Skip to navigation – Site map
Nouvelles de la Préhistoire

Nouvelles découvertes d’art mobilier dans le Magdalénien de Bourrouilla (Arancou, Pyrénées-Atlantiques, France)

New discoveries of mobile art in the Magdalenian of Bourrouilla cave (Arancou, Pyrénées-Atlantiques)
Frédéric Plassard, Lise Aurière, François-Xavier Chauvière, Carole Fritz and Morgane Dachary
p. 215-224

Abstracts

During the excavation campaign in 2014 at Bourrouilla cave (Pyrénées-Atlantiques), eight new decorated objects were discovered in the magdalenian layers. These remains, from well preserved layers, confirm the importance of the artistic production in this site. If the majority of these objects are certainly attributed to the upper Magdalenian, one of these is a decorated half-round rod which give new data about the transition between the middle Magdalenian and the upper Magdalenian. This short paper presents these pieces and takes stock based on comparisons with the remains found before.

Top of page

Full text

Nous remercions Stéphane Madelaine et Clément Birouste à qui l’on doit les déterminations anatomiques et spécifiques des vestiges. La restauration-consolidation des pièces a été réalisée par M. Boucharat et financée par le Ministère de la Culture (SRA Aquitaine) que nous remercions sincèrement.

Introduction

1Les fouilles entreprises dans la grotte de Bourrouilla à Arancou depuis 1998 ont permis la découverte d’un certain nombre de vestiges d’art mobilier attribuables avec certitude au Magdalénien supérieur (Aurière et al. 2013 ; Dachary et al. sous presse). Ces découvertes complètent le corpus issu des déblais d’une fouille clandestine, qui documente aussi une occupation du site à la fin du Magdalénien moyen (Chauchat et al. 1999 ; Fritz et Roussot in Chauchat et al. 1999). De nouveaux témoins des comportements symboliques des Magdaléniens ont été mis au jour au cours de la campagne de fouille de 2014. Le contexte archéologique de ces vestiges a été récemment présenté par ailleurs (Dachary et al. sous presse), sans que soit fournie une description détaillée des œuvres d’art. En effet, le degré élevé de fragmentation des pièces au moment de leur découverte rendait impérative une restauration-consolidation avant toute étude approfondie (fig.1). Désormais manipulables, ces documents peuvent être décrits et les décors relevés. Ils font l’objet de la présente note.

2Sept des huit objets décrits ci-après sont issus de l’US 2007E, subdivision stratigraphique clairement attribuée au Magdalénien supérieur et déjà décrite par ailleurs (Dachary et al. sous presse). Le dernier objet, une baguette demi-ronde décorée provenant de l’US 2010, sous-jacente à l’US 2007F, nourrit le débat sur l’attribution chronologique de cette US et plus largement sur la transition entre Magdalénien moyen et supérieur à Arancou.

3Par les supports choisis, l’iconographie et le degré de maîtrise technique, cette nouvelle série de vestiges amène aussi à nuancer certains des constats réalisés à partir des documents connus jusque-là.

4

Figure 1 - a - ARA14 L18 1010. Fragment de scapula de boviné orné d’incisions transverses. b - ARA13 L17 4826. Autre fragment de la même pièce ( ?). c - ARA14 L18 1010 avant restauration (Photo F. Plassard).

Figure 1 - a - ARA14 L18 1010. Fragment de scapula de boviné orné d’incisions transverses. b - ARA13 L17 4826. Autre fragment de la même pièce ( ?). c - ARA14 L18 1010 avant restauration (Photo F. Plassard).

1 - Fragment de scapula gravé d’un décor non figuratif (ARA14 L18 1010 et ARA13 L17 4826)

Dim. : 92 x 29 x 10 mm et 41 x 21 x 6 mm

5L’objet L18 1010 fut découvert lors de la campagne 2014 en neuf fragments (fig. 1c). Son étude est rendue possible par la restauration dont il a bénéficié. Il présente de très fortes similitudes (morphologie, état de surface et traces anthropiques) avec un autre vestige plus petit mis au jour en 2013 : L17 4826 (fig. 1b). Sans qu’aucun raccord physique ne soit possible, on peut envisager que ces deux pièces constituent les fragments d’un seul et même objet. Il s’agit vraisemblablement d’un fragment de scapula droite de grand boviné.

