie et de la sédimentogénèse du gisement (Agsous 2008 ; Lenoble et Agsous 2012), à partir des coupes nord et sud, permet de distinguer huit unités lithostratigraphiques formées d’un ou plusieurs lithofaciès (de haut en bas : I à VIII).

17L’Aurignacien ancien se développe au sein de l’unité VII, l’Aurignacien récent dans les unités VII et VI. L’unité VII est un faciès d’éboulis bien stratifié résultant de la progression de coulées de solifluxion à front pierreux alors que l’unité VI est un dépôt massif formé d’une imbrication de blocs, de cailloux hétérométriques et de dalles calcaires correspondant à un éboulis gravitaire.

18Le Gravettien ancien et le Gravettien moyen sont inclus dans l’unité V, le Gravettien récent et le Gravettien final, dans l’unité III (Agsous 2008 ; Lenoble et Agsous 2012). Pauvre en vestiges, l’unité IV correspond à des dépôts de ruissellement et d’accumulation gravitaire. L’unité V est un dépôt massif à support matriciel correspondant à un dépôt de solifluxion sous pelouse. Au sein de l’unité III, le Gravettien récent se situe dans des dépôts d’accumulation gravitaire vers l’extérieur de l’abri et de solifluxion sous pelouse vers l’intérieur alors que le Gravettien final se trouve, lui, dans des dépôts de solifluxion à front pierreux et des dépôts cryoturbés.

19Quels que soient les phénomènes syn et post-dépositionnels mis en évidence, les apports sédimentaires sont toujours très majoritairement issus du calcaire encaissant par des phénomènes d’éboulisation (chute répétée de petits volumes de roches) et d’éboulement (effondrement du toit de l’abri).

2.3 - Cro-Magnon et Pataud

20Les données sur les deux remplissages ne sont pas homogènes, presque 150 ans séparent les études mais elles confirment l’existence de points communs aux deux abris.

211 - Une grande importance des processus gravitaires (éboulisation et effondrement du toit de l’abri) dans la formation du remplissage. En effet, L. Lartet (1868) décrit des « éboulis stériles » entre ce qu’il individualise comme des épisodes d’occupation et des dalles d’effondrement de la voûte à différents niveaux de la stratigraphie. Le remplissage de l’abri Cro-Magnon s’est ainsi édifié dans un contexte paléo-environnemental proche de celui de l’abri Pataud et il présentait probablement un même système morpho-sédimentaire. Si les informations sédimentologiques sur le sommet de la stratigraphie de Cro-Magnon (I, J et K) ne permettent pas d’affiner, à elles seules, la corrélation entre le niveau sépulcral de Cro-Magnon et l’un des niveaux de Pataud, elles évoquent cependant certaines des caractéristiques décrites pour les ensembles lithostratigraphiques V et IV de l’abri Pataud (Agsous 2008 ; Lenoble et Agsous 2012).

222 - Une fréquentation par des groupes de l’Aurignacien ancien et récent, du Gravettien et du Solutréen. L’abri Cro-Magnon était presque comblé à la fin de l’Aurignacien, aussi est-il exclu que la séquence gravettienne ait eu une ampleur comparable à celle de l’abri Pataud. Aucun élément ne permet d’ailleurs d’envisager, à Cro-Magnon, des occupations du Gravettien moyen (les burins de Noailles sont absents), récent et final. Seul le Gravettien ancien semble avoir été présent. S’il est impossible d’écarter l’hypothèse d’un habitat gravettien ancien en avant de l’abri, le peu de matériel diagnostique dans les séries de Cro-Magnon n’est pas en faveur d’occupations longues et intenses mais plutôt de passages sporadiques. Au contraire, mentionnons les 1 789 pointes de La Gravette (pointes typiques, atypiques et microgravettes) de la couche 5 de l’abri Pataud (Leoz 2007). Il est presque certain qu’une occupation de même intensité à Cro-Magnon se serait traduite par une collecte de matériel gravettien, certes biaisée, mais beaucoup plus importante que celle suggérée par le matériel ayant survécu aux destructions et aux pertes liées aux fouilles ou aux aléas de la conservation depuis 1868. On note, par exemple, que les éléments figurés par H. Christy et E. Lartet (1865-1875) sont de facture aurignacienne et correspondent à la fouille des niveaux inférieurs.

  • 5 Si le bouquetin sculpté sur la voûte de l’abri Movius où se trouve le musée de site est solutréen ( (...)

23Enfin, dans les deux abris, les Solutréens s’installent alors que le comblement est quasi total et que la voûte est effondrée sauf, peut-être, au niveau de l’abri Movius, situé au sud de l’abri Pataud5.

Figure 5 - Abri Pataud : coupe stratigraphique (Dessin C. Lecante et L. Chiotti).

Figure 5 - Abri Pataud : coupe stratigraphique (Dessin C. Lecante et L. Chiotti).

3 - Les datations

24L. Lartet (1868) considérait que les ossements se trouvaient à la base de la couche I, laquelle était clairement séparée de la couche H, qu’il fouilla à son arrivée sur le site, par un niveau d’effondrement (fig. 2). Selon H.L. Movius (1969), la sépulture provenait du niveau H admis comme synchrone du niveau 6 de Pataud, ultime phase de la séquence aurignacienne. Retenant la date 14C de 32 800 BP ± 450 (GrN-3117) pour le niveau 7 de l’abri Pataud, il évaluait la date du niveau 6 sus-jacent, et, par conséquent, celle du niveau sépulcral de l’abri Cro-Magnon, à 30 000 BP.

25La comparaison de la date (Beta 157439 : 27 680 ± 270 BP, soit 31 324-32 666 cal BP) de la littorine percée de Cro-Magnon avec les résultats de la première série de dates 14C de la séquence de l’abri Pataud (Bricker 1995) invalide la corrélation du niveau sépulcral de l’abri Cro-Magnon avec le niveau 6 (Aurignacien récent) de l’abri Pataud. Elle suggère, en revanche, une corrélation avec le niveau 4 (Gravettien moyen) ou le niveau 5 (Gravettien ancien). Les nouvelles datations (Higham et al. 2011) de la séquence aurignacienne et du début du Gravettien de l’abri Pataud confirment que la littorine de Cro-Magnon est beaucoup plus récente que le niveau 6 (tabl. 1). La date s’insère dans les intervalles des quatre plus anciennes dates du niveau 5. Les résultats pour l’abri Pataud indiqueraient, selon T. Higham et ses collaborateurs (2011), un hiatus d’une durée de 1 850 à 3 250 ans entre la dernière occupation aurignacienne et celle du Gravettien ancien qui, s’il était confirmé, exclurait d’autant plus la littorine percée de Cro-Magnon de l’Aurignacien.

Tableau 1 - Datations 14C des niveaux 5 et 6 de l’abri Pataud (d’après Higham et al. 2011). Calibration par le programme CALIB version 6.0 selon intcal09.14C (Reimer et al. 2009).