6La face la mieux préservée du grand fragment (L18 1010) porte une vingtaine de tracés plus ou moins parallèles disposés perpendiculairement à l’axe de la pièce (fig. 1a).

7La seconde face n’est conservée que sur une surface limitée pour L18 1010, mais elle trouve son équivalent sur la seule surface corticale conservée de L17 4826. Les traces observables relèvent davantage d’enfoncement ou d’arrachement que de tracés gravés. Ce sont des marques courtes assez larges dont les bords sont parfois légèrement renflés et que nous avons quelques difficultés à interpréter : altérations taphonomiques, traces de carnivores ou utilisation comme retouchoir, en dépit de la fragilité de cet élément anatomique ?

2 - Matrice gravée de chevrons emboîtés (ARA14 R2014-304)

Dim. : 187 x 29 x 13 mm

8Au moment de sa découverte, ce vestige était constitué de sept fragments. Son étude a donc été précédée d’une restauration. En dépit de la fragmentation, les états de surface sont très bons et permettent une lecture précise des traces techniques et des tracés que porte ce support. Il s’agit d’un métatarse droit de Renne dont la gouttière postérieure présente les traces d’une tentative de rainurage (fig. 2). Il s’agit donc d’une matrice « en devenir » dont le processus de débitage a été interrompu.

9La face latérale porte un décor très clair de chevrons emboîtés (fig. 2). Trois sont complets mais dissymétriques avec un côté court et rectiligne tandis que l’autre est plus long et courbe, concave vers l’intérieur. Si le motif et la disposition sont très clairs, notons cependant que les deux traits de chaque chevron ne se rencontrent pas, car un vide de quelques millimètres remplace systématiquement l’apex. Deux traits courbes complètent le motif en formant deux demi-chevrons.

10Ces chevrons occupent une grande partie de la surface disponible et sont donc inhabituellement grands par rapport au reste des manifestations graphiques de Bourrouilla. Il n’est pas possible d’établir une chronologie entre la gravure et l’utilisation comme matrice.

3 - Os hyoïde gravé d’un décor de chevrons emboîtés (ARA14 L18 R-307)

Dim. : 85 x 17 x 4 mm

11Découvert en cinq fragments, cette pièce a fait l’objet d’une restauration avant étude. Il s’agit d’une branche d’os hyoïde, vraisemblablement de cheval, dont les deux faces sont gravées de motifs non figuratifs (fig. 3). La face convexe est ornée de quinze traits disposés en obliques. Plus ou moins parallèles entre eux et régulièrement espacés, ils partent tous du même bord du support pour s’interrompre à quelques millimètres du bord opposé.

12La face plane porte un motif plus complexe. L’axe de la pièce est parcouru d’un tracé multiple qui partage le champ orné en deux registres égaux. La moitié de la longueur du fragment en notre possession porte des traits obliques convergents sur la ligne médiane qui forment des chevrons emboîtés. Sur l’autre moitié, les traits obliques n’intéressent qu’un côté de la surface avant que n’apparaisse une nouvelle série de chevrons emboîtés disposés en sens inverse des premiers. Cette seconde série est rapidement interrompue par la cassure. Au total, deux groupes de chevrons en arêtes de poissons semblent s’opposer par leurs sommets.

4 - Fragment d’aiguille à chas décoré (ARA14 - M17 S1 370-372)

Dim. : 8,3 x 2,1 x 0,8 mm

13Découvert dans un refus de tamis, ce petit fragment proximo-mésial d’aiguille à chas (fig. 4) s’inscrit par son module dans une série d’aiguilles de petites dimensions, de section souvent aplatie, découvertes dans l’US 2007 de Bourrouilla. La cassure proximale a laissé une partie du chas, lequel est manifestement obtenu par perforation bifaciale. En partie distale, une des deux faces porte les stigmates d’une cassure par flexion.