Tableau 1 - Datations 14C des niveaux 5 et 6 de l’abri Pataud (d’après Higham et al. 2011). Calibration par le programme CALIB version 6.0 selon intcal09.14C (Reimer et al. 2009).

4 - Les données de la parure

4.1 - Les pendeloques de l’abri Cro-Magnon

26Lors de la découverte de l’abri, trois pendeloques d’ivoire se trouvaient dans l’environnement immédiat des squelettes (Lartet 1868 - p. 12-13). Elles ont été figurées dans les Reliquae Aquitanae (Lartet et Christy 1865-1875 - PL XI). Deux sont conservées au laboratoire de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, la dernière a disparu.

Première pendeloque, pièce n° 48-18-581

27La pendeloque n° 48-18-581 est ovale (31,5 mm ; 23 mm) et de section aplatie (épaisseur 4,9 mm). Elle est légèrement asymétrique, l’un des bords est en effet plus convexe. À l’une des extrémités s’ouvrent deux perforations de diamètre égal (2,9 mm) ; elles sont distantes de 3,3 mm (fig. 6 et tabl. 2). La fracture irrégulière située au-dessus des deux perforations présente un pan émoussé et légèrement concrétionné qui atteste de son ancienneté et révèle la structure interne de l’ivoire. Des lacunes dues à une desquamation et/ou une altération post-dépositionnelle de l’ivoire (dont une est en partie comblée avec du plâtre), ainsi que des vermiculations sont observables au centre des deux faces de la pièce. Les bords sont ébréchés en plusieurs endroits, et se caractérisent par un amincissement progressif leur conférant un profil saillant. On distingue, sur les deux faces, des traces de raclage qui vont du bord latéral le plus proche des perforations à l’extrémité opposée. Ces stigmates sont antérieurs aux perforations qui les recoupent et relèvent d’une première étape de mise en forme de la pendeloque. De nombreuses autres stries, plus fines, organisées en faisceaux et sans orientation préférentielle témoignent d’une phase d’abrasion très soignée. Un lustré recouvrant les faces de la pendeloque est également visible. La perforation, de section biconique, a été réalisée à partir des deux faces, sans doute par raclage semi-rotatif. Les parois des perforations sont lisses, aucune strie liée à l’action de l’outil en silex n’est désormais visible. Cet émoussé pourrait être dû au frottement répété d’un lien traversant de part en part la perforation, ce qui témoignerait alors d’un usage prolongé de cette pendeloque. Il est ici difficile de déterminer le mode de port (suspension ou fixation sur un support).

Figure 6 - Abri Cro-Magnon : pendeloque n° 48-18- 581, faces 1 (a) et 2 (b). (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).

Figure 6 - Abri Cro-Magnon : pendeloque n° 48-18- 581, faces 1 (a) et 2 (b). (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).

Tableau 2 - Cro-Magnon et Pataud (Dordogne)

Tableau 2 - Cro-Magnon et Pataud (Dordogne)

Dimensions en millimètres des pendeloques et caractéristiques des perforations (H = hauteur, Larg. = largeur, Ép. = épaisseur, max. = maximale, prox. = proximale).

Deuxième pendeloque, pièce n° 48-18-582

28La pendeloque n° 48-18-582 est de plus petite taille que la précédente (16 mm ; 13,2 mm) et proportionnellement plus épaisse (épaisseur 4,4 mm). Sa forme est moins régulière avec une asymétrie des bords plus marquée. Elle est cassée à hauteur de la perforation (fig. 7 et tabl. 2). Le pan de fracture est blanc, et son aspect suggère une érosion relativement récente. La surface de la pièce est recouverte d’un film brillant et épais dû au produit de consolidation. Elle est en outre parsemée de taches foncées liées aux dégradations naturelles et de points d’ocre. La face qui porte le numéro d’inventaire est plane et correspond sans doute à la face de clivage lors du débitage de la défense, tandis que l’autre face est plus bombée. Les bords de la pendeloque sont régulièrement arrondis et polis. Sur les deux faces, un émoussé et un lustré ont effacé la majorité des traces de raclage et d’abrasion. Le perçage stricto sensu a été précédé d’une étape de « grattage » (Taborin 1993) sur les deux faces afin d’amincir la zone à perforer et de faciliter l’accroche de l’outil en silex sur la matière. Des incisions très ocrées sont en outre encore visibles sous le bord inférieur de l’orifice.

Les concrétions observées sur la première pendeloque et l’ocre qui colore la deuxième plaident en faveur d’un lien étroit avec les os humains, eux-mêmes en partie concrétionnés et très ocrés.

Figure 7 - Abri Cro-Magnon : pendeloque n° 48-18-582, faces 1 (a) et 2 (b). (Photographie D. Henry-Gambier, collection Muséum national d’Histoire naturelle).

Figure 7 - Abri Cro-Magnon : pendeloque n° 48-18-582, faces 1 (a) et 2 (b). (Photographie D. Henry-Gambier, collection Muséum national d’Histoire naturelle).

Troisième pendeloque, disparue de la collection

29La dernière pendeloque de la série était complète si l’on en juge par la lithographie publiée par E. Lartet et H. Christy (1865-1875 - PLXI) ; sa taille et sa forme sont analogues à celles de la pendeloque 48-18-582.

4.2 - Les pendeloques du niveau 5 de l’abri Pataud

30Le niveau 5 de l’abri Pataud a livré douze pendeloques d’ivoire (tabl. 2) découvertes entre 1959 et 1961 par H.L. Movius dans les bandes III, IV et V (Vercoutère 2004 et Vercoutère et al. 2008).

31Quatre sont intactes, huit sont endommagées dans la région proximale. Une n’est pas encore perforée. Elles ont été qualifiées de pendeloques en forme de « graine de courge » (Bricker 1995) ou de « pépin de citrouille » ; leurs dimensions et leurs formes varient néanmoins. Leur point commun est une épaisseur relativement faible, aussi aucune ne peut être considérée comme un fac-similé de crache de cervidé (fig. 8 et 9).

32La pendeloque AP/61-5-9613 est de forme losangique. L’extrémité distale est plus large que l’extrémité proximale. La pendeloque AP/61-5-7009 s’inscrit dans un rectangle, et les bords distal et proximal sont légèrement convexes. Les autres pendeloques se caractérisent par des bords convergeant vers l’extrémité proximale. L’extrémité distale est, en revanche, régulièrement convexe.

33Le façonnage est plus ou moins soigné et abouti. Il a été effectué par raclage dont les traces sont visibles sur les bords de la majorité des pendeloques. Les deux faces portent aussi des stigmates de raclage plus ou moins marqués selon l’intensité de l’abrasion finale et du lustre qui les recouvre. Ce dernier reste difficile à définir. Dans certains cas, il pourrait être le fruit d’un polissage intentionnel, dans d’autres, il découle peut-être du port des pendeloques. Enfin, la pendeloque AP/60-5-5411 est une ébauche dont le façonnage a été interrompu avant la phase d’abrasion.

34Sur l’extrémité distale de la pendeloque AP/61-5-9613, un pan de fracture net suggère une production en série à partir d’un support allongé façonné par raclage (Hahn 1995 ; Goutas 2004). Il est moins net à l’extrémité proximale. Ce pan de fracture, très étroit et discret, résulte du sectionnement final du support par flexion. Aux extrémités de la pendeloque, des incisions, perpendiculaires à l’axe de la pièce et parallèles entre elles, témoignent d’un tronçonnage par sciage.

35L’existence de deux modules de pendeloques (tabl. 2) implique soit une production à partir de baguettes de modules différents soit, pour les pendeloques les plus petites, une réduction importante du volume des ébauches par un raclage plus important comme le propose N. Goutas (2004, 2005) pour d’autres éléments de parure. Enfin, une dernière hypothèse peut être évoquée, à savoir que cette différence de module pourrait découler d’un processus de réfection de certaines parures suite à une fracturation de leur zone d’attache. La mise en place d’une nouvelle perforation autant qu’un nouveau façonnage général auraient alors conduit à une diminution progressive du volume d’origine des pendeloques. Mais pour l’heure, aucun argument technologique ne semble étayer cette dernière hypothèse (reprise de façonnage, rupture de profil, dissymétrie des parures etc.).

36La perforation a été réalisée dans la partie la plus étroite de l’ébauche. La pièce AP/61-5-7749 n’est pas perforée alors que le façonnage (raclage, abrasion et polissage) est terminé ; en revanche, le perçage de la pièce AP/60-5-5411 semble avoir été entrepris avant la phase d’abrasion. Dans la plupart des cas, un amincissement par grattage, dont des traces subsistent de part et d’autre de la perforation sous la forme de stries profondes et verticales, a précédé la régularisation du support et la mise en place de la perforation. Cette dernière a été effectuée par un raclage semi-rotatif bifacial. La pendeloque AP/60-5-5411 fait exception puisque, après la phase d’amincissement, la perforation est ici réalisée par pression ou par de petites percussions à l’aide d’un outil pointu, ces deux techniques ne pouvant être distinguées (Goutas 2004). Il est possible que sur les autres pendeloques, la percussion ou la pression ait aussi été employée en amont du raclage rotatif ; ce dernier ayant fait disparaître les stigmates liés à cette première étape de mise en forme de la perforation.

37Les zones de grattage, comme le reste de la surface, portent des traces d’ocre rouge qui pourraient résulter de l’utilisation d’un abrasif. Toutefois, la pendeloque AP/60-5-5411 est très ocrée alors que la phase d’abrasion n’a pas débuté. Il est donc possible que l’ocre présente dans le sédiment soit, au moins en partie, la cause de cette forte coloration.

38L’étude des pendeloques du niveau 5 de l’abri Pataud suggère un schéma opératoire analogue à celui mis en évidence par N. Goutas (2004 et 2005) pour les pendeloques du Gravettien ancien du gisement de La Gravette (Dordogne) :

  • production d’un support allongé de type baguette (bloc secondaire) ;

  • mise en forme générale du support par raclage ;

  • tronçonnage de la baguette à intervalles réguliers pour produire des préformes de pendeloques : sciage transversal et rupture par flexion ;

  • façonnage des préformes par raclage ;

  • abrasion ;

  • et, éventuellement, polissage.

La perforation est faite soit avant l’abrasion soit après le polissage.

Figure 8 - Abri Pataud : pendeloques, face antérieure (collection MNHN, photographie L. Chiotti).

Figure 8 - Abri Pataud : pendeloques, face antérieure (collection MNHN, photographie L. Chiotti).

Figure 9 - Abri Pataud : pendeloques, face postérieure (collection MNHN, photographie L. Chiotti).

Figure 9 - Abri Pataud : pendeloques, face postérieure (collection MNHN, photographie L. Chiotti).

5 - Comparaison des pendeloques de Cro-Magnon et de Pataud

39Les deux pendeloques d’ivoire de l’abri Cro-Magnon présentent plusieurs points communs avec celles de l’abri Pataud :

1) l’utilisation d’une matière première identique, l’ivoire de mammouth ;

2) un module comparable, un contour plus ou moins ovale et une section plate. La pendeloque 48-18-581 de Cro-Magnon est très proche de la pendeloque inachevée AP/61-5-7749 de Pataud ; la pendeloque de Cro-Magnon 48-18-582 s’inscrit dans la variabilité morphométrique des autres pendeloques de Pataud ;

3) le schéma opératoire de façonnage de la pendeloque 48-18-582 de Cro-Magnon est identique à celui des pendeloques de Pataud. Toutefois, celui de la pendeloque 48-18-581 diffère par la technique d’aménagement de la zone de suspension : les deux orifices ont été percés par raclage semi-rotatif bifacial sans préparation préalable, à moins qu’elle ne soit pas visible. À Pataud et sur la pendeloque 48-18-581 de Cro-Magnon, tous les orifices ont été percés par grattage bifacial, puis par raclage en rotation. Le percement de deux trous sur la pendeloque de Cro-Magnon 48-18-581 explique peut-être ce changement de technique. D’autres raisons peuvent être évoquées, en particulier une production par un artisan différent.

40Ce rapprochement entre les deux abris concerne aussi la parure en coquillage. L’espèce dominante à Cro-Magnon, Littorina littorea, est aussi présente dans le niveau 5 de l’abri Pataud (Dance 1975), certes en moindre quantité. Toutefois, à Cro-Magnon, une plus grande diversité des espèces existe, avec la présence de : Purpura (nucella) lapillis, Turritella communi et Sipho jeffreysianus, des espèces atlantiques ; Hinia reticulata, espèce méditerranéenne ou fossile ; Trivia europea, espèce atlantique et méditerranéenne ; Turitella sp. fossiles, Chlamys sp. et Ostrea fossile. Ces espèces ne sont pas caractéristiques d’une culture particulière du Paléolithique supérieur d’Europe occidentale (Fisher 1872 ; Taborin 1993), mais certaines, Purpura (nucella) lapillus, Turritella communi et Ostrea fossile, ont été identifiées dans le Gravettien ancien du site de La Gravette. En outre, les procédés d’aménagement de la zone de suspension des coquillages sont identiques dans les trois sites (Taborin 1993) même si cet argument a une pertinence limitée, les techniques de perforation des coquillages étant très stables durant le Paléolithique supérieur.

6 - Discussion, conclusion

41La révision concomitante des pendeloques d’ivoire du niveau sépulcral de l’abri Cro-Magnon et du niveau 5, Gravettien ancien, de l’abri Pataud montre que ces éléments de parure partagent les caractéristiques suivantes : matière première, forme, technique de façonnage. La technique spécifique de perforation de la pendeloque 48-18-581 de Cro-Magnon pourrait s’expliquer par une adaptation du procédé de perforation à la forme souhaitée ou à un mode d’attache ou de suspension différent, voire à l’intervention d’un autre artisan. Cette particularité, à savoir une pendeloque biperforée, constituerait un exemple du « recours à des combinaisons variées de techniques pour la fabrication de la parure » observé par N. Goutas (2004 - p. 254) sur des dents animales dans d’autres sites gravettiens.