14Les deux faces de cette aiguille portent un décor en chevrons emboîtés. Ils sont cinq d’un côté et trois de l’autre. C’est le premier exemplaire d’aiguille décorée à Arancou. Dans la littérature, les exemples sont peu nombreux et les décors souvent limités à des incisions transverses. On citera à titre d’exemple des pièces de La Vache (Chauvière 2003), Duruthy (Dachary et al. 2006) ou de la grotte des Furtins (Stordeur-Yedid 1979). Outre l’exiguïté des champs disponibles pour la gravure, cette indigence graphique peut s’expliquer par la perte d’efficacité qu’induit toute irrégularité à la surface de l’aiguille (Stordeur-Yedid 1979).

15Dans ce cadre, le spécimen de Bourrouilla est réellement exceptionnel.

Figure 2 - ARA14 R2014-304. Métatarse de Renne gravé de chevrons emboîtés.

Figure 2 - ARA14 R2014-304. Métatarse de Renne gravé de chevrons emboîtés.

La gouttière postérieure et la face ornée portent des traces assimilables à une tentative de rainurage (Photo F. Plassard).

Figure 3 - ARA14 L18 R-307

Figure 3 - ARA14 L18 R-307

Os hyoïde orné de motifs en chevrons emboîtés (Photo F. Plassard. Relevé Lise Aurière).

Figure 4 - ARA14 M17 S1 370-372

Figure 4 - ARA14 M17 S1 370-372

Fragment proximal d’aiguille à chas orné de chevrons (Photo F. Plassard).

5 - Fragment de sacrum décoré (ARA14 L17 4974)

Dim. : 63 x 33 x 15 mm

16Ce petit fragment de sacrum ou de vertèbre lombaire de grand boviné est réduit à une partie de l’arc vertébral et du processus épineux. Ne subsiste qu’un bord anatomique correspondant à l’arc vertébral. Le reste du contour de la pièce est fait de cassures (fig. 5). Deux des bords fracturés portent de discrètes traces d’outils, peut-être liées à la régularisation du contour de l’objet. Les gravures sont postérieures aux cassures et sont, pour l’essentiel, concentrées sur la partie gauche du fragment (arc vertébral). La face opposée est vierge de toute trace, mais elle est divisée en deux parties égales par une cassure correspondant à l’élimination de la seconde partie de l’arc vertébral.

17Il est difficile de décrire les gravures, qui semblent pourtant organisées. Techniquement, deux types de tracés coexistent : d’une part, trois traits assez profonds et, d’autre part, des lignes plus nombreuses et moins appuyées. Les traits les plus marqués sont deux tracés courbes et parallèles visibles en haut à gauche du fragment et manifestement obtenus par des passages répétés de l’outil. Ils partent du seul bord anatomique (supérieur gauche) et s’interrompent sur la cassure opposée (bord inférieur gauche). Le troisième tracé de cette nature est plus court, rectiligne et situé à proximité de la partie inférieure du bord droit du support. Les autres gravures suivent deux directions principales. Six tracés verticaux sont répartis sur le tiers gauche du support. Les trois premiers, dans l’angle supérieur gauche, sont proches les uns des autres. Plus à droite, deux tracés forment une première ligne depuis le bord supérieur jusqu’à quelques millimètres du bord inférieur gauche. Un centimètre plus à droite, une série de tracés dessine une autre ligne parallèle à la précédente. Dans sa partie inférieure, elle est accompagnée de courtes hachures parallèles. Deux grandes lignes ont une direction différente, plus ou moins parallèle au bord inférieur gauche. La première part du bord supérieur gauche pour s’interrompre à l’intersection avec la ligne verticale la plus à droite tandis que la seconde est tangente au bord inférieur gauche et s’achève à l’extrémité de la même ligne verticale de droite. Enfin, quelques courtes hachures sont disséminées sur le champ orné. L’ensemble donne l’impression d’un quadrillage dont les mailles seraient des losanges. Pour autant, l’interprétation du motif est délicate.