42Quoi qu’il en soit, ces pendeloques d’ivoire permettent de proposer une corrélation entre le niveau sépulcral de l’abri Cro-Magnon et le niveau gravettien ancien (C5) de l’abri Pataud. La datation de la littorine percée, qui s’insère parmi les nouvelles dates 14C du niveau 5 de l’abri Pataud, appuie cette conclusion.

43Par ailleurs, les caractéristiques des pendeloques de Cro-Magnon sont similaires à celles de pendeloques des sites gravettiens de La Gravette, en Dordogne (Moreau 2003 ; Goutas 2004) ; de Geissenklösterle (Scheer 1995) et de Mauern, en Allemagne ; de Mamutowa, en Pologne (Otte 1981) ; de Grub-Kranawetberg, en Autriche (Antl 2005) ou d’Arcy-sur-Cure, en Bourgogne (Girard et Baffier 2003), confirmant aussi l’appartenance des pendeloques de Cro-Magnon au Gravettien. Le choix des espèces de coquillage et les techniques de perçage et de façonnage de ces éléments autorisent aussi ce rapprochement (Taborin 1993).

44L’attribution du niveau sépulcral de Cro-Magnon au Gravettien peut donc être considérée comme définitive, car elle repose sur une série de faits significatifs :

  • la position des squelettes sous la voûte de l’abri, au sommet de la séquence stratigraphique et au-dessus de l’ensemble aurignacien ;

  • la présence de pointes de La Gravette dans les collections anciennes et d’une fléchette de Bayac, pièce diagnostique du Gravettien ancien, notamment dans le niveau 5 de l’abri Pataud (Bricker 1995 ; Leoz 2007) ;

  • les similitudes de matière, de forme et de techniques d’aménagement (et sans doute aussi du mode de production en série des supports) entre les parures d’ivoire de Cro-Magnon et celles du niveau 5 de l’abri Pataud et, au-delà, celles d’autres gisements gravettiens d’Europe ;

  • la date 14C d’une des littorines associées aux squelettes.

45Un dernier type d’argument en faveur d’une appartenance au Gravettien est la présence d’ocre sur les os humains et l’association probable d’une grande lame de silex avec l’un des squelettes (Lartet et Christy 1865-1875 ; Jones 1865-1875 - Planche XX n° 3) : ocre et grande(s) lame(s) constituent des attributs associés à certains défunts des sépultures gravettiennes italiennes (Mussi 1986 ; Henry-Gambier 2008 ; Onoratini et al. 2011).

46De plus, la date de la littorine de Cro-Magnon et la quasi-identité des pendeloques d’ivoire de Cro-Magnon avec celles du niveau 5 de Pataud, mais aussi celles des niveaux du Gravettien ancien de La Gravette permettent d’aller plus loin et d’attribuer le dépôt des vestiges humains de Cro-Magnon à une phase ancienne du Gravettien.

  • 6 Le niveau 5 de l’abri Pataud a livré trois dents humaines dont une perforée (Legoux 1975 ; Vercoutè (...)

47Enfin, au moment du dépôt des vestiges humains, l’abri Cro-Magnon était pratiquement comblé. La hauteur sous voûte après le dépôt du niveau H ne dépassait pas 1 m à l’aplomb du point d’avancée maximale de la voûte (Lartet 1868). Une occupation sous l’abri aurait été sinon impossible en tout cas inconfortable. Deux possibilités s’offrent alors : soit les groupes du Gravettien ancien étaient installés en avant de l’abri, soit l’abri Cro-Magnon a été, à la fin des occupations gravettiennes, un lieu uniquement funéraire. Il est bien sûr difficile de trancher entre ces deux hypothèses. Au Gravettien ancien, l’abri Pataud était un vaste abri, profond d’au moins 8 à 10 m, avec une hauteur de plafond estimée entre 2 et 2,5 m (Movius 1977), et qui permettait donc une installation durable, comme en témoignent la très forte densité en matériel archéologique du niveau 5 et les multiples structures anthropiques (principalement de combustion) observées dans la partie arrière de l’abri. Ceci pourrait alors indiquer, entre un vaste abri intensément occupé (Pataud) et un abri quasiment comblé (Cro-Magnon) deux fonctions synchrones : Cro-Magnon a pu être le lieu funéraire des Gravettiens de la couche 5 de Pataud6.

48Cette hypothèse est sans doute osée, mais il est en tout cas très probable que les groupes du Gravettien ancien des deux abris, distants d’au plus 300 m et qu’aucun obstacle visuel ne séparait il y a 27 000 ans BP, n’ont pu s’ignorer.

49Par ailleurs, cette hypothèse ouvre des perspectives intéressantes quant aux comportements des Gravettiens, que l’on considère soit l’organisation des espaces domestiques, soit l’approche de la mort et des morts.

50Un premier aspect concerne la dissociation entre espace funéraire et lieu de vie. En effet, cette dissociation est attestée à Cussac pour le Gravettien moyen (Henry-Gambier et al. sous-presse), elle est très probable à Vilhonneur en Charente pour le Gravettien ancien (Henry-Gambier et al. 2007). Dans ces deux sites, les défunts reposent dans des cavités profondes et ornées qui n’ont jusqu’à présent livré aucun indice d’habitat. Elle serait aussi possible, mais de manière moins tranchée pour le Gravettien final de l’abri Pataud (niveau 2) où dépôts funéraires et habitat semblent séparés (Henry-Gambier et al., 2013). Elle ne peut être écartée dans les grands sites gravettiens de plein air d’Europe centrale et orientale (Predmost, Pavlov, Krems,…) où certaines tombes pourraient se situer dà l’extérieur des zones d’habitats. En revanche, en Italie, région qui a fourni de nombreuses sépultures dans des grottes ou abris, ces dernières sont incluses dans des niveaux d’habitat. Mais la relation existant entre ces niveaux et le (ou les) dépôt(s) funéraire(s) est difficile à établir (Henry-Gambier 2008) car le délai entre le dépôt funéraire et l’occupation qui semble lui succéder est pour l’instant inconnu. Or, un abandon provisoire de la cavité après le dépôt d’un ou plusieurs défunts ne peut être écarté : c’est une variante de la séparation entre espace de vie et espace funéraire.

  • 7 Les études récentes (ex.Villotte 2009, 2011 ; Villotte et al. 2011 ; Henry-Gambier et al. 2005) et (...)

51Un second aspect concerne le nombre de défunts par site. Si quelques sites gravettiens tels qu’Arène Candide en Italie, Lagar Velho au Portugual ou Vilhonneur en France ont livré un seul dépôt individuel, les sites de Pavlov, Predmost, Dolni Vestonice, Krems, Cussac, Balzi Rossi, Pataud (niveau 2) et Cro-Magnon, ont fourni soit plusieurs dépôts de vestiges humains dans ce qui est assimilé à un même ensemble culturel, soit plusieurs individus dans une même tombe (Henry-Gambier, 2008 ; 2013). Accueillir un assez grand nombre de défunts dans un même site, selon des modalités comparables, pourrait constituer un argument majeur en faveur d’occupations pérennes ou répétées par un même groupe. Toutefois, et en particulier pour les découvertes anciennes, il est souvent difficile d’apprécier la durée d’échelonnement des dépôts : à Cro-Magnon, ce sont au moins cinq individus qui ont été déposés7 mais l’absence d’information sur l’état des connexions anatomiques au moment de la découverte ne permet pas de trancher entre une sépulture plurielle (dépôts simultanés des corps) ou collective (dépôts échelonnés dans le temps).