Figure 5 - ARA14 L17 4974

Figure 5 - ARA14 L17 4974

Fragment de sacrum de Boviné gravé. Motif indéterminé (Photo F. Plassard. Relevé Lise Aurière).

6 - Bison en vue frontale (ARA14 R2014-303).

Dim. : 76 x 16 x 7 mm

18Ce vestige est un fragment distal d’ulna gauche de cerf (fig. 6) dont seule la face médiale porte des gravures. Découvert en trois fragments en bordure d’une zone foyère, il a fait l’objet d’une restauration avant étude. Néanmoins, si le champ orné est lisible, il présente quelques lacunes. Toute la surface gravée porte de fines traces de raclage parallèles et régulières correspondant sans doute à la préparation du support.

19Le décor est composé de deux unités graphiques placées l’une au-dessus de l’autre lorsque l’on tient la pièce verticalement. En haut (partie proximale), on peut lire une tête animale vue de face. Elle mesure 21 mm de haut. Les cornes, le toupet frontal, un œil, une oreille et le contour du mufle sont nettement lisibles. Le mufle est figuré par deux courbes sécantes, formant un museau anguleux. Seule l’oreille gauche est visible. Elle est trop grande par rapport au reste de la figure. Les deux cornes sont indiquées mais ne sont par parfaitement symétriques. L’œil droit est « maladroitement » noté au moyen de deux traits en parenthèses, dont l’un, beaucoup trop long, déborde du contour de la tête. Quatre courtes hachures situées à gauche de la tête pourraient évoquer l’amorce d’une encolure. La forme des cornes, la disposition de l’oreille et la présence d’un toupet frontal permettent d’interpréter ce sujet comme un bison.

20Au-dessous du bison (partie distale du support) sont disposés des tracés non figuratifs. On peut lire trois tracés longitudinaux qui courent jusqu’à l’extrémité conservée du support tandis qu’une série de traits transverses obliques et plus ou moins parallèles est inégalement répartie sur toute la surface disponible.

21La représentation en vue frontale des grands herbivores n’est pas très répandue dans l’art du Paléolithique supérieur. C’est le premier exemple à ce jour dans l’iconographie de Bourrouilla. Pour autant, ce thème existe aussi bien en art pariétal que mobilier. Dans ce contexte, on peut citer des exemples dans le Magdalénien de La Madeleine, de La Vache et de Gourdan (Paillet 1996 ; Baffier et al. 2003 ; Tymula 1991). Dans ce dernier site, deux supports sont ornés de bisons vus de face. L’un d’eux, un fragment de bois de renne, associe une figuration très succincte (encornure, toupet frontal et oreille) à une ligne ondulée qui rappelle le motif non figuratif décrit ici (Tymula, op. cit , fiche 46).

Figure 6 - ARA14 R2014-303

Figure 6 - ARA14 R2014-303

Ulna de cerf gravé d’un bison vu de face (Photo F. Plassard. Relevé Lise Aurière).

7 - Hémi-mandibule de Renne (ARA14 L18 1023)

Dim. : 64 x 39 x 11 mm

22Il s’agit d’un fragment d’hémi-mandibule droite de renne avec la deuxième prémolaire (fig. 7). La face vestibulaire porte un foramen naturel situé légèrement en avant de la P2 ainsi qu’un autre à l’extrémité distale de la pièce qui a peut-être été aménagé.

23La pièce est fracturée à l’arrière de la P2 suivant une ligne sub-orthogonale au bord inférieur. En face vestibulaire, le bord fracturé porte des traces d’arrachement ou de percussion tandis que sur la face linguale, le bord est net.