52Ces questions pour lesquelles aucune réponse définitive n’existe pour l’instant sont au centre des études actuelles sur les comportements funéraires des populations gravettiennes d’Europe.

Top of page

Bibliography

Antl W. 2005 - L’industrie en os et en ivoire du site gravettien à Grub/kranawetberg orès de Stillfried. In : D. Vialou, J. Renault-Miskovsky, M. Patou-Mathis (dir.), Comportements des hommes du Paléolithique moyen et supérieur en Europe : territoire et milieu. Actes du colloque du GDR 1945 du CNRS, Paris 8-10 janvier 2003, Liège, ERAUL 111, p. 51-58.

Agsous S. 2008 - Stratigraphie et sédimentologie de l’abri Pataud (Les Eyzies de Tayac, Dordogne, France). Contribution à l’étude des paléoenvironnements des cultures du Paléolithique supérieur ancien du Périgord, Thèse de doctorat, Paris, Muséum national d’histoire naturelle, 241 p.

Bouchud J. 1966 - Remarques sur les fouilles de L. Lartet à l’abri Cro-Magnon (Dordogne), Bulletin de la Société d’Etudes et de Recherches Préhistoriques et Institut Pratique de Préhistoire et d’Art préhistorique, 24, Les Eyzies, 15, p. 28-36.

Bourlon M. 1907 - Un os utilisé présolutréen, Bulletin de la Société Préhistorique de France, 4, 5, p. 262-263.

Breuil H. 1906 - Les gisements présolutréens du type d’Aurignac, CIAAP, Monaco, 1, p. 323-330.

Breuil H. 1907 - La question aurignacienne. Etude critique et stratigraphie comparée, Revue Préhistorique, 2, p. 173-219.

Breuil H. 1909 - L’Aurignacien présolutréen. Epilogue d’une controverse, Revue Préhistorique, 4, p. 229-248, 265-286.

Breuil H. 1912 - Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification, CIAAP, Genève, 1, p. 165-238.

Breuil H. 1960 - Ma vie en Périgord, 1897, 1959, Bullletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 37, p. 114-131.

Bricker H. M. 1995 - Le Paléolithique supérieur de l’abri Pataud (Dordogne) : les fouilles de H. L. Movius Jr., Documents d’archéologie française, 50, Paris : éditions de la maison des sciences de l’homme, 328 p.

Cartailhac E. 1872 - Compte rendu de l’excursion aux Eyzies du 8 septembre 1872, Association française pour l’Avancement des sciences, Bordeaux, p. 1278-1282.

Chiotti L. 2005 - Les industries lithiques aurignaciennes de l’abri Pataud, Dordogne, France. Les fouilles de Hallam L. Movius Jr. Oxford : Archaeopress, 349 p. (BAR International Series, 1392).

Conard N. J., Bolus M. 2003 – Radiocarbon dating the appearance of modern humans and timing of cultural innovations in Europe : new results and new challenges, Journal of Human Evolution, 44, p. 331-371.

Dance P. 1975 - The Molluscan fauna. in : Movius H. L. (dir.), Excavation of the abri Pataud, Les Eyzies (Dordogne) : Contributors. Cambridge, Massachusetts : Peabody Museum, Harvard University, p. 154-159 (American School of Prehistoric Research, bull. 30).

Delluc B, Delluc G. 1986 - Un bouquetin sculpté de style solutréen dans la cave troglodytique Pataud (Les Eyzies, Dordogne), L’Anthropologie, 90,4, p. 603-612.

DELLUC B. et Delluc G. 2013 – Les squelettes de l’abri de Cro-Magnon. Datation et pathologie. Evolution des idées. Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, CXL, p. 243-274

Féaux M. 1902 - Un os gravé à Cro-Magnon. Epoque Magdalénienne, Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 29, p. 415-418.

Fisher P. 1872 - Sur les coquilles récentes et fossiles trouvées dans les cavernes du Midi de La France et de la Ligurie, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme, 7, p. 482.

Fu Q., Mittnik A., Johnson Ph. L.P.,Bos K., Lari M., Bollongino R., Sun C., Giemsch L., Schmitz R., Burger J., Ronchitelli Am.,Martini F., Cremonesi R. G., Svoboda J.,Bauer P., Caramelli D., Castellano S., Reich D., Päbö S., Krause J. 2013 - A Revised Timescale for Human Evolution Based on Ancient Mitochondrial Genomes, Current Biology, 23, p. 553 –559.

Girard M., Baffier D. 2003 - Découverte d’une pendeloque en ivoire du début du paléolithique supérieur à la Grande grotte d’Arcy-sur-Cure (Yonne), Revue archéologique de l’Est, 52, p. 343-350.

Giraux L. 1907 - Ossements utilisés de Cro-Magnon, Bulletin de la Société préhistorique de France, 4, 5, p. 264-268.

Girod P. 1906 - Les stations de l’Âge du renne dans les vallées de la Vézère et de la Corrèze : stations solutréenne et aurignaciennes, Paris, J. B. Baillière et fils.

Girod P. 1907 - Aurignacien et pré-solutréen, Congrès Préhistorique de France, Autun, 1907, 1, p. 174-178.

Goutas N. 2004 - Caractérisation et évolution du Gravettien en France par l’approche techno-économique des industries en matières dures animales (étude de six gisements du Sud-ouest), Thèse de doctorat. Paris : Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2 vol. , 675 p.

GOUTAS N. 2005 - Etude de la parure en coquillages, sur dents animales et en ivoire des niveaux gravettiens du gisement de la Gravette (Dordogne) : charge identitaire et souplesse des normes techniques, Antiquités Nationales, p. 39-51.

HAHN J. 1995 - Les ivoires en Allemagne, débitage, façonnage et utilisation au Paléolithique supérieur. In : Hahn J., Menu M., Taborin Y., Walter P., Widemann F. (éds.), Le travail et l’usage de l’ivoire au Paléolithique supérieur, actes de la table ronde de Ravello, Rome, 29-31 mai 1992, p. 115-132.

Henry-Gambier D. 2002 - Les fossiles de Cro-Magnon (Les-Eyzies- de-Tayac, Dordogne) : Nouvelles données sur leur position chronologique et leur attribution culturelle, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 14, 1-2, p. 89-112.

Henry-Gambier D. 2008 - Pratiques funéraires et comportement des populations gravettiennes en Europe : bilan des données et interprétations. In : Le Gravettien : entités régionales d’une paléoculture européenne, actes de la table ronde des Eyzies-de-Tayac (juillet 2004), Paléo 20, p. 399-438.