24Sur la partie inférieure de la face vestibulaire se trouvent quelques incisions obliques alors que sur la face linguale, on observe des stries à peine marquées. En partie distale, la fracture de l’objet est, elle aussi, très nette et orthogonale par rapport à l’axe du support. La face vestibulaire est échancrée sur environ 6 mm de haut et 5 mm de profondeur par l’aménagement vraisemblable d’un foramen naturel.

25L’interprétation de cet objet est difficile puisque les stries observables sont peu marquées et pourraient n’être que la conséquence d’une action de dépeçage ou de décharnement. Par ailleurs, les cassures sont légèrement émoussées et donc peu lisibles. Cependant, par sa morphologie générale, cette pièce évoque une tête animale, où la dent figurerait l’oreille, le foramen naturel l’œil, et l’échancrure distale le naseau. Sans rien pouvoir affirmer quant à l’origine anthropique et délibérée de cette forme, il nous semble légitime de formuler l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une forme inhabituelle de contour découpé. Cette catégorie d’objets est jusque-là inconnue à Bourrouilla.

8 - Fragment de baguette demi-ronde décorée (ARA14 N16 91)

Dim. : 62 x 10 x 3 mm

26Il s’agit d’un fragment mésial de baguette demi-ronde (fig. 8) mise au jour dans l’US 2010. La face inférieure est très régularisée, concave, et pourvue d’incisions rectilignes obliques parallèles. Ces dernières étaient destinées à l’encollage de l’objet sur un volume de même nature (Feruglio 1992 ; Rigaud 2006, 2013). L’une des extrémités du fragment en notre possession porte un décor limité à deux motifs latéraux. Identiques de part et d’autre, ils se composent d’une série de hachures courtes (2 mm) limitées vers le haut par un trait rectiligne ou légèrement courbe.

27La mise au jour d’un fragment de baguette demi-ronde en bois de cervidé est importante pour la chronologie des occupations à l’intérieur de la grotte. Cette découverte pose en effet les bases d’une discussion stratigraphique argumentée quant à la présence de la phase moyenne du Magdalénien dans la grotte d’Arancou.

9 - Bilan

28Les fouilles se poursuivent à Bourrouilla et nous pouvons espérer qu’elles livreront de nouveaux documents qui viendront enrichir le corpus de l’art mobilier. Les observations qui suivent ne constituent donc qu’un nouveau bilan, puisque les objets présentés dans cette note complètent les données déjà disponibles (Fritz et Roussot in Chauchat et al. 1999 ; Aurière et al. 2013). Ils permettent de confirmer certains constats et d’en nuancer d’autres.

29Au titre des confirmations, remarquons qu’aucune des pièces ornées attribuées au Magdalénien supérieur n’est en bois de renne ou de cerf. Le support organique décoré est exclusivement l’os tandis que la seule pièce attribuable au Magdalénien moyen ou à la transition entre Magdalénien moyen et Magdalénien supérieur est une baguette demi-ronde en bois de cervidé. Cependant, les supports osseux témoignent d’une réelle diversification. Jusque-là, travaillées ou non, les côtes constituaient le support osseux préférentiel. Seuls des os d’oiseaux et la diaphyse d’un tibia de cerf faisaient exception. Le corpus s’enrichit aujourd’hui d’un un os hyoïde de cheval, d’un métatarse de renne, d’un ulna de cerf et d’un fragment de sacrum de grand boviné. Ces deux derniers supports ne sont pas communément utilisés. Se pose également la question de la mandibule de renne éventuellement travaillée.

30La fouille clandestine à l’intérieur de la cavité donnait l’illusion d’une production d’art mobilier très standardisée sur côtes ou hémi-côtes façonnées en lissoirs ou en pendeloques. Avec les fouilles récentes, la diversité des supports en termes spécifique et anatomique se conjugue avec une diversité « fonctionnelle ». À l’échelle du Magdalénien supérieur de Bourrouilla, des supports bruts, peu transformés, une matrice et des objets finis coexistent.