Henry-Gambier D. 2011 - Vestiges humains de l’abri Cro-Magnon (Les-Eyzies-de-Tayac – Dordogne) : Tentative d’individualisation des os de l’adulte CM1. Rapport remis à L. Isnard, conservateur du patrimoine dans le cadre de la mission effectuée au Muséum national d’Histoire naturelle (Paris), Laboratoire d’Anthropologie, Musée de l’Homme du 2 au 5 novembre 2010 et du 10 au 12 janvier 2011. Document inédit et non utilisable sans l’accord écrit de l’auteur (15 p.).

Henry-Gambier D. 2013 - Les populations gravettiennes. Biologie et comportements funéraires, In : M. Otte (Ed.), Les Gravettiens, p. 307-330.

Henry-Gambier D., Bruzek J., Schmitt A., Houët F., Murail P. 2005 – Révision du sexe et de l’âge au décès des fossiles de Cro-Magnon (Dordogne, France) à partir de l’os coxal. Comptes Rendus Palevol, 5, p. 735-741.

Henry-Gambier D., Beauval C., Airvaux J., Aujoulat N., Baratin J.F., Buisson-Catil J. 2007 - New hominid remains associated with gravettian parietal art (Les Garennes, Vilhonneur, France), Journal of Human Evolution, 53, p. 747 - 750.

HENRY-GAMBIER D., VILLOTTE S., BEAUVAL C., BRUZEK J., GRIMAUD-HERVÉ D. 2013 − Les vestiges humains : un assemblage original. In : Nespoulet R., Chiotti L., Henry-Gambier D. (dirs), Le Gravettien final de l’abri Pataud (Dordogne, France). Fouilles et études 2005-2009. Oxford : Archaeopress (BAR International Series, 2458), p. 135-177.

Henry-Gambier D., Courtaud P., Duday H., Dutailly B., Villotte S., Deguilloux M.-F., Pemonge M.-H., Aujoulat N., Delluc M., Fourment N., Jaubert J. sous presse - Grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin) : un exemple de comportement original pour le Gravettien. In : actes du XXVIIème Congrès préhistorique de France. Bordeaux-Les Eyzies-de-Tayac, (31 mai - 5 juin 2010) Société préhistorique française.

Higham T., Jacobi R., Basell L., Bronk Ramsey C., ChioTti L., Nespoulet R. 2011 - Precision dating of the Palaeolithic : A new radiocarbon chronology for the Abri Pataud (France), a key Aurignacian sequence, Journal of Human Evolution, 61, 5, p. 549-563.

Jaubert Dr. 1868 - Compte rendu de la communication du Dr. Galy sur la découverte des fossiles de Cro-Magnon à la Société médicale d’observation de la Dordogne (2 avril 1868), Société agricole et littéraire de la Dordogne, 29, p. 691.

Jones T. R. 1865–1875 - A propos du matériel archéologique découvert à Cro-Magnon, In : E. Lartet et H. Christy (dir.) Reliquiae Aquitanicae : being Contributions to Anthropology and Palaeontology of Périgord and the Adjoining Provinces of Southern France, 2, p. 82-88, 92-94, Thomas Rupert Jones (ed.), 1865-1875. Londres : Williams and Norgate (H. Baillière), 1875 (Ed. originale et Traduction J.P. Chadelle).

Jöris O., Street M. 2008 - At the end of the 14C time scale : the Middle to Upper Palaeolithic record of Western Eurasia, Journal of Human Evolution, 55, p. 782-802.

Lartet E. 1861 - Nouvelles recherches sur la coexistence de l’Homme et des grands mammifères fossiles réputés caractéristiques de la dernière période géologique. I, station et sépulture d’Aurignac, II, les grottes de Massat et la caverne de Savigné, Annales des Sciences naturelles. Zoologie et Paléontologie, 15, p. 177-253.

Lartet L. 1868 - Une sépulture des troglodytes du Périgord, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 3, p. 335-349.

LARTET E., CHRISTY H. 1865-1875 - Reliquiae aquitanicae : being contribution to the Archaeology and Paleontology of Perigord and the adjoining provinces of Southern France. Thomas Rupert Jones (ed.), 1865-1875. Londres : Williams and Norgate (H. Baillière), 1875 (Ed. originale et Traduction J.P. Chadelle).

LEGOUX P. 1975 − Présentation des Dents des Restes Humains de L’Abri Pataud. In : Movius H.L. (ed.), Excavation of the abri Pataud, Les Eyzies (Dordogne) : Contributors. Cambridge,Massachusetts : Peabody Museum, Harvard University, p. 262-305 (American School of Prehistoric Research, bull. 30).

Lenoble A., Agsous S. 2012 - Abri Pataud – sédimentogenèse, paléopédologie, chronologie des dépôts. In : P. Bertran , A. Lenoble (dir.) Quaternaire continental d’Aquitaine :Un point sur les travaux récents. Livret-Guide Excursion AFEQ – ASF en Aquitaine, 30 mai -1 juin 2012, p. 45-57.

LEOZ L. E. 2007 - Les industries lithiques du Gravettien ancien de l’abri Pataud, Les -Eyzies-de-Tayac (Dordogne) : étude typologique et technologique du niveau 5. Thèse de doctorat, Muséum national d’histoire naturelle, Paris, 233 p.

Massénat E. 1869 - Pointe de Lance à Cro-Magnon, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme, p. 357.

Massénat E. 1877 - Les fouilles des stations des bords de la Vézère et les œuvres d’art de Laugerie-Basse, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme, 8, p. 1-3.

Massénat E., Girod P. 1893 - Nouvelles fouilles préhistoriques dans la vallée de la Vézère, Association française pour l’Avancement des sciences, Besançon, p. 739-749.

Mellars P. 2004 - Neanderthals and the modern human colonization of Europe, Nature, 432, 7016, p. 461-465.

Moreau L. 2003 - Les éléments de parure au Paléolithique supérieur en Belgique, L’Anthropologie, 107, p. 603-614.

Movius H. L. 1969 - The abri of Cro-Magnon, Les Eyzies (Dordogne) and the probable age of the Contained Burials on the basis of the evidence of the nearby abri Pataud, Anuario de Estudios Atlanticos, 15, p. 323-344.

Movius H. L. 1975 - Excavation of the abri Pataud, Les Eyzies (Dordogne) : Contributors. Cambridge, Massachusetts : Peabody Museum, Harvard University, American School of Prehistoric Research, 30, 305 p.

Movius H. L. 1977 - Excavation of the abri Pataud, Les Eyzies (Dordogne) : Stratigraphy. Cambridge, Massachusetts : Peabody Museum, Harvard University, 167 p. (American School of Prehistoric Research, 31).

Mussi M. 1986 - Italian Palaeolithic and Mesolithic Burials, Human Evolution, 1, 6, p. 545-556.

Nespoulet R. 1993 - Le Solutréen de l’abri Pataud. Les Eyzies de Tayac, Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 122, p. 409-518.