31À cette diversification des supports répond une diversification iconographique. On retiendra l’apparition certaine de la vue de face (un bison), jusque-là seulement évoquée à titre d’hypothèse pour d’éventuelles figurations aviaires (Eastham 1988 et com. pers.). De même, on peut remarquer la place prise par un motif géométrique inédit à Arancou : les chevrons emboîtés. Plus largement d’ailleurs, si les pièces ornées de gravures non figuratives sont assez nombreuses (quel que soit le support), les motifs géométriques clairement organisés sont discrets. Un quadrillage sur côte décrit par Fritz et Roussot (in Chauchat et al. 1999), une pendeloque ornée de triangles (Aurière et al. 2013) ou encore un bâtonnet d’ocre gravé d’une forme de zigzag (Fritz et Roussot in Chauchat et al. 1999) constituent de rares exemples d’un corpus constitué de 29 figurations animalières réparties sur une vingtaine de supports.

32La découverte d’une aiguille à chas ornée confirme aussi la maîtrise technique de certains graveurs, capables de produire un décor sur une surface de quelques millimètres carrés. Comme déjà suggéré (Aurière et al. 2013), semblent coexister des graveurs aux compétences différentes. Bien que son décor soit assez simple, l’aiguille ornée témoignage d’une parfaite maîtrise des gestes en dépit de la dimension très réduite du support et du décor. Parallèlement, la tête de bison vue de face témoigne des difficultés rencontrées par l’artiste dans le maintien de l’outil comme dans la précision des gestes. L’œil, l’oreille gauche, et la corne droite en sont les meilleures preuves (fig.6, en vignette).

33Peut-être faut-il aussi regarder les différences dans les dimensions des gravures comme un autre révélateur de niveaux de maîtrise variables. Déjà évoquée (Aurière et al. 2013), cette idée est peut-être confortée par la découverte du même motif de chevrons emboîtés sur ce qui est aujourd’hui le plus grand support orné de Bourrouilla - le métatarse de renne - et ce qui est sans doute l’image la plus petite - l’aiguille gravée.

34Enfin, la découverte en stratigraphie d’une baguette demi-ronde ornée est un élément à souligner. En effet, outre son intérêt intrinsèque, cette pièce constitue un premier élément stratigraphique quant à la présence de la phase moyenne du Magdalénien dans la grotte d’Arancou. Jusque-là, le sondage exploratoire réalisé en avant du porche d’entrée a atteint, sur une surface restreinte, un niveau ayant fourni deux sagaies à base fourchue. Par ailleurs, les déblais de la fouille clandestine ont livré quatre sagaies de même nature, ainsi que des fragments de baguettes demi-rondes aussi bien du type Isturitz qu’ornées de tubérosités. Cependant, l’attribution de ces vestiges au Magdalénien moyen et/ou à une phase ancienne du Magdalénien supérieur fait débat tant à Arancou (Bonnissent et Chauvière in Chauchat et al. 1999 - p. 51) qu’à une échelle plus large (Pétillon 2007).

35La poursuite des fouilles viendra à coup sûr compléter le corpus des vestiges du Magdalénien supérieur de l’US 2007 et sera l’occasion de mieux caractériser les occupations antérieures dont les témoignages sont associés à l’US 2010.

Figure 7 - ARA14 L18 1023

Figure 7 - ARA14 L18 1023

Fragment d’hémi-mandibule de Renne (Photo F. Plassard).

Figure 8 - ARA14 N16 91

Figure 8 - ARA14 N16 91

Baguette demi-ronde ornée (Photo F. Plassard).

Top of page

Bibliography

AURIÈRE L., CHAUVIÈRE F.-X., PLASSARD F., FRITZ C., DACHARY M. 2013 - Art mobilier inédit du gisement de Bourrouilla à Arancou (Pyrénées-Atlantiques, France) : données techno-stylistiques et chrono-culturelles. Paleo, p. 195 – 218.

BAFFIER D., BUISSON D., DELPORTE H., FRITZ C., GUY E., KANDEL D., MONS L., SIMONNET R., TOSELLO G., WELTE A.-C. 2003 – Lissoirs. In : J. Clottes et H. Delporte (Dir.), La grotte de La Vache (Ariège). Fouilles Romain Robert. II- L’art mobilier, Paris, Coédition CTHS-RMN, vol. 2, p. 279-319.

CHAUCHAT Cl. (dir.), FONTUGNE M., HATTE C., DACHARY M. BONNISSENT D., CHAUVIÈRE F.-X., ROUSSOT A., FRITZ C., FOSSE Ph., EASTHAM A., MARTIN H., LE GALL O., GAMBIER D. 1999 – L’habitat Magdalénien de la grotte Bourrouilla à Arancou (Pyrénées Atlantiques). Gallia Préhistoire, 41, p. 1-151.

CHAUVIÈRE F.-X. 2003 – Aiguilles. In : J. Clottes et H. Delporte (Dir.), La grotte de La Vache (Ariège). Fouilles Romain Robert. II- L’art mobilier, Paris, Coédition CTHS-RMN, vol. 2, p. 320-323.

DACHARY M. (dir.), CHAUVIÈRE F.-X., COSTAMAGNO S., DAULNY L., GAMBIER D. LAROULANDIE V. 2006 – « Les Magdaléniens à Duruthy », catalogue d’exposition (7 octobre-10 décembre 2006), Hastingues, Centre Départemental du Patrimoine, 188 p.

DACHARY M., PLASSARD F., CHAUVIÈRE F.-X., AURIÈRE L., FRITZ C. sous presse - Le contexte des œuvres d’art mobilier dans le Magdalénien supérieur de la grotte Bourrouilla (Arancou, Pyrénées-Atlantiques, France). Actes du colloque « L’art au quotidien. Objets ornés du Paléolithique supérieur » Les Eyzies-de-Tayac du 16 au 20 juin 2014. Paleo.

EASTHAM A. 1988 – The season or the symbol: the evidence of swalloxs in the Palaeolithic of Western Europe. Archaeozoologia, II(1-2), p. 243-252.

FERUGLIO V. 1992 - Fiche « Baguettes demi-rondes » In : Camps-Fabrer H. (Ed.), Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique. Cahier 5 : bâtons percés, baguettes, Aix-en-Provence, Université de Provence, (Commission de la nomenclature sur l’industrie de l’os préhistorique) p. 71-83.

PAILLET P. 1996 - A propos de trois bisons magdaléniens exceptionnels (La Madeleine, Dordogne), Paleo, 8, p. 359-369.

PÉTILLON J.-M. 2007 - Les pointes à base fourchue de la zone pyrénéo-cantabrique : un objet à la charnière entre Magdalénien moyen et Magdalénien supérieur ? In : Frontières naturelles et frontières culturelles dans les Pyrénées préhistoriques, N. Cazals, J. González Urquijo, X. Terradas (dir.), Santander, Ediciones de la Universidad de Cantabria, p. 245-264.

RIGAUD A. 2006 - Étude technologique des baguettes demi-rondes de Labastide (Hautes-Pyrénées). Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 25, p. 229-246.

RIGAUD A. 2013 - Voir les baguettes demi-rondes avec le regard d’un menuisier, In : de Beaune S. A. (dir.), Chasseurs-cueilleurs. Comment vivaient nos ancêtres du Paléolithique supérieur. Méthodes d’analyse et d’interprétation en préhistoire, Paris, CNRS Editions (1ère édition 2007), p. 69-77.

STORDEUR-YEDID D. 1979 - Les aiguilles à chas au Paléolithique. XIII° supplément à Gallia Préhistoire. Paris, CNRS Editions. 215 p.