Nespoulet R., Chiotti L., Henry-Gambier D., Agsous S., Lenoble A., Morala A., Guillermin P., Vercoutère C. 2008 - L’occupation humaine de l’abri Pataud (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne) il y a 22 000 ans : problématique et résultats préliminaires des fouilles du niveau 2. In : Jaubert J. (dir.), Les sociétés paléolithiques d’un grand Sud-Ouest : nouveaux gisements, nouvelles méthodes, nouveaux résultats, actes des journées de la SPF, Bordeaux (24-25 novembre 2006). Paris : Société préhistorique française, p. 325-334 (Mémoire de la SPF, XLVII).

Onoratini G., Simon P., Negrino F., Cauche D., Moullé P.E., Arellano A., Borgia V., Voytek B., Arrighi S. 2011 - Du Sud de la montagne de Lure aux sépultures de Grimaldi : le silex zoné stampien dit « du Largue », Bull. Mus. Anthropo. préhist. Monaco, 51, p. 52-74.

Otte M. 1981- Le Gravettien en Europe centrale, 2 vol. de Tempel, Bruges Disserationes archaelogicae Gandenses.

Peyrony D. 1907 - Nouvelles recherches à Cro-Magnon, Congrès Préhistorique de France, Autun, 1907, 1, p. 182-185.

Pittard E. 1962 - Une gravure de Cro-Magnon (Dordogne) exilée à Neuchâtel (Suisse), Bulletin de la Société d’Etudes et de Recherches préhistoriques et Institut Pratique de Préhistoire et d’Art préhistorique, 24, Les Eyzies, 12, p. 36-39.

Reimer P. J., Baillie M. G. L., Bard E., Bayliss A., Beck J. W., Blackwell P. G., Bronk Ramsey C., Buck C. E., Burr G. S., Edwards R. L., Friedrich M., Grootes P. M., Guilderson T. P., Hajdas I., Heaton T. J., Hogg A. G., Hughen K. A., Kaiser K. F., Kromer B., McCormac F. G., Manning S. W., Reimer R. W., Richards D. A., Southon J. R., Talamo S., Turney C. S. M., Van Der Plicht J., Weyhenmeyer C. E. 2009 – IntCal09 and Marine09 Radiocarbon Age Calibration Curves, 0–50,000 Years cal BP. Radiocarbon, 51, 4, p. 1111-1150.

Rivière E. 1894 - Nouvelles recherches anthropologiques et paléontologiques dans la Dordogne, Association française pour l’avancement des sciences, 23ème session, Caen, 1894, seconde partie, notes et mémoires, p. 709-722.

Rivière E. 1897 - Nouvelles recherches à Cro-Magnon, Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 8, p. 503-508.

Rivière E. 1905 - Les rabots magdaléniens en silex de la Dordogne, Bulletin de la Société préhistorique de France, 8, p. 270-275.

Scheer A. 1995 - Pendeloques en ivoire durant le Gravettien en Allemagne du sud – Un indice chronologique et social ? In : Hahn J., Menu M., Taborin Y., Walter Ph., Widemann F. (eds), Le travail et l’usage de l’ivoire au Paléolithique supérieur, Ravello, 29-31 mai 1992. Istituto Poligrafico E Zecca Dello Stato, Libreria Della Stato, p. 137-172.

Smith P. E. 1966 - Le Solutréen en France, Publication de l’Institut du Quaternaire, Université de Bordeaux.

Sonneville-Bordes D. (de) 1959 - Position stratigraphique et chronologique relative des restes humains du Paléolithique supérieur entre Loire et Pyrénées, Annales de Paléontologie, 45, p. 19-51.

Sonneville-Bordes D. (de) 1960 - Le Paléolithique supérieur en Périgord, Bordeaux, Delmas.

Szmidt C., Normand C., Burr G., Hodgind G., Lamotta S. 2010 - AMS 14C dating the Protoaurignacian/Early Aurignacian of Isturitz, France : implications for Neanderthal-modern human interaction and the timing of technical and cultural innovations in Europe. Journal of Archaeological Science, 37, p. 758-768.

Taborin Y. 1993 - La parure en coquillage au Paléolithique, Gallia Préhistoire, 29ème supplément, CNRS Paris.

Vercoutère C. 2004 - Utilisation de l’animal comme ressource de matières premières non-alimentaires : industrie osseuse et parure. Exemple de l’abri Pataud (Dordogne, France). Thèse Muséum national d’Histoire naturelle, département de Préhistoire, Institut de Paléontologie Humaine, 261 p.

Vercoutère C., Giacobini G., Patou-Mathis M. 2008 - Une dent humaine perforée découverte en contexte Gravettien ancien à l’abri Pataud (Dordogne, France), L’Anthropologie, 112, 2, p. 273-283.

Villotte S. 2009 - Enthésopathies et activités des hommes préhistoriques : recherche méthodologique et application aux fossiles européens du Paléolithique supérieur et du Mésolithique. Oxford : Archaeopress, 206 p. (BAR International Series, 1992).

Villotte S. 2011 - Les comportements au Gravettien : apport des « marqueurs osseux d’activité ». In : Goutas, N., Klaric, L., Pesesse, D. et Guillermin, P. (Eds.), À la recherche des identités gravettiennes : actualités, questionnements et perspectives, Actes de la table ronde sur le Gravettien en France et dans les pays limitrophes, Mémoires de la Société Préhistorique Française, 52, p. 217-224.

Villotte S., BrUZek J. et Henry-Gambier D. 2011 - Caractéristiques biologiques des sujets adultes gravettiens : révision de l’âge au décès et du sexe. In Goutas, N., Klaric, L., Pesesse, D. et Guillermin, P. (Eds.), À la recherche des identités gravettiennes : actualités, questionnements et perspectives, Actes de la table ronde sur le Gravettien en France et dans les pays limitrophes, Mémoires de la Société Préhistorique Française, 52, p. 209-216.

Zilhao J., D’Errico F. 1999 - The chronology and taphonomy of the earliest Aurignacian and its implications for the understanding of Neanderthal extinction, Journal of World Prehistory N-Y, 13, p. 1-68.

Zilhao J., D’Errico F. 2003 - The chronology of the Aurignacian and transitional technocomplexes : where do we stand ? In : J. Zilhão et F. d’Errico (dir.) The chronology of the Aurignacian and transitional technocomplexes : dating, stratigraphies and cultural implications, p. 313-349. Lisbon : Instituto Portugues de Arqueologia. (Trabalhos de Arqueologia, 33).

Top of page

Notes

1 Date calibrée, programme CALIB version 6.0 selon intcal09.14C (Reimer et al. 2009). Probabilité = 1.

2 Limite maximale de l’intervalle de datation à 2 sigmas.

3 Un récent article (Fu et al., 2013) de paléogénomique, publie une date de 690 +/- 39 BP OxA-V-2321 sous la référence Cro‑Magnon 1. Cette date n’a pas été réalisée sur le spécimen Cro-Magnon 1 mais sur un échantillon prélevé sur un os appartenant à un ensemble (MNHN 23 30 - 25 290 et 25 291), conditionné avec les fossiles éponymes qui eux sont inventoriés sous les numéros 4252 à 4345. Aucun contexte (inventeur, localisation précise, origine stratigraphique) n’accompagne les os de cet ensemble intrusif dans la collection. Ils ont un aspect et une patine totalement différents de ceux des os de l’assemblage paléolithique et aucune trace d’ocre n’y est observable alors que la totalité des os découverts en 1868 en présente. Rappelons que de nombreuses tentatives de datation directe des fossiles de Cro-Magnon trouvés en 1868 (deux par le laboratoire de Gif-sur-Yvette, douze par Oxford…) ont démontré que le collagène n’était pas conservé. Cet épisode qui tend à jeter le doute sur l’ancienneté des squelettes découverts en 1868, illustre des pratiques inacceptables qui consistent notamment à prélever des échantillons hors de la présence d’un anthropologue connaissant la collection et son histoire. Sans doute la recherche du scoop justifie-t-elle pour certains ces méthodes.

4 Au cours des aménagements privés du site de Cro-Magnon, des lambeaux de niveaux accrochés aux parois de l’abri auraient été découverts. Il est regrettable qu’une opération archéologique fondée sur une problématique scientifique en lien avec les recherches actuelles sur le Gravettien et l’Aurignacien n’ait pas été organisée. Cette opération aurait dû comprendre la réalisation d’un relevé topographique du site et de ses abords, le tamisage de déblais anciens et récents, des recherches d’éventuels lambeaux de niveaux en place et une étude du matériel.

5 Si le bouquetin sculpté sur la voûte de l’abri Movius où se trouve le musée de site est solutréen (Delluc et Delluc 1986), cette partie du gisement n’était pas comblée au Solutréen.

6 Le niveau 5 de l’abri Pataud a livré trois dents humaines dont une perforée (Legoux 1975 ; Vercoutère et al. 2008). Deux d’entre elles sont des dents déciduales.

7 Les études récentes (ex.Villotte 2009, 2011 ; Villotte et al. 2011 ; Henry-Gambier et al. 2005) et en cours valident un NMI de 4 adultes et un enfant. Les adultes sont représentés par cent vingt restes (os complets ou fragmentaires), chiffre qui correspond à un taux de représentation des squelettes très faible (Henry-Gambier 2011). La répartition des os par individu (CM 1, 2, 3, 4) est en cours de révision. Par exemple, en l’état actuel des recherches, au plus vingt os peuvent être associés au crâne CM1 n° 4253 (Henry-Gambier 2011).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Les falaises crétacées de la rive gauche de la Vézère : localisation des abris Cro-Magnon et Pataud (Photographie D. Henry-Gambier).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-1.jpg
File image/jpeg, 216k
Title Figure 2 - Abri Cro-Magnon : Stratigraphie (dessin D. Henry-Gambier d’après Lartet 1868 ; Lartet et Christy 1865-1875).
Caption A. débris de calcaires ; B. première couche de cendres, etc ;C. débris calcaires ; D. deuxième couche de cendres ; E. débris calcaires rougis par le feu au contact des cendres qu’ils supportent ; F. troisième couche de cendres ; G. terre rouge avec ossements, etc ; H. couche épaisse de cendres avec ossements (foyer principal) ; I. terre jaune avec ossements, etc ; J. lit mince de graviers lavés et incrusté de stalagmite. Traces à peine visible d’un foyer ; K. éboulis calcaires ; L. talus enlevé ; N. fissure dans le toit de l’abri ; P. banc de calcaire crétacé formant le toit de l’abri ; Y. pilier établi pour soutenir le toit. a. défense d’éléphant ; b. squelette du vieillard ; c. bloc de gneiss aplati sur une de ses faces ; d. ossements humains ; e. blocs calcaires détachés du rocher à diverses époques » (Légende selon Lartet 1868 - p. 342 ; Lartet et Christy 1865-1875 - p. 67 ).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-2.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Figure 3 - Abri Cro-Magnon : os coxal n° 4314 avec dépôt de calcite (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-3.jpg
File image/jpeg, 616k
Title Figure 4 - Abri Cro-Magnon : crâne n° 4253 avec dépôt de calcite (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-4.jpg
File image/jpeg, 420k
Title Figure 5 - Abri Pataud : coupe stratigraphique (Dessin C. Lecante et L. Chiotti).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-5.jpg
File image/jpeg, 884k
Title Tableau 1 - Datations 14C des niveaux 5 et 6 de l’abri Pataud (d’après Higham et al. 2011). Calibration par le programme CALIB version 6.0 selon intcal09.14C (Reimer et al. 2009).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-6.png
File image/png, 71k
Title Figure 6 - Abri Cro-Magnon : pendeloque n° 48-18- 581, faces 1 (a) et 2 (b). (Collection MNHN, Photographie D. Henry-Gambier).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-7.jpg
File image/jpeg, 264k
Title Tableau 2 - Cro-Magnon et Pataud (Dordogne)
Caption Dimensions en millimètres des pendeloques et caractéristiques des perforations (H = hauteur, Larg. = largeur, Ép. = épaisseur, max. = maximale, prox. = proximale).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-8.png
File image/png, 220k
Title Figure 7 - Abri Cro-Magnon : pendeloque n° 48-18-582, faces 1 (a) et 2 (b). (Photographie D. Henry-Gambier, collection Muséum national d’Histoire naturelle).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-9.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Figure 8 - Abri Pataud : pendeloques, face antérieure (collection MNHN, photographie L. Chiotti).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-10.jpg
File image/jpeg, 580k
Title Figure 9 - Abri Pataud : pendeloques, face postérieure (collection MNHN, photographie L. Chiotti).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/2563/img-11.jpg
File image/jpeg, 664k
Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Henry-Gambier, Roland Nespoulet and Laurent Chiotti, « Attribution culturelle au Gravettien ancien des fossiles humains de l’abri Cro-Magnon (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne, France) », PALEO, 24 | 2013, 121-138.

Electronic reference

Dominique Henry-Gambier, Roland Nespoulet and Laurent Chiotti, « Attribution culturelle au Gravettien ancien des fossiles humains de l’abri Cro-Magnon (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne, France) », PALEO [Online], 24 | 2013, Online since 12 May 2014, connection on 28 June 2017. URL : http://paleo.revues.org/2563

Top of page

About the authors

Dominique Henry-Gambier

Université Bordeaux1, UMR PACEA - 5199 - CNRS - A, B8- Avenue des Facultés, FR-33405 Talence -
d.gambier@pacea.u-bordeaux1.fr

By this author

Roland Nespoulet

Département de Préhistoire, Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 du CNRS, Bâtiment de Géologie, 43 rue Buffon, FR-75005 Paris - roland.nespoulet@mnhn.fr

By this author

Laurent Chiotti

Département de Préhistoire, Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194 du CNRS, Musée de l’abri Pataud, 20, rue du Moyen-âge, FR-24620 Les Eyzies-de-Tayac - lchiotti@mnhn.fr

By this author

Top of page