TYMULA S. 1991 Animaux et Humains en vue frontale. Étude des représentations mobilières et pariétales pyrénéennes. Maîtrise de Préhistoire. Université de Paris I., 2 vol. , 426 p.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - a - ARA14 L18 1010. Fragment de scapula de boviné orné d’incisions transverses. b - ARA13 L17 4826. Autre fragment de la même pièce ( ?). c - ARA14 L18 1010 avant restauration (Photo F. Plassard).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/3002/img-1.png
File image/png, 2.4M
Title Figure 2 - ARA14 R2014-304. Métatarse de Renne gravé de chevrons emboîtés.
Caption La gouttière postérieure et la face ornée portent des traces assimilables à une tentative de rainurage (Photo F. Plassard).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/3002/img-2.png
File image/png, 2.7M
Title Figure 3 - ARA14 L18 R-307
Caption Os hyoïde orné de motifs en chevrons emboîtés (Photo F. Plassard. Relevé Lise Aurière).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/3002/img-3.png
File image/png, 2.7M
Title Figure 4 - ARA14 M17 S1 370-372
Caption Fragment proximal d’aiguille à chas orné de chevrons (Photo F. Plassard).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/3002/img-4.png
File image/png, 1.0M
Title Figure 5 - ARA14 L17 4974
Caption Fragment de sacrum de Boviné gravé. Motif indéterminé (Photo F. Plassard. Relevé Lise Aurière).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/3002/img-5.png
File image/png, 1.7M
Title Figure 6 - ARA14 R2014-303
Caption Ulna de cerf gravé d’un bison vu de face (Photo F. Plassard. Relevé Lise Aurière).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/3002/img-6.png
File image/png, 2.4M
Title Figure 7 - ARA14 L18 1023
Caption Fragment d’hémi-mandibule de Renne (Photo F. Plassard).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/3002/img-7.png
File image/png, 1.3M
Title Figure 8 - ARA14 N16 91
Caption Baguette demi-ronde ornée (Photo F. Plassard).
URL http://paleo.revues.org/docannexe/image/3002/img-8.png
File image/png, 2.0M
Top of page

References

Bibliographical reference

Frédéric Plassard, Lise Aurière, François-Xavier Chauvière, Carole Fritz and Morgane Dachary, « Nouvelles découvertes d’art mobilier dans le Magdalénien de Bourrouilla (Arancou, Pyrénées-Atlantiques, France) », PALEO, 26 | 2015, 215-224.

Electronic reference

Frédéric Plassard, Lise Aurière, François-Xavier Chauvière, Carole Fritz and Morgane Dachary, « Nouvelles découvertes d’art mobilier dans le Magdalénien de Bourrouilla (Arancou, Pyrénées-Atlantiques, France) », PALEO [Online], 26 | 2015, Online since 26 April 2016, connection on 22 September 2017. URL : http://paleo.revues.org/3002

Top of page

About the authors

Frédéric Plassard

Université Bordeaux 1, UMR 5199, PACEA, Allée Geoffroy Saint-Hilaire, CS 50023 - 33615 Pessac Cedex - frederic.plassard@wanadoo.fr

By this author

Lise Aurière

Université Toulouse-Jean Jaurès, UMR 5608, TRACES, Maison de la recherche, 5 allée Antonio Machado, FR-31058 Toulouse cedex - lise.auriere@gmail.com

By this author

François-Xavier Chauvière

Office du patrimoine et de l’archéologie de Neuchâtel - section Archéologie, Laténium, CH-2068 Hauterive - francois‑xavier.chauviere@ne.ch

By this author

Carole Fritz

Université Toulouse-Jean Jaurès, UMR 5608, TRACES, Maison de la recherche, 5 allée Antonio Machado, FR-31058 Toulouse cedex - carole.fritz@univ-tlse2.fr

By this author

Morgane Dachary

Université Toulouse-Jean Jaurès, UMR 5608, TRACES, Maison de la recherche, 5 allée Antonio Machado, FR-31058 Toulouse cedex - morgane.dachary@orange.fr

By this author

Top of